La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

FAMILLES RECOMPOSÉES : LE CASSE-TÊTE DU BUDGET

Familles recomposées |

15 janvier 2019

MARTINE ROUX LES AFFAIRES

Vos deux ados, son petit ange, un frigo… et un seul revenu familial aux yeux de l’État. Lorsqu’il est question de budget, le mot «équitable» peut-il faire partie du vocabulaire des familles recomposées ? Petit guide du partage des dépenses.

Chacun pour soi : en matière de partage des dépenses, c’est la règle qui prévaut dans la majorité des familles recomposées du Québec. Telle est la conclusion d’Hélène Belleau, chercheuse à l’INRS et spécialiste de la gestion familiale de l’argent, qui remarque que 75% à 80% des parents ne partagent pas les dépenses liées aux enfants de l’autre, soit les frais de garde, les médicaments et les vêtements. L’étude paraîtra en juin.

Pour lire l’article…

UNION LIBRE AU QUÉBEC : «RIEN N’A CHANGÉ»

Actualité, Conjoints de fait |

15 janvier 2019

ME SYLVIE SCHIRM – 98.5 MONTRÉAL

Il y a 10 ans, l’affaire Éric et Lola était sur toutes les lèvres. Malgré l’impact médiatique de cette cause, le cadre législatif entourant les unions libres au Québec n’a pas changé.
Éric et Lola formaient un couple en union libre depuis de nombreuses années. Ils avaient trois enfants. Malgré les demandes de Lola, Éric n’avait jamais voulu se marier.

Pour lire la suite…

LES ENFANTS SONT-ILS TOUS ÉGAUX DEVANT LA LOI? LE CAS DES ENFANTS NÉS D’UNE UNION LIBRE

Conjoints de fait |

14 janvier 2019

CHLOÉ COUVYL’OBSERVATOIRE DES RÉALITÉS FAMILIALES DU QUÉBEC

Saviez-vous qu’au Québec, près de deux bébés sur trois sont nés hors mariage? En théorie, tous les enfants bénéficient des mêmes droits, peu importe le statut conjugal de leurs parents. En réalité, certaines inégalités existent entre les enfants nés de couples mariés et ceux issus d’une union libre.

Pour lire la suite…

LOI SUR LES NORMES DU TRAVAIL: PRENDRE DE MEILLEURES RÉSOLUTIONS

SONIA ÉTHIER HUFFIGNTON POST (BLOGUE)


ARIEL SKELLEY VIA GETTY IMAGES

Il reste du chemin à parcourir pour que de telles mesures permettent réellement aux travailleurs de mieux concilier leur vie et le travail, sans être pénalisés financièrement.

Le 1er janvier 2019 entraient en vigueur deux mesures importantes introduites à la Loi sur les normes du travail en juin dernier: le droit de refuser de travailler si l’horaire de travail n’est pas connu au moins cinq jours à l’avance et le droit à deux jours de congé payé pour des absences dues à la maladie ou à des responsabilités familiales.

Depuis octobre 2016, la campagne 5-10-15 porte deux revendications importantes auxquelles ces mesures répondent partiellement: le «5» et le «10». Les membres de 5-10-15 sont donc satisfaits de constater que leur travail a contribué à tracer le chemin pour que la Loi commence à s’adapter et à répondre aux besoins et aux préoccupations des travailleurs.

Pour lire la suite…

DES MILLIERS DE DOLLARS DE PLUS POUR LES FAMILLES À FAIBLE REVENU

Actualité, Lutte à la pauvreté |

09 janvier 2019

AGENCE QMILE JOURNAL DE MONTRÉAL

Les familles à faible revenu pourront toucher jusqu’à près de 4600$ de plus en prestations sociales en 2020 grâce à de nouveaux programmes de prestations sociales du gouvernement fédéral, doit expliquer le ministre de la Famille Jean-Yves Duclos jeudi.

En 2018, le gouvernement fédéral a commencé à indexer l’Allocation canadienne pour enfants, ce qui permettra aux parents à faible revenu de recevoir plus d’argent pour leurs enfants. Environ 3,7 millions de familles sont admissibles à cette prestation.

Par ailleurs, l’Allocation canadienne pour les travailleurs, annoncée dans le budget 2018, doit entrer en vigueur cette année. Cette allocation pourrait permettre à un travailleur seul de recevoir jusqu’à 1300$ et à un travailleur en couple de recevoir jusqu’à 2300$, notamment pour aider à l’achat d’aliments sains ou de vêtements.

