Les femmes locataires montent au front

Articles

Les femmes locataires montent au front

MÉLANIE NOËLLA TRIBUNE

SPECTRE MÉDIA, JESSICA GARNEAU

(Sherbrooke) Avant, Maureen Marchand était une mère monoparentale sur l’aide sociale qui parlait avec un accent. Trois facteurs pour lesquels les propriétaires de logements ne souhaitaient pas l’avoir pour locataire.

«Le monde ne veut pas louer aux gens sur l’aide sociale, même si notre crédit est bon et que nous ne causons pas de problème. En plus, certains ne se gênent pas pour dire qu’ils ne veulent pas d’enfants, car c’est bruyant. C’était difficile de trouver un logement bien. La seule chose que j’ai trouvée était un logement insalubre», explique la Sherbrookoise, ajoutant que le plafond du taudis où elle habitait était en train de lui tomber sur la tête, des coulisses brunâtres décoraient les murs, la porte d’entrée ouvrait toute seule quand il y avait de grands vents, les fenêtres s’ouvraient de l’extérieur et des insectes cohabitaient avec elle et sa fille.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2021