L’EFFET DU PARTAGE INÉGAL DES TÂCHES DOMESTIQUES DANS LES INTENTIONS DE FÉCONDITÉ

Articles

L’EFFET DU PARTAGE INÉGAL DES TÂCHES DOMESTIQUES DANS LES INTENTIONS DE FÉCONDITÉ

ALICE MARIETTELE DEVOIR


Photo: iStock

Les inégalités des sexes dans le partage des tâches domestiques ont-elles une influence sur les intentions de fécondité? Laurence Charton, sociologue à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), s’est intéressée à la question.

Comment expliquer l’écart important entre les intentions de fécondité et la fécondité effective? «En moyenne, les gens veulent deux ou trois enfants, un chiffre qui reste stable au fil des générations. Pourtant, la moyenne par couple est inférieure à deux… Alors, pourquoi cet écart?» s’est interrogée Laurence Charton. Celle qui travaille sur la fécondité et le désir d’avoir ou non des enfants a souhaité trouver des pistes de réponses. Accompagnée de Nong Zhu, professeur-chercheur au centre Urbanisation Culture Société de l’INRS, elle s’est penchée sur le lien entre fécondité et partage des tâches domestiques.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2021