Pour lire la suite…

20 FÉVRIER 2019 – JOURNÉE MONDIALE DE LA JUSTICE SOCIALE

Le 20 février, Journée mondiale de la justice sociale, la Coalition Main rouge, en collaboration avec Engagez-vous pour le communautaire, lance un appel à des actions régionales unitaires pour un réinvestissement dans:

🎯Les services publics
🎯Les programmes sociaux
🎯L’action communautaires autonome

Pour voir l’événement Facebook…

VIOLENCE CONJUGALE: DES RESSOURCES LIMITÉES POUR LES VICTIMES

Actualité, Violence |

06 janvier 2019

TVA NOUVELLES

Karine admet avoir voulu s’acheter une arme à feu durant le temps des fêtes. Alors que son ex-conjoint connaîtra sa sentence dans les prochains jours, elle vit dans la peur.

«Ils me disent d’aller dans les centres d’hébergement, mais je ne peux pas être là 24 heures sur 24 et rester là des années, a-t-elle dit en entrevue à TVA Nouvelles. La seule protection, c’est qu’il soit en dedans.»

Karine dit craindre les représailles de son ex-conjoint.

«La peur, c’est que toute sa vie va s’effondrer et je suis comme la cause, mais je ne suis pas la cause», a-t-elle dit.

Pour lire l’article…

LE MILIEU COMMUNAUTAIRE PEINE À RETENIR SES EMPLOYÉS

JENNIFER O’BOMSAWINTVA NOUVELLES

Plusieurs organismes communautaires peinent à recruter du personnel pour répondre à la demande de leur clientèle en raison de la pénurie de main-d’œuvre. Et le problème est le même quand vient le temps de retenir les employés.

«Entre un emploi à salaire X et [un emploi] dans le communautaire, où les salaires sont souvent un peu plus bas, les gens vont aller vers un autre endroit», évoque Laurence Bolduc, coordonnatrice à la Maison des jeunes L’Évasion.

À cet endroit, c’est près de sept intervenants par année qui quittent leur emploi.

Pour lire l’article…

LE CONGÉ DE MATERNITÉ QUÉBÉCOIS A 40 ANS

Reportage d’Alexis Gascon LE 15-18 – ICI RADIO-CANADA PREMIÈRE


Photo : iStock / AleksandarNakic

Le 1er janvier 1979, le congé de maternité de 18 semaines entrait en vigueur. Pour la première fois, il garantissait la protection de l’emploi de la travailleuse durant son absence. Maintenant, le régime québécois d’assurance parentale est le plus avancé au Canada, mais les défis sont encore nombreux.

Avant 1979, le gouvernement fédéral permettait de réclamer 15 semaines d’assurance chômage. Or, cela nécessitait un savant calcul du nombre de semaines de grossesse pour y avoir droit, et certaines femmes en étaient exclues. En effet, celles qui travaillaient pour leur mari et les travailleuses agricoles ne pouvaient en bénéficier.

Et il était fréquent qu’une femme qui quitte son emploi avant de donner naissance à un enfant ne puisse plus retourner au travail par la suite. C’est ce qui est arrivé à Lise Rémillard, qui s’en était ouverte à l’émission Femme d’aujourd’hui en 1977.

Pour écouter le reportage…

AUTONOMIE ÉCONOMIQUE DES FEMMES: TRAVAILLER NE SUFFIT PAS!

FRÉDÉRIQUE THIBAULT ET CHLOÉ COUVYOBSERVATOIRE DES RÉALITÉS FAMILIALES DU QUÉBEC (INRS-UCS)

L’accès au travail rémunéré, pour les hommes comme pour les femmes, est perçu comme la clé de l’autonomie individuelle et un pas important vers l’égalité de genre. Toutefois, selon l’auteure de cette étude, certaines « barrières invisibles » demeurent entre le fait de toucher un revenu et celui d’en bénéficier… personnellement. Par exemple, lorsque les familles ont un enfant à charge, la répartition des dépenses affecte différemment les hommes et les femmes.

De même, les politiques de conciliation travail-famille, qui favorisent l’autonomie économique des femmes, ne suffisent pas non plus à assurer l’égalité économique au sein des couples. Un constat que la chercheure attribue au fait que ces politiques omettent de prendre en compte les réalités et les responsabilités économiques et sociales des femmes.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2019