AIDE SOCIALE: DES EXPERTS POURFENDENT LA RÉFORME LIBÉRALE

Articles

AIDE SOCIALE: DES EXPERTS POURFENDENT LA RÉFORME LIBÉRALE

Actualité ,Lutte à la pauvreté |

23 janvier 2016

Des chercheurs en travail social estiment que le projet de loi fait fi des constats scientifiques

MARCO FORTIER  (QUÉBEC) –  LE DEVOIR

La réforme de l’aide sociale, qui forcera les nouveaux prestataires à suivre des programmes de retour à l’emploi, rate la cible : le gouvernement Couillard se base sur des « préjugés » démentis par la science, affirme un groupe d’universitaires.

Dans une lettre transmise au Devoir, des chercheurs en travail social soutiennent que la stratégie de Québec pour réduire le nombre d’assistés sociaux repose sur de « fausses prémisses ». L’objectif du projet de loi 70, présenté en novembre, est noble — inciter les gens à trouver du travail —, mais ce n’est pas en coupant dans les prestations d’aide sociale qu’on y arrivera, estiment les signataires, professeurs en travail social à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR).

« Nous sommes ici dans l’univers des préjugés fortement répandus dans la population à l’égard des bénéficiaires d’aide sociale (par exemple, dépendant, paresseux, fraudeur) », écrit Jean-Yves Desgagnés, directeur du module de travail social de l’UQAR, au nom de cinq de ses collègues. « Jamais, depuis l’existence de l’aide sociale en 1969, un gouvernement n’était allé aussi loin dans le workfare [travailler pour recevoir de l’aide] et la négation des droits fondamentaux des plus pauvres de notre société », ajoutent les signataires.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2021