L’OFFRE ALIMENTAIRE, L’OUBLIÉE DE LA SEMAINE

Articles

L’OFFRE ALIMENTAIRE, L’OUBLIÉE DE LA SEMAINE

MYRIAM LEDUCLE DEVOIR


Photo: Pedro Ruiz Le Devoir

Un article est sorti récemment où on dépeignait l’expérience d’une famille de quatre qui testait la vie au salaire minimum avec 210$ de budget d’épicerie par semaine. François Lambert, millionnaire et ancien dragon, s’est mêlé au débat pour dire que c’était facile de faire ses achats pour un montant encore moindre. Dans une entrevue à Denis Lévesque, il pense mettre le doigt sur le «bobo» en disant, en parlant des personnes à faible revenu, qu’«elles achètent des choses qu’elles ne devraient pas acheter».

Si l’éducation alimentaire influe sur la possibilité de faire des choix équilibrés et économes, et ce, pas seulement pour les personnes qui vivent dans la pauvreté mais pour tout le monde, c’est loin d’être le seul facteur qui freine l’accès à une alimentation saine et abordable.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2021