CRISE D’ÉQUITÉ – Les mesures d’austérité frappent plus durement les femmes que les hommes, et celles de relance les avantagent moins

Articles

CRISE D’ÉQUITÉ – Les mesures d’austérité frappent plus durement les femmes que les hommes, et celles de relance les avantagent moins

Le Devoir | Karl Rettino-Parazelli | Emploi
PhotoLe Devoir
Photo: Jacques Nadeau, Le Devoir

Les femmes du Québec subissent davantage que les hommes les dommages collatéraux de la plus récente crise économique. Elles ont été plus durement atteintes par les mesures d’« austérité » mises en place pour rétablir l’équilibre budgétaire et n’ont pas été favorisées autant que les hommes par la relance économique.

Une nouvelle étude dévoilée lundi par l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) révèle que, contrairement à ce qu’affirme le gouvernement Couillard, les mesures imposées pour redresser les finances publiques du Québec ne sont pas « neutres » et « technocratiques » : elles portent un coup plus dur aux femmes qu’aux hommes.

« Les résultats sont clairs, la sortie de crise depuis 2008 a eu un impact négatif sur les femmes, tant pour ce qui est de la relance que pour l’austérité », affirme la coauteure de l’étude, Eve-Lyne Couturier.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2021