PROTECTRICE DU CITOYEN: Les plus vulnérables ont payé le prix de l’austérité

Articles

PROTECTRICE DU CITOYEN: Les plus vulnérables ont payé le prix de l’austérité

Actualité ,Lutte à la pauvreté |

30 septembre 2016

Amélie Daoust-Boisvert – avec Hélène Buzzetti et Robert Dutrisac Le Devoir

La bureaucratie a moins souffert que les personnes vulnérables des compressions dans les services publics, a soutenu la protectrice du citoyen, Raymonde Saint-Germain, qui publiait jeudi un volumineux et dernier rapport annuel après dix ans à la tête de l’institution.

Un bilan dont les conclusions ont été balayées du revers de la main par le premier ministre Philippe Couillard. Il s’est dit en « désaccord » avec les constats de la protectrice.

« Les discours sur les personnes vulnérables, les discours sur la solidarité, avec des finances publiques déséquilibrées et un endettement chronique, ce n’est que du vent, ça ne veut rien dire pour la population », a déclaré le premier ministre lors d’une mêlée de presse en marge du congrès annuel de la Fédération québécoise des municipalités, où il prononçait un discours.

« Ce qui menace le plus les services publics, y compris pour les personnes vulnérables, ce sont les déficits constants et l’endettement qui enlèvent toute capacité d’agir au gouvernement », a maintenu Philippe Couillard. Il a rappelé que des investissements en santé seraient annoncés « prochainement », alors qu’en éducation, le réinvestissement est amorcé.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2021