La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

Les familles canadiennes touchent la nouvelle allocation pour enfants

Actualité, Lutte à la pauvreté |

20 juillet 2016

ACE
Les familles canadiennes touchent aujourd’hui leur premier chèque du nouveau programme d’allocation pour enfants.

Il était prévu que le montant du chèque soit supérieur pour 90 % des familles du pays, soit pour toutes les familles qui ont un revenu familial de moins de 150 000 $ par année.

C’est en moyenne 2300 $ de plus que les familles admissibles pourront se mettre dans les poches pour 2016-2017, selon Ottawa.

Pour lire l’article…

CONCILIER POUR LA VIE au FORUM SOCIAL MONDIAL! – 10 août 2016

logo CCFTE LogoForumSocial2016

CONCILIER POUR LA VIE
Atelier de discussion – 10 août 2016, 9h-11h30

La Coalition pour la conciliation famille-travail-études (CFTE), dont la FAFMRQ fait partie, tiendra un atelier de discussion dans le cadre du prochain Forum social mondial.

La Coalition représente près de deux millions de femmes et d’hommes au Québec. Elle regroupe toutes les organisations syndicales québécoises de même que des organismes féministes, communautaires et populaires œuvrant à l’amélioration des conditions de travail et de vie des travailleuses et des travailleurs, des parents et des proches aidantes.

Une présentation des revendications de la plateforme de la Coalition sera faite ainsi que les stratégies de diffusion. Un échange avec la salle suivra pour le partage des expériences différentes et des perspectives possibles.

Tous les détails sur le site du FORUM SOCIAL MONDIAL

Pauvreté infantile au Canada : que peut la nouvelle allocation familiale pour enfants?

Actualité, Lutte à la pauvreté |

19 juillet 2016

Par Alice Chantal Tchandem Kamgang | RCI-Radio-Canada International

PauvreteInfantile
Crédit photo: IS

C’est le 20 juillet 2016 que les familles canadiennes percevront le tout premier chèque de la nouvelle allocation familiale pour enfants. À la veille de cette échéance, le ministre fédéral des Familles, des Enfants et du Développement social a affirmé que cette nouvelle allocation va considérablement réduire le taux de pauvreté des enfants canadiens.

Le gouvernement fédéral s’est ainsi engagé à lutter contre la pauvreté qui demeure rampante au Canada et qui frappe en grande partie les enfants d’immigrants et les enfants autochtones, selon un rapport du groupement Campagne 2000 publié en 2015.

Les points saillants de ce rapport :

19 % soit 1,34 million d’enfants vivent dans la pauvreté au Canada en 2015
C’est 1 enfant canadien sur 5 qui est frappé par la pauvreté et 40 % d’enfants autochtones
L’insécurité alimentaire frappe plus d’un million d’enfants canadiens
1 personne sur 7 dans les refuges pour sans-abri est un enfant
Le ministre Jean-Yves Duclos a soutenu que le taux de pauvreté des enfants va passer d’ici un an à 6,7 % au Canada, soit une baisse de 40 %.

Pour lire la suite…

Bulletin de la Coalition pour l’Accès à l’aide juridique

Actualité, Aide juridique |

18 juillet 2016

Des nouvelles estivales !
(juillet 2016)

Hausse des seuils d’admissibilité le 1er juin 2016

Vous savez déjà que depuis le 1er janvier 2016, le seuil d’admissibilité à l’aide juridique pour une personne correspond dorénavant à l’équivalent du salaire minimum (35 heures par semaine). Le Règlement prévoit qu’il y aura augmentation des seuils d’admissibilité chaque fois que le salaire minimum augmente aussi (30 jours après).

Le 1er mai 2016, le salaire minimum a augmenté à 10,75$/h. Le 1er juin 2016, les seuils d’admissibilité à l’aide juridique ont donc aussi été haussés. Cela pourrait avoir comme effet de rendre un plus grand nombre de personnes admissibles. Veuillez faire circuler cette information dans vos réseaux!

Nous joignons dans le document joint une grille des seuils d’admissibilité en vigueur depuis le 1er juin 2016.

Pour télécharger le Bulletin

VOS FINANCES AU SOLEIL. LE SILENCE EST D’ARGENT

MARC TISONLA PRESSE
SilenceDargent

Chaque dimanche, durant l’été, La Presse+ et la firme de sondage CROP dévoilent (pudiquement) au soleil une zone de l’épiderme financier des Québécois.

Les Québécois sont des gens discrets. Même entre conjoints. Du moins pour ce qui concerne leurs finances.

« Les couples en parlent peu », constate Hélène Belleau, professeure à INRS-Urbanisation Culture Société et chercheuse dans le domaine de l’usage social de l’argent.

« Les couples vont parler des dépenses quotidiennes, de l’argent qu’ils vont dépenser par exemple pour les études, des choix qu’ils vont faire au point de vue de la consommation, indique-t-elle. Mais l’organisation financière – c’est-à-dire comment les deux organisent leurs finances et quelles sont les conséquences à court, à moyen et à long terme – est un sujet très peu abordé. »

Elle souligne que le mode de gestion au sein du couple joue un grand rôle dans la divulgation du salaire : les conjoints qui conjuguent leurs revenus dans un même compte savent bien sûr combien gagne leur associé.

Pour lire l’article…

LE Dr JULIEN N’A RIEN INVENTÉ…

MARIE LINDSAY – Présidente du Regroupement des organismes communautaires Famille de la région de la Capitale-Nationale / LE HUFFINGTON POST

DRJULIEN

Dans la récente actualité (La Presse du dimanche 5 juin, entrevue au FM 93 le 9 juin et annonce de la Ville de Montréal), on fait l’éloge (encore et encore) du Dr Gilles Julien comme si celui-ci était le seul à savoir comment prendre soin des enfants vulnérables… Faut dire que lui-même n’hésite pas à faire la promotion de ses petits miracles comme s’il était Dieu le Père… Il parle de «ses enfants» et il se permet au passage de mépriser le travail des CLSC, des CPE, des écoles et des organismes communautaires.

