RASSEMBLEMENT DEVANT L’ASSEMBLÉE NATIONALE: ouverture des consultations sur le rapport de la commission d’examen sur la fiscalité québécoise

Articles

RASSEMBLEMENT DEVANT L’ASSEMBLÉE NATIONALE: ouverture des consultations sur le rapport de la commission d’examen sur la fiscalité québécoise

Actions |

03 septembre 2015

3SEPTEMBRE

Dès le 3 septembre, la Commission sur les finances publiques de l’Assemblée nationale tiendra des consultations sur le rapport de la Commission d’examen sur la fiscalité québécoise (Commission Godbout).

Cet automne, il faudra, encore une fois, se mobiliser pour réaffirmer notre revendication en faveur d’une réelle redistribution de la richesse, et contre le recours accru aux taxes et aux tarifs préconisé dans le rapport Godbout et de plus en plus par le gouvernement Couillard lui-même.

Rassemblement à Québec, devant l’Assemblée nationale
3 septembre, 11h30
Événement facebook: https://www.facebook.com/events/493578794123485/

Rappelons que l’an dernier, les consultations menant à ce rapport ont été qualifiées de « bidons » par plusieurs, dont la Coalition Main rouge. La légitimité de cette commission, présidée par l’économiste Luc Godbout, a aussi été largement contestée. Quant aux invitations à participer aux consultations sur ce rapport, elles ont été transmises à un groupe très restreint. Il est clair que le « dialogue social » annoncé au départ, pour cette démarche, n’en est pas un !

Les mesures de tarification supplémentaires proposées dans le rapport Godbout – telles que l’augmentation de la taxe à la consommation, de la taxe sur les livres ainsi que de la taxe sur d’autres produits actuellement détaxés, la hausse et la modulation des frais de garde puis l’augmentation des tarifs d’électricité – mettent de l’avant une fiscalité régressive plutôt que progressive. Le rapport fait aussi la promotion d’un recours accru au principe d’utilisateur-payeur.

Ce rapport propose aussi l’abolition de nombreuses dépenses fiscales, dont les crédits d’impôts pour les grandes entreprises, mais pour financer des baisses d’impôts de ces mêmes entreprises plutôt que pour financer nos services publics et nos programmes sociaux !

En se fiant sur les recommandations de ce rapport ainsi que sur la déclaration de juin du ministre des Finances, qui affirmait que l’impôt est «la pire des taxes», les consultations à venir risquent fort de relancer le débat sur la manière dont nous finançons nos services publics et nos programmes sociaux.

La Coalition profite également de l’occasion pour lancer un outil d’information sur ce sujet (disponible dès maintenant ici: http://bit.ly/1hySWHn)

© FAFMRQ 2021