54% des bénéficiaires quittent l’aide sociale après un an

Articles

54% des bénéficiaires quittent l’aide sociale après un an

Actualité ,Lutte à la pauvreté |

28 juillet 2017

ISABELLE PORTERLE DEVOIR

Les sanctions d’Objectif Emploi s’attaqueraient aux plus démunis, arguent les opposants à la réforme du programme

Photo: iStock

Plus de la moitié des personnes (54 %) qui s’inscrivent à l’aide sociale au Québec quittent le programme d’elles-mêmes après un an, a appris Le Devoir. Une statistique qui n’entame pas la volonté du gouvernement d’aller de l’avant avec Objectif Emploi, un programme de 45 millions qui vise à limiter le recours à l’aide sociale.

Objectif Emploi a été adopté dans la controverse. Le programme prévoit des sanctions — qui peuvent atteindre 224 $ sur un chèque mensuel de 628 $ — pour les personnes qui ne collaborent pas à la démarche de réintégration au marché du travail. Et il mérite d’être maintenu, soutient le cabinet du ministre de la Solidarité sociale, François Blais, qui est présentement en vacances.

« Même si présentement plus de la moitié des primo-demandeurs sortent de l’aide sociale après un an, notre gouvernement entend tout mettre en oeuvre pour accompagner tous les primo-demandeurs », nous a-t-on répondu par courriel.

Et d’ajouter que l’on compte compenser en partie le manque de travailleurs avec Objectif Emploi. « La situation démographique actuelle du Québec fait en sorte que des centaines de milliers d’emplois seront disponibles dans les prochaines années. »

Dans sa réponse écrite à nos questions, le ministère a quant à lui souligné que les personnes qui restent sur l’aide sociale une deuxième année « ont deux fois moins de chances de quitter l’aide financière de dernier recours » que lors de la première année.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2021