REVENU DE BASE ET CONTRAINTES SÉVÈRES À L’EMPLOI: restriction arbitraire

Articles

REVENU DE BASE ET CONTRAINTES SÉVÈRES À L’EMPLOI: restriction arbitraire

ROBERT DUTRISAC LE DEVOIR

L’objectif du projet de loi 173 instaurant le revenu de base est louable: assurer aux personnes affectées par des contraintes sévères et permanentes à l’emploi un revenu qui couvrira leurs besoins de base. Mais une règle arbitraire et inique privera bon nombre d’entre elles du supplément attendu.

En commission parlementaire s’amorçait, mardi, les consultations sur le projet de loi 173 présenté par le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, et instaurant le revenu de base pour les personnes admissibles à des prestations dites de solidarité sociale. À 1035$ par mois pour un adulte, ces prestations représentent 71% des besoins de base, ou 12 750$ par an. Avec le nouveau revenu de base, les prestations passeront, graduellement d’ici 2023, à 18 000$, soit le seuil de la pauvreté.

Or, comme Le Devoir en faisait état mardi, ce ne sont pas toutes les personnes avec des contraintes à l’emploi sévères et permanentes qui auront droit au revenu de base. Pour l’obtenir, elles devront attendre cinq ans et avoir touché, durant cette période, des prestations de solidarité sociale pendant 66 mois.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2018