DEUX PROVINCES OFFRENT DES CONGÉS PAYÉS POUR LES VICTIMES DE VIOLENCE

Articles

DEUX PROVINCES OFFRENT DES CONGÉS PAYÉS POUR LES VICTIMES DE VIOLENCE

LA RPESSE CANADIENNERADIO-CANADA.CA

Comme ils l’avaient fait l’an dernier, quelques dizaines d’hommes de différents milieux se sont réunis tout l’avant-midi, vendredi à Montréal, pour discuter de la violence envers les femmes et de ce qu’ils peuvent faire, individuellement et collectivement, pour la contrer.
Parmi eux, on retrouvait des policiers, des représentants de syndicats, de chômeurs, des rappeurs, des députés de l’Assemblée nationale, des avocats. Ils ont répondu à l’invitation de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes.

Cinq congés payés
Larry Rousseau, vice-président du Congrès du travail du Canada, a souligné l’initiative prise par l’Ontario et le Manitoba, qui ont adopté une loi qui prévoit cinq congés payés pour les cas de violence conjugale.

Ce sont les fédérations syndicales des provinces concernées, comme la FTQ au Québec, qui font pression pour que les gouvernements respectifs adoptent une loi en ce sens.

De tels congés permettent à une femme victime de violence de rencontrer un avocat, par exemple, de chercher un nouveau logement, a expliqué M. Rousseau.

« Ce n’est pas seulement pour les syndiqués, ça; c’est une loi qui s’applique à toutes les travailleuses et à tous les travailleurs. C’est de ça qu’on a besoin. Ça ne règle pas les problèmes, mais ça donne plus d’outils aux femmes pour pouvoir se sortir de leur situation. Et on responsabilise les employeurs pour qu’ils soient au courant de la situation et qu’ils soient obligés d’intervenir de la bonne façon », a expliqué M. Rousseau, au cours d’une entrevue après la rencontre.

Pour lire la suite et regarder le reportage…

© FAFMRQ 2021