DROIT DE LA FAMILLE: QUAND CUPIDON RATE SA CIBLE

Articles

DROIT DE LA FAMILLE: QUAND CUPIDON RATE SA CIBLE

Actualité ,Conjoints de fait |

16 février 2018

ALAIN ROY (UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL) – LA PRESSE+

Le jour de la Saint-Valentin permet de célébrer l’amour, particulièrement celui des personnes qui s’engagent l’une envers l’autre. La touchante demande en mariage qu’a formulée le député caquiste Éric Lefebvre en plein Salon bleu tombait en ce sens à point nommé. Mais au-delà des salves d’applaudissements, des célébrations d’allégresse, des chansons d’amours et des Fifty Shades of Grey que soulève la relation amoureuse, on aurait tort d’oublier les enjeux légaux qui en résulteront un jour ou l’autre, quelle qu’en soit la forme.

Parmi les élus sur place qui ont applaudi l’initiative amoureuse du député Lefebvre, le premier ministre Philippe Couillard et la ministre de la Justice Stéphanie Vallée. Ont-ils pris conscience de l’ironie de la situation? Le mariage illustre plus que toute autre institution le caractère anachronique du droit de la famille québécois dont les bases n’ont pas été revues par l’Assemblée nationale depuis plus de 35 ans. Faut-il vous rappeler, M. Couillard et Mme Vallée, que l’époque où le mariage permettait de couvrir toutes les situations familiales en procurant aux personnes concernées la protection légale nécessaire est bel et bien révolue?

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2021