Conciliation famille-travail-études: agissons collectivement pour nos familles

Articles

Conciliation famille-travail-études: agissons collectivement pour nos familles

LOUISE CHABOT (PRÉSIDENTE DE LA CSQ) – LE SOLEIL

 Photo: Archives La Presse

Jusqu’à dimanche prochain, le Québec vit à l’heure des familles. En effet, nous soulignons ces jours-ci la Semaine québécoise des familles. Le moment est propice pour réfléchir ensemble sur la place que notre société devrait faire à ces dernières.

Ce n’est pas parce qu’il est fréquemment question de conciliation famille-travail-études sur la place publique que la situation est réglée pour autant. Tant s’en faut, et à la CSQ nous sommes bien placés pour le savoir. L’organisation du travail est de plus en plus complexe.

De lourdes conséquences
C’est quotidiennement que les travailleuses et travailleurs doivent faire face à cette nécessité de conciliation.

Pensons notamment au temps supplémentaire obligatoire toujours plus présent dans le secteur de la santé, au phénomène des personnes proches aidantes ou à l’augmentation des emplois atypiques. Les travailleuses et travailleurs sont parfois confrontés à des choix difficiles entre prendre soin d’un proche et leurs obligations professionnelles. Prenons l’exemple d’une travailleuse ou d’un travailleur qui doit supporter un parent âgé ou malade, ou un enfant handicapé. La situation est encore plus déchirante lorsque l’employé ne bénéficie pas d’horaires réguliers. Les conséquences sont donc parfois lourdes et coûteuses, tant pour l’employé et sa famille que pour les entreprises.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2017