Son approche, qu’il qualifie d’unique, n’est pourtant pas de son cru. Depuis 50 ans les organismes communautaires Famille (OCF) ont mis en place le soutien qu’ils offrent dans un esprit d’ouverture favorisant l’entraide, en intervenant toujours en proximité avec les familles. Toutes ces organisations jouissent d’une belle reconnaissance de la part de la population et des professionnels du réseau. La proximité dont s’enorgueille le Dr Julien n’a pas de secret pour les OCF car ceux-ci ont depuis toujours favorisé l’approche «milieu de vie» en accueillant les familles dans un lieu centré sur leurs besoins. Certaines organisations ajoutent à leurs compétences qu’ils interviennent aussi au domicile des familles.

POUR LIRE L’ARTICLE…

LANCEMENT DE LA VIDÉO « UN SCANDALE QU’ON NE PEUT PLUS IGNORER »

Actualité, Lutte à la pauvreté |

07 juillet 2016

Collectif pour un Québec sans pauvreté

Beaucoup l’ignorent, mais, au Québec, près d’une personne sur dix vit « dans le rouge ». En effet, des centaines de milliers de personnes seules, des dizaines de milliers de couples sans enfants et près de 50 000 familles monoparentales, généralement avec des femmes à leur tête, n’ont pas un revenu suffisant pour combler leurs besoins de base.

En tout, ce sont 842 000 personnes qui manquent cruellement de l’essentiel, qui sont obligées de faire des choix déchirants et qui vivent littéralement en situation de survie. C’est un véritable scandale dans une société aussi riche que la nôtre.

Cette vidéo a été réalisée à l’automne 2012, dans le cadre de la tournée « Un scandale qu’on ne peut plus ignorer ». Le Collectif pour un Québec sans pauvreté était alors en tournée partout au Québec pour faire connaître les causes profondes de ce scandale, lequel cache une histoire remplie d’injustices.

Capture d’écran 2016-07-07 à 11.53.44

Surplus budgétaire et indécence morale : le gouvernement laisse tomber le mouvement d’action communautaire autonome!

Communiqué

Communiqué 1

MONTRÉAL – Le 7 juillet 2016 – Le Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA) est consterné et estomaqué par la désinvolture du gouvernement par rapport à son récent surplus budgétaire qui, faut-il le rappeler, a été obtenu principalement par des coupes budgétaires drastiques et par des hausses de tarifs de certains services à la population. Si le surplus annoncé est de 1,8 milliard de dollars (en comptant la réserve pour contingence de 150 millions), il ne faut pas oublier d’y ajouter 1,5 milliard versé au Fonds des générations. Bref, le surplus est de 3,3 milliards de dollars !

Les coupes budgétaires ont particulièrement affecté la santé et les services sociaux, l’éducation, les CPE et autres missions sociales du gouvernement. En général, ces coupes affectent encore une fois davantage les femmes et les personnes plus vulnérables.

Pour lire la suite…

GARDE PARTAGÉE: CE QUE LA RECHERCHE DIT… ET NE DIT PAS

Élisabeth Godbout, Marie-Christine Saint-Jacques, Amandine Baude, Michael Saini, Tamarha Pierce – Partenariat de recherche sur la séparation parentale et la recomposition familiale, Université Laval et Université de Toronto | LE DEVOIR (Libre opinion)

GardePartagee

Le Devoir a publié le 6 juin un article intitulé « La garde partagée sous toutes ses formes est en train de devenir la nouvelle norme », suivi, le 16 juin, d’une réplique : « Des enfants rendus vulnérables ? » En tant que chercheurs s’intéressant aux transitions familiales associées à la séparation des parents, nous souhaitons réagir à ces deux textes en rétablissant quelques faits concernant la garde partagée.

Les lecteurs des textes susmentionnés pourraient être tentés de conclure que la garde partagée constitue la nouvelle norme en matière de partage du temps parental après une séparation. Or, les données révèlent un portrait beaucoup plus nuancé de la réalité des familles séparées. Rappelons que malgré l’augmentation considérable de l’octroi de la garde partagée, cette modalité représente, dans les faits, moins de 30 % des ordonnances de garde au Québec. De plus, il faut rappeler qu’au-delà des ordonnances de garde, il y a les modalités de garde telles qu’appliquées dans la « vraie vie ». À ce propos, les données disponibles montrent également qu’une minorité de jeunes Québécois partagent de façon équivalente leur temps de résidence chez leurs deux parents après la séparation.

Pour lire l’article…

ALLOCATION CANADIENNE POUR ENFANTS PROGRAMMÉE POUR FONDRE

STÉPHANIE GRAMMOND – LA PRESSE

Capture d’écran 2016-07-18 à 14.58.23

Pas de doute, la nouvelle Allocation canadienne pour enfants (ACE) qui entrera en vigueur en juillet sera un gros plus pour la majorité des familles. Malheureusement, ce « plus » risque de s’évaporer subtilement d’ici une dizaine d’années.

Avant de vous expliquer pourquoi l’ACE est programmée pour fondre, laissez-moi d’abord vous expliquer ce que vous allez retirer de cette réforme majeure.

L’ACE est une allocation valant jusqu’à 6400 $ par année par enfant de moins de 6 ans et jusqu’à 5400 $ par enfant de 6 à 17 ans.

Les parents commenceront à recevoir le nouveau versement mensuel le 20 juillet prochain.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2016