Le ministre Proulx vise haut avec son «nouveau cycle»

Articles

Le ministre Proulx vise haut avec son «nouveau cycle»

PATRICIA CLOUTIERLE SOLEIL

Photo: LE SOLEIL, ERICK LABBÉ

(Québec) Ce n’est pas une réforme, mais «le début d’un nouveau cycle» en éducation que le ministre Sébastien Proulx a l’ambition de provoquer, avec le dévoilement le 21 juin à Québec de sa politique sur la réussite éducative.

Création d’un Institut national d’excellence en éducation, apprentissage des codes informatiques à un jeune âge, valorisation de la profession enseignante par plusieurs «gestes concrets»: la politique répondra à plusieurs enjeux. Lancées l’automne dernier, les 50 pistes de réflexion du ministre Proulx ont, selon lui, toutes passé le test de la faisabilité. «Je ne mets rien de côté», lance le ministre, qui voudra plutôt présenter des échéanciers et des étapes pour réaliser le tout dans le bon ordre.

En entrevue éditoriale au Soleil, le ministre Proulx explique qu’il souhaitait ratisser large et viser haut. D’abord, il croit qu’il «est temps» que le Québec vise plus haut qu’un objectif de 80 % de taux de diplomation. «À mon avis, c’est pas suffisant», lance celui qui précisera quelle sera sa nouvelle cible la semaine prochaine, alors que le taux de diplomation actuel est de 78,8 %,ce qui englobe toutes les qualifications menant au marché du travail.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2017