FAUSSE ROUTE

Articles

FAUSSE ROUTE

DENIS DUFRESNELa Tribune

(Sherbrooke) ÉDITORIAL / L’approche punitive du ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, pour obliger les nouveaux demandeurs d’aide sociale à se trouver un emploi risque de pénaliser sans distinction les personnes qui vivent des difficultés personnelles, de scolarité déficiente ou de discrimination à l’embauche.

La sortie, lundi, de plus de 250 universitaires qui dénoncent le projet de loi 70, actuellement à l’étape de l’étude détaillée, en raison notamment des pénalités prévues pour ceux et celles qui refuseront de participer au programme d’insertion à l’emploi, devrait inciter M. Blais à mesurer les impacts de cette réforme sur les plus démunis et à refaire ses devoirs.

À première vue, ce projet de loi comporte un objectif louable : inciter les jeunes à se détourner de l’aide sociale en leur offrant un programme pour la recherche d’un emploi, une formation ou l’acquisition de compétences.

L’idée apparaît même excellente lorsque l’on sait que chaque année près de 17 000 jeunes demandent de l’aide sociale pour la première fois.

En revanche, ceux et celles qui refuseraient de participer au programme pourraient se faire enlever jusqu’à la moitié de leur chèque mensuel de 623 $, montant auquel il faut toutefois ajouter le crédit d’impôt à la solidarité de 103 $.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2021