SALAIRE MINIMUM: L’IRIS oppose ses propres chiffres aux tenants du scénario catastrophe

Articles

SALAIRE MINIMUM: L’IRIS oppose ses propres chiffres aux tenants du scénario catastrophe

Actualité ,Lutte à la pauvreté |

28 octobre 2016

Karl Rettino-Parazelli | Le Devoir

Une hausse à 15 $ retrancherait tout au plus 20 000 postes au Québec, selon une nouvelle étude

imagePhoto: Jacques Nadeau Le Devoir

Une hausse immédiate du salaire minimum à 15 $ l’heure n’entraînerait pas des pertes d’emploi massives, comme le prédisent certains économistes, conclut une nouvelle étude de l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) dont Le Devoir a obtenu copie.

L’IRIS dévoilera ce jeudi un rapport qui promet d’alimenter le débat en cours au sujet du salaire minimum à 15 $ l’heure. « En utilisant les méthodes statistiques réputées les plus rigoureuses à ce jour, la présente étude démontre que les effets pervers des fortes hausses du salaire minimum sont bien souvent minimes par rapport à leurs effets bénéfiques, tant au Québec qu’au Canada », indique d’entrée de jeu l’étude réalisée par les chercheurs Mathieu Dufour et Raphaël Langevin.

Le rapport réfute notamment les conclusions de l’économiste Pierre Fortin, qui a récemment déclaré à RDI économie qu’une hausse immédiate du salaire minimum aurait l’effet d’une « bombe atomique » sur le Québec, avec la perte de 100 000 emplois.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2021