LES MESURES COLLECTIVES ET LES POLITIQUES PUBLIQUES QUI CONTRIBUENT À PRÉVENIR LA MALTRAITANCE DES ENFANTS DE 0 À 5 ANS

Articles

LES MESURES COLLECTIVES ET LES POLITIQUES PUBLIQUES QUI CONTRIBUENT À PRÉVENIR LA MALTRAITANCE DES ENFANTS DE 0 À 5 ANS

Marie-Hélène Gagné, Ph.D. et Julie Goulet, Ph.D.
Avec la collaboration de : Steve Jacob, Ph.D. Geneviève Roch, Ph.D. Nancy Leblanc, Ph.D.
Université Laval 20 février 2017

Extrait: « Ceci dit, les données probantes disponibles vont dans le sens attendu et mettent en lumière l’effet préventif de certaines mesures. L’aide financière et alimentaire aux jeunes familles à faible revenu ou sans revenu, l’adoption de lois qui bannissent la punition corporelle, la diffusion de campagnes médiatiques, ainsi que la formation des intervenants œuvrant auprès des jeunes familles, sont tous des moyens dont le potentiel préventif est scientifiquement appuyé.

D’autres moyens sont pressentis comme pouvant contribuer à prévenir la maltraitance, mais la preuve scientifique reste à faire. C’est le cas des mesures facilitant la conciliation travail-famille, des services de garde éducatifs, des programmes de stimulation et d’éducation précoce pour les tout-petits de milieux défavorisés, et des interventions qui visent à améliorer l’environnement physique dans lequel vivent les familles.

Au niveau du renforcement du soutien économique des familles, une hausse des prestations d’aide sociale, qui évite d’imposer des sanctions financières aux bénéficiaires, entraîne une réduction de la maltraitance des jeunes enfants. Or, le Québec a récemment réintroduit les sanctions dans le programme d’aide sociale, ce qui va à l’encontre des bonnes pratiques recensées ici. Les études suggèrent qu’imposer des sanctions aux parents prestataires d’aide sociale pour non-conformité contribuerait à fragiliser des familles déjà en situation de vulnérabilité. L’entrée en vigueur récente de la loi 70 réintroduisant les pénalités financières lors de non-conformité au programme pour les nouveaux demandeurs d’aide sociale est à cet effet préoccupante. »

Pour télécharger le document…

© FAFMRQ 2021