La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

La médiation familiale met les femmes victimes de violence conjugale en danger

Simon Lapierre – Professeur à l’École de service social de l’Université d’Ottawa
Isabelle Côté – Candidate au doctorat à l’École de service social de l’UdeM

Huffington Post

Capture d’écran 2016-02-04 à 12.43.36

La Journée québécoise de la médiation familiale vise à «sensibiliser la population à la médiation familiale et à l’informer des bienfaits de l’utilisation de ce mode amiable de résolution des conflits» (Justice Québec).

Nous nous interrogeons sur la pertinence et la nécessité d’une telle journée, considérant que la médiation familiale est maintenant devenue une pratique incontournable, obligatoire. Il semble néanmoins important de souligner, en cette journée, que cette pratique présente aussi certains dangers, notamment pour les femmes victimes de violence conjugale. Ces dangers sont généralement passés sous silence…

Pour lire l’article…

AIDE SOCIALE: L’iniquité de traitement instaurée par le projet de loi 70 pourrait être contestée en cour

Actualité, Lutte à la pauvreté |

03 février 2016

Isabelle Paré | Actualités en société | Le Devoir
PL70 LDL
Photo: Francis Vachon Le Devoir

La pénalité prévue par la réforme de l’aide sociale pour forcer les premiers demandeurs à chercher ou à demeurer « dans un travail convenable » créera une inégalité de traitement entre prestataires. Cette inégalité est contraire aux droits protégés par les chartes et est contestable devant les tribunaux.

C’est du moins ce que fait valoir la Ligue des droits et libertés (LDL) dans le mémoire présenté dans le cadre des consultations menées sur le projet de loi 70, réformant les mesures d’aide de derniers recours au Québec.

Selon la LDL, en créant une mesure qui pénalisera spécifiquement les 17 000 personnes qui font une demande d’aide sociale pour la première fois, le programme d’insertion au travail « Objectif emploi » créera artificiellement une nouvelle catégorie de prestataires soumis à un régime plus strict.

Pour lire l’article…

Mettre fin à la pauvreté et à l’exclusion: une question de justice!

Actualité, Lutte à la pauvreté |

01 février 2016

Image 2

Mémoire présenté à Monsieur François Blais
Ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale
dans le cadre de la consultation publique en vue du
Troisième Plan d’action gouvernemental en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale

La lutte à la pauvreté est, depuis toujours, au coeur des actions menées par la Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec. La Fédération était d’ailleurs parmi les organisations qui ont revendiqué, au début des années 2000, que le Québec se dote d’une loi pour éliminer la pauvreté. Elle était également de toutes les consultations, depuis l’adoption de la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, qui ont mené à l’adoption des différents plans d’action gouvernementaux.

Si des gains importants ont été réalisés au fil des ans, la FAFMRQ s’inquiète fortement des reculs que connait présentement le Québec et qui affectent d’abord les personnes les plus vulnérables de la société. Il est pour le moins paradoxal que le gouvernement s’apprête à adopter un troisième plan d’action gouvernemental de lutte contre la pauvreté alors qu’on multiplie les mesures qui ont des effets extrêmement néfastes sur les personnes qu’on prétend vouloir aider ! C’est le cas par exemple des récentes modifications apportées à l’aide sociale qui, en plus d’entretenir des préjugés envers les prestataires, sont une atteinte directe à leur santé et à leur dignité !

Ceci est d’autant plus scandaleux quand on sait que l’État pourrait très bien récupérer des milliards de dollars, notamment en améliorant la progressivité de l’impôt, en rétablissant l’équilibre entre la fiscalité des particuliers et celle des entreprises ou en luttant contre la fraude et la mauvaise gestion des fonds publics. À cet effet, la FAFMRQ recommande au gouvernement du Québec de s’inspirer des solutions proposées par la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics dans son document intitulé «10 milliards de solutions : nous avons les moyens de faire autrement!».

Pour télécharger le mémoire…

AIDE SOCIALE: DES RECULS INACCEPTABLES

Actualité, Lutte à la pauvreté |

28 janvier 2016

Lourdes Rodriguez del Barrio et Vivian Labrie – Au nom de l’équipe de recherche interuniversitaire ERASME (LE DEVOIR)
ERASME
Photo: Olivier Zuida Le Devoir

Extraits d’une lettre envoyée aux membres de l’Assemblée nationale du Québec

Au moment où une commission de l’Assemblée nationale entreprend des consultations sur le projet de loi 70 « visant à permettre une meilleure adéquation entre la formation et l’emploi ainsi qu’à favoriser l’intégration en emploi », nous faisons appel à vous pour contrer ce projet de loi, qui comporte des reculs inacceptables en matière d’aide sociale, et pour remettre le Québec sur les rails dans la lutte contre la pauvreté.

