LE DROIT FAMILIAL : UN ENJEU D’ÉGALITÉ!

Articles

LE DROIT FAMILIAL : UN ENJEU D’ÉGALITÉ!

Les membres de la Fédération des femmes du Québec seront appelées à adopter une position sur le droit familial lors de l’Assemblée générale annuelle 2016. Cette volonté vient des membres qui ont proposé en AGA 2014 et 2015 que la FFQ prenne position sur ces enjeux.

C’est dans cette perspective que Sylvie Lévesque, directrice générale de la FAFMRQ, a été invitée à publier un article dans le Journal des membres de la FFQ.

Famille-papier-310x219

La question des droits des conjoints de fait a suscité un débat social important depuis la réforme de la Loi sur le divorce de 1960. En effet, la très médiatisée cause juridique Éric c. Lola a fait couler beaucoup d’encre et soulevé des réactions parfois très émotives, d’autant plus troublantes qu’elles touchent directement à la question de l’égalité entre les hommes et les femmes. Deux fois plus de femmes vivent en union libre au Québec, comparativement à l’ensemble du Canada[1]. Entre les recensements de 1981 à 2011, la proportion des couples en union libre parmi l’ensemble des couples vivant avec ou sans enfant est passée de 8 % à 38 %[2]. La tendance est encore plus frappante chez les jeunes : les deux tiers des femmes âgées de 15 à 34 ans vivant en couple étaient conjointes de fait (ISQ 2011). De plus, 63 % des enfants naissent de parents non mariés[3] et le trois quarts des familles monoparentales sont encore sous la responsabilité d’une femme. Quant aux ruptures, elles touchent près d’un couple sur deux, qu’il soit marié ou en union de fait. Cette situation engendre, au moment d’une rupture, des impacts financiers importants, particulièrement auprès des femmes qui, en général, ont un revenu plus faible.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2021