MÈRES PORTEUSES:UN JUGEMENT QUI OUVRE LA PORTE AU TOURISME PROCRÉATIF

Articles

MÈRES PORTEUSES:UN JUGEMENT QUI OUVRE LA PORTE AU TOURISME PROCRÉATIF

Actualité |

29 juillet 2016

Jessica Nadeau / Le Devoir

Capture d’écran 2016-07-29 à 11.19.49

Le dernier jugement de la Cour du Québec, qui vient reconnaître à un père le droit d’adopter des jumelles conçues par une mère porteuse en Inde, ouvre une brèche importante en matière de tourisme procréatif, estime Alain Roy, président du Comité consultatif sur le droit de la famille.

« Maintenant, on sait que les couples québécois qui vont aller en Inde ou ailleurs dans le monde, peu importe les conditions exécrables dans lesquelles les mères porteuses évoluent là-bas, vont pouvoir revenir avec l’enfant et soumettre un projet d’adoption […]. Ça peut être reçu par les gens qui veulent un enfant comme étant une certaine forme de caution. »

En 2012, un couple homosexuel a déboursé 30 000 $ dans une clinique de Bombay pour qu’une femme porte leur enfant. Neuf mois plus tard, ils ramenaient au pays des jumelles. Comme l’acte de naissance mentionne le nom d’un seul des deux hommes — le père biologique—, son conjoint a déposé une demande pour adopter les fillettes.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2021