À l’automne 1997, un « Parlement de la rue » s’est réuni devant l’Assemblée nationale pour dénoncer le projet de loi 186 sur le soutien du revenu et favorisant l’emploi et la solidarité sociale. Ce projet de loi assujettissait les personnes demandant l’aide sociale à de nouvelles obligations, sous couvert d’un « parcours individualisé vers l’insertion, la formation et l’emploi ». Ces obligations étaient assorties de réductions importantes de prestations lorsqu’une personne ne se conformait pas au parcours, par exemple en refusant une mesure. Le projet de loi 186 a été adopté. La dégradation de l’aide sociale a heureusement suscité une mobilisation citoyenne sans précédent.

Pour lire l’article…

AIDE SOCIALE: Un réfractaire doit subir les conséquences, selon Sam Hamad

Actualité, Lutte à la pauvreté |

27 janvier 2016

PATRICE BERGERON – La Presse canadienne à Québec (Le Devoir)

HamadPressecanadienne
PHOTO: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne

En commission parlementaire, la Coalition pour un Québec sans pauvreté a livré une charge à fond de train contre le projet de loi.

«Absolument rien ne justifie de couper dans les prestations des personnes assistées sociales, des personnes dont le revenu n’est pas décent», a déclaré Serge Petitclerc, en invoquant notamment la Charte québécoise des droits et libertés qui prévoit qu’une personne dans le besoin a droit à de l’assistance.

«Punir les personnes assistées sociales parce qu’elles sont pauvres, c’est tout simplement immoral, sinon illégal », a-t-il poursuivi, tandis que sa collègue, Virginie Larivière, affirmait que le projet de loi était « odieusement rempli de préjugés».

Pour lire l’article…

« L’AIDE SOCIALE M’A SAUVÉ LA VIE »

Actualité, Lutte à la pauvreté |

27 janvier 2016

Un texte de Marie-Maude PontbriandICIRADIO-CANANDA.CA
Radio-CanadaPL70-27 janv2016

À sa sortie du Centre jeunesse, à l’âge de 17 ans, Émilie Roy s’est retrouvée dans la rue à consommer de la drogue par intraveineuse et à se prostituer plusieurs fois par jour pour payer ses doses.

C’est une intervenante sociale de la maison Dauphine à Québec qui l’a convaincue de s’inscrire à l’aide sociale et de suivre une cure de désintoxication.

Pour voir le reportage…

La méthode de la carotte et du bâton jugée rétrograde et inefficace.

Actualité, Lutte à la pauvreté |

27 janvier 2016

COMMUNIQUÉ
logo_dignite

Québec, le 27 janvier 2016 – Alors que débutent aujourd’hui les travaux parlementaires sur le projet de loi 70, une large coalition de groupes sociaux demande son retrait pur et simple. Selon eux, ce projet menace l’accès à l’aide sociale et introduit d’inquiétantes mesures punitives à l’encontre des personnes assistées sociales. Des centaines de manifestant.e.s vont braver le froid aujourd’hui pour faire entendre leurs préoccupations au ministre Hamad, qui ne semble pas très soucieux, jusqu’à maintenant, du sort des plus pauvres de notre société.

Pour télécharger le communiquer…

AIDE SOCIALE: le ministre doit jouer franc jeu

Actualité, Lutte à la pauvreté |

27 janvier 2016

SERGE PETITCLERC. porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté – HUFFINGTON POST

PhotoHamad

Depuis le dépôt du projet de loi 70, lequel introduit le Programme objectif emploi, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, M. Sam Hamad, soutient qu’un nouveau demandeur d’aide sociale qui refuserait un emploi jugé «convenable» verra sa prestation amputée de moitié. Une menace d’une telle ampleur ne peut avoir d’autre objectif que de nous rendre plus conciliants à l’égard d’une coupe plus «modérée».

Le ministre Hamad laisse entendre d’autre part que les nouveaux demandeurs devront accepter «tout emploi convenable» qui leur est proposé, même si cet emploi se trouve à plusieurs centaines de kilomètres de leur domicile. Encore une fois, le ministre Hamad en met plus que le client en demande! S’il revient sur cette obligation pour la limiter par exemple à 50 km, est-ce que nous pousserons un grand soupir collectif et remercierons le ministre d’avoir agi avec plus de modération? Loin de là!

Pour lire l’article…

AIDE SOCIALE: une vaste coalition se forme contre la réforme

Actualité, Lutte à la pauvreté |

25 janvier 2016

La Presse canadienne – LE DEVOIR

PETICLERC

PHOTO: Annick MH de Carufel – Le Devoir

Le projet de loi 70 qui, selon le gouvernement provincial, vise entre autres choses « à favoriser l’intégration en emploi » a été vertement dénoncé par un regroupement d’une vingtaine d’organisations baptisé la Coalition Objectif Dignité ainsi que par de nombreux syndicats.

Leurs représentants ont tiré à boulets rouges sur ce texte législatif, dimanche avant-midi, lors d’un point de presse tenu à Montréal.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2016