DIS-MOI «COMBIEN» TU M’AIMES…

Articles

DIS-MOI «COMBIEN» TU M’AIMES…

DAVID RIENDEAUJOURNAL DE MONTRÉAL

COMBIEN Illustration FOTOLIA

Vingt ans de vie commune et deux enfants plus tard, c’est la rupture. En tant que conjoints de fait, vous pensez avoir les mêmes droits qu’un couple marié au moment du partage des biens. Erreur! Si la maison, la voiture et les électros étaient au nom de votre ex, vous risquez de vous retrouver avec des sacs d’épicerie vides.

Vous n’êtes pas le seul à vous tromper. Selon une enquête menée par la sociologue Hélène Belleau auprès des ménages québécois, près d’un couple en union libre sur deux croit à tort qu’il possède le même statut juridique qu’un couple marié. «Cette confusion est entretenue dans un sens par l’État qui traite les conjoints de fait comme des mariés lorsqu’il calcule le revenu familial, souligne la coauteure de L’amour et l’argent, un ouvrage qui dresse un portrait des habitudes des couples québécois en matière d’économie domestique. Ajoutons à cela que chez de nombreux couples, le sujet de l’argent est plus tabou que le sexe.»

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2017