UNE NOUVELLE LIGNE SOUS LA LIGNE (1): COMMENT BAISSER LES STANDARDS

Articles

UNE NOUVELLE LIGNE SOUS LA LIGNE (1): COMMENT BAISSER LES STANDARDS

Actualité ,Lutte à la pauvreté |

17 novembre 2017

VIVIAN LABRIEINSTITUT DE RECHERCHE ET D’INFORMATIONS SOCIOÉCONOMIQUES

Cette semaine, le Comité d’experts sur le revenu minimum garanti (RMG) a publié son rapport. Il se présente dans la continuité (style de mise en page compris) du cahier budgétaire 2016-2017, mis à jour en juin 2016, sur Le régime québécois de soutien du revenu. Le document comprend 23 recommandations, certaines qui semblent positives (comme l’attention portée aux situations de non recours), et plusieurs qui pointent vers des reculs (comme la confusion entre l’aide financière et l’aide à l’emploi et de plus grandes discriminations liées à l’aptitude au travail).

Il faudra prendre le temps de les analyser en détail. Un élément mérite toutefois qu’on s’y attarde aujourd’hui : le choix d’établir le seuil de référence pour la protection minimale du revenu à l’aide sociale en dessous de la mesure du panier de consommation (MPC).

L’APPROCHE PRÉCONISÉE
Le problème n’est pas dans la définition du RMG choisie par le comité, soit «tout système offrant une garantie de ressources monétaires pour tous, le montant de ces ressources étant relié à un seuil minimal». Cette définition qui englobe les diverses formes de garanties de revenu possibles (allocation universelle, impôt négatif, régimes de base) correspond à un des sens donné à ce terme, qui est également utilisé comme synonyme d’une allocation universelle inconditionnelle. D’où beaucoup de confusions. Dans le cas qui nous occupe, c’est un choix logique pour tenir compte de l’ensemble du système de soutien du revenu au Québec.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2021