SOLIDARITÉ SOCIALE: UN DANGEREUX RÉALIGNEMENT

Articles

SOLIDARITÉ SOCIALE: UN DANGEREUX RÉALIGNEMENT

Actualité ,Lutte à la pauvreté |

16 novembre 2017

VIRGINIE LARIVIÈRE (COLLECTIF POUR UN QUÉBEC SANS PAUVRETÉ) – LE SOLEIL


Photo: Yvan Doublet, Le Soleil

Le comité d’experts chargé d’étudier la faisabilité d’un revenu minimum garanti (RMG) au Québec a déposé lundi un volumineux rapport qui recommande de renoncer à l’idée d’un RMG.

En 23 recommandations, le comité propose plutôt d’améliorer le système de soutien du revenu déjà existant. Dans cet esprit, le comité d’experts identifie des «principes à respecter», soit l’équité, l’incitation au travail et l’efficience». Exit donc la lutte contre la pauvreté, la solidarité sociale et les droits humains, ces vieux principes éculés qui déplaisent tant au gouvernement.

Et pourquoi s’arrêter en si bon chemin? Après avoir redéfini les principes de la solidarité sociale, le comité recommande d’admettre une fois pour toutes qu’il est acceptable, au Québec, de laisser des personnes couvrir à peine un peu plus que la moitié des besoins de base reconnus. Pour nous faire avaler cette couleuvre, le comité d’experts détourne le sens de la Mesure du panier de consommation (MPC) en stipulant que celle-ci représente un seuil de pauvreté. Partant de là, le comité propose d’établir un nouveau «seuil de référence» en deçà duquel le soutien du revenu ne devrait pas descendre. Ce seuil correspondrait à 55 % de la MPC, donc de ce qu’il faut pour couvrir les besoins de base reconnus.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2021