LE MYTHE DU MÉRITE

Articles

LE MYTHE DU MÉRITE

Mickaël Bergeron – VOIR
Mickael Bergeron

L’automne dernier, Donald Trump s’est vanté d’être un self-made-man. Il ne serait parti de rien. À NBC, il déclarait: «Rien n’a été facile pour moi. Mon père m’a fait un petit prêt d’un million de dollars.» J’imagine que lorsque nous sommes le fils d’un milliardaire, on perd la notion des grandeurs. Vous me direz que ce n’est pas sa seule connerie, mais ça résume bien ce que je pense du mythe de la personne qui dompte son destin.

Le mythe du milliardaire disant n’être parti de rien m’irrite plus qu’il ne suscite mon admiration. En fait, ça m’emmerde royalement. Son opposé, le mythe du pauvre créateur de sa propre misère m’énerve tout autant.

Je trouve ça insultant pour tous ceux et celles qui travaillent fort, mais qui ne récoltent pas autant, voire rien. Comme lorsqu’on dit qu’une personne a gagné son combat contre le cancer, comme si on guérissait du cancer de la même manière que Rocky mettait quelqu’un au tapis, comme si guérir n’était qu’une question de volonté.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2021