MOINS DE PRESTATAIRES, PLUS DE PRÉCARITÉ FINANCIÈRE

Articles

MOINS DE PRESTATAIRES, PLUS DE PRÉCARITÉ FINANCIÈRE

Actualité ,Lutte à la pauvreté |

02 janvier 2017

SAMUEL ROCHETTE (CANDIDAT AU DOCTORAT EN BIOLOGIE MOLÉCULAIRE À L’UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL) – LA PRESSE+

En 1996, le président Clinton a signé un projet de loi pour réformer le programme d’aide sociale américain et redonner un emploi à ses prestataires. Vingt ans plus tard, le bilan de la réforme reste controversé et donne une idée des risques associés à la loi 70 récemment adoptée par l’Assemblée nationale.

Après plusieurs amendements adoptés par le Congrès à majorité républicaine de l’époque, un projet de loi très musclé a été ratifié par Bill Clinton en 1996 pour réformer l’aide sociale. Les montants étaient désormais conditionnels à ce que les prestataires démontrent qu’ils recherchent activement un emploi. Le maximum d’années de prestations est aussi passé à cinq. Cette dernière mesure était évidemment la plus incitative à la recherche d’emploi, car les prestataires étaient menacés de perdre toute aide.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2021