DES TRAVAILLEURS COMMUNAUTAIRES ÉPUISÉS MENTALEMENT

Articles

DES TRAVAILLEURS COMMUNAUTAIRES ÉPUISÉS MENTALEMENT

AMÉLI PINEDALE DEVOIR

Manque de personnel, surcharge de travail et sous-financement, après le personnel du réseau de la santé, les travailleurs du communautaire « sortent de l’ombre » estimant que leur santé mentale est à risque.

«Travailler dans le communautaire, c’est souvent un état d’urgence continuel, c’est avoir l’impression d’être le dernier recours pour beaucoup de personnes abandonnées par la société», peut-on lire dans une déclaration publique signée par une cinquantaine d’organismes autonