IL EXISTE D’AUTRES OPTIONS QUE « L’AUSTÉRITARISME »

Articles

IL EXISTE D’AUTRES OPTIONS QUE « L’AUSTÉRITARISME »

Juan-Luis Klein, Annie Camus, Jacques L. Boucher, Yanick NoiseuxRespectivement professeur à l’UQAM et directeur du Centre de recherches sur les innovations sociales (CRISES), professeure à l’UQAM et directrice adjointe du CRISES, professeur associé à l’UQO et directeur adjoint du CRISES ainsi que professeur à l’Université de Montréal et membre du CRISES  LE DEVOIR

AUSTÉRITARISME Photo: iStock

La société capitaliste traverse une crise dont elle n’arrive pas à se remettre. Quelques-uns des révélateurs de cette crise sont la concentration et la répartition inégale de la richesse, qui ne cesse de s’accroître, comme le dénonce Oxfam année après année, l’érosion de la cohésion sociale, due entre autres à la « panne de l’ascenseur social » montrée par l’OCDE, et la précarité de nombreux travailleurs et travailleuses, dont plusieurs d’origine immigrante, qui, tout en ayant un emploi, restent enfermés dans la pauvreté. Les institutions existantes semblent incapables de répondre d’une manière efficace et inspirante à ces problèmes sociaux profonds, lesquels d’ailleurs risquent de se voir intensifiés par les changements technologiques introduits par le « numérique » dans les processus de production des biens et des services. Ces changements constituent ce que certains désignent comme la « quatrième révolution industrielle », nouveau mantra des stratèges de la compétitivité, dont l’objectif est de remplacer les employés par des robots.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2021