RÉFORME: L’aide sociale et la peur de la faim

Articles

RÉFORME: L’aide sociale et la peur de la faim

Actualité ,Lutte à la pauvreté |

12 novembre 2016

MARTIN PETITCLERC ET CORY VERBAUWHEDELe Devoir

aide-socialePhoto: Olivier Zuida Le Devoir

Pièce maîtresse de la session d’automne du gouvernement Couillard, le projet de loi 70 visant à réformer le programme d’aide sociale — devenu la loi 25 — a été adopté ce jeudi 10 novembre. Par les menaces qu’elle fait planer sur les personnes qui demandent une aide de dernier recours et leurs familles, la « Loi visant à permettre une meilleure adéquation entre la formation et l’emploi ainsi qu’à favoriser l’intégration en emploi » doit être dénoncée.

Rappelons d’abord que cette loi crée un programme d’employabilité pour les nouveaux demandeurs d’aide sociale qui sont sans contrainte à l’emploi. Ce programme, d’une durée minimale de 12 mois, les obligera à accepter « tout emploi convenable » et à maintenir leur lien d’emploi. Chaque personne visée qui ne respecterait pas les conditions du «plan d’intégration en emploi» verrait sa maigre prestation mensuelle de 623$ (965 $ pour deux adultes) amputée de plusieurs centaines de dollars. Celle qui refuserait de se soumettre à un tel plan serait tout simplement coupée de l’aide sociale.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2021