PAUVRETÉ ET GESTION FINANCIÈRE

Articles

PAUVRETÉ ET GESTION FINANCIÈRE

MICKAËL BERGERON – VOIR

Même si je suis encore sous le salaire moyen québécois (46 000$ environ), je sais que je suis loin de ces années où j’étais dans l’extrême pauvreté, de ces mois sur l’aide sociale et de ces années où je ne gagnais que 9000$ à 12000$ par année.

Néanmoins, ayant déjà bénéficié d’un salaire bien au-dessus du salaire moyen, sans être dans les six chiffres non plus, je sais à quel point la vie est facile quand on a un revenu décent. Je ne dirais pas que mon revenu actuel est indécent, mais il ne me permet pas, non plus, d’éviter tout le stress d’un budget serré et de l’aisance de toujours avoir un coussin en cas de pépins.

Ce sont parfois des trucs qui ont l’air anodins, mais qui peuvent facilement devenir lourds. Tenez, l’autre jour, un imprévu, à quelques jours du jeudi de la paie. Je pensais être bon pour payer cet imprévu et laisser assez d’argent dans mon compte pour un paiement, mais non, il a manqué finalement quelques dollars et le paiement a rebondi. Non seulement il a rebondi, mais ça vient avec des frais bancaires, 45$, et parfois avec des frais de la compagnie (ça dépend de celle-ci).

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2021