HAUSSE DU SALAIRE MINIMUM – Une attitude indécente du gouvernement Couillard

Articles

HAUSSE DU SALAIRE MINIMUM – Une attitude indécente du gouvernement Couillard

Bandeau 5-10-15

COMMUNIQUÉ

MONTRÉAL, le 19 janv. 2017 – La ministre responsable du Travail, Dominique Vien, a choisi son camp avec la hausse du salaire minimum de 50 ¢ prévue pour le 1er mai prochain. Un pan important de la société civile estime pourtant qu’une hausse substantielle du salaire minimum est nécessaire afin de sortir les personnes à bas salaire de la pauvreté.

« S’ajoute à l’indécence l’annonce faite le 20 décembre par la ministre de diminuer la cotisation des employeurs pour financer l’application de la Loi sur les normes du travail (LNT) de 0,08% à 0,07%! Serait-ce pour subventionner cette hausse du salaire minimum? », se sont indignés les porte-parole de la campagne 5-10-15.

Ce faisant, le gouvernement Couillard se montre davantage à l’écoute des associations patronales qui ont évoqué à tour de rôle des scénarios plus apocalyptiques les uns que les autres sans être en mesure de les prouver. «Cette faible augmentation maintiendra dans la précarité des dizaines de milliers de familles, dénonce Christian Daigle, président général du SFPQ qui vient de se joindre à la coalition 5-10-15. On constate à quelle enseigne loge le PLQ en favorisant les entreprises au détriment des bas salarié-es.»

Pourtant, le 24 octobre dernier, lors d’une rencontre avec une délégation de la campagne 5-10-15, la ministre du Travail avait reconnu que, si un salaire minimum à 15$ était trop élevé selon elle, une augmentation de 0,20$ comme l’année dernière serait nettement insuffisante.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2021