DES PARENTS VEULENT METTRE FIN À LA «SÉGRÉGATION SCOLAIRE»

Articles

DES PARENTS VEULENT METTRE FIN À LA «SÉGRÉGATION SCOLAIRE»

SARAH R. CHAMPAGNE LE DEVOIR

Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir

Le nouveau mouvement L’école ensemble s’en prend à la sélection des élèves et au financement des écoles privées.

Des parents lancent un mouvement pour mettre fin à la «ségrégation scolaire» qui crée un «système à trois vitesses». La sélection des élèves et le financement public des écoles privées menacent selon eux l’égalité des chances des Québécois et doivent cesser.

Le Mouvement L’école ensemble récolte d’emblée un appui de taille, celui de Guy Rocher qui signe une lettre ouverte en nos pages. L’éminent sociologue y reprend le terme fort de «ségrégation » pour décrire la séparation physique des enfants plus fortunés ou plus doués des autres, une véritable « démission collective», écrit-il.

Les classes ordinaires de l’école publique se sont vidées peu à peu des meilleurs élèves. Un «écrémage scolaire», comme le nomme Stéphane Vigneault, coordonnateur de L’école ensemble, intensifié par l’essor de l’école privée. Puis avec les programmes particuliers sélectifs, eux aussi en nette augmentation pour «compétitionner l’école privée sur son propre terrain».

Ce sont aujourd’hui 41 % des enfants qui se retrouvent soit en classe privée ou sélectionnés pour des classes publiques particulières, le « programme international » par exemple.

Une proportion qui dépasse nettement le «point de rupture», avertit M. Vigneault, citant le taux de décrochage scolaire au secondaire «figé» à 25% et un taux d’analphabétisme fonctionnel alarmant de 53%.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2017