L’ÉDUCATION POPULAIRE RELÉGUÉE À L’ARRIÈRE-PLAN

Articles

L’ÉDUCATION POPULAIRE RELÉGUÉE À L’ARRIÈRE-PLAN

DAPHNÉE DION-VIENSLE JOURNAL DE QUÉBEC
Un rapport propose de ramener les projecteurs sur cette «face cachée» de l’éducation

Malgré son apport «incontournable» à la société québécoise, l’éducation populaire a disparu de «l’écran radar», déplore le Conseil supérieur de l’éducation qui réclame qu’on lui accorde toute l’importance qu’elle mérite afin, notamment, de lutter contre l’analphabétisme.

Au cours des dernières années, l’éducation populaire a perdu du terrain si bien qu’elle n’est plus reconnue aujourd’hui à sa juste valeur, peut-on lire dans l’avis rendu public lundi par le Conseil, qui s’étend sur plus de 200 pages.

Au fil des ans, les commissions scolaires ont réduit leur offre en éducation populaire et les politiques gouvernementales lui accordent bien peu de place puisque les dernières mentions remontent au début des années 2000, déplore l’organisme.

«Les pratiques d’éducation populaire, c’est un peu la face cachée de l’éducation», lance Lucie Bouchard, présidente par intérim du CSE.

Pour lire l’article…

Pour lire le communiqué du Conseil supérieur de l’éducation…

© FAFMRQ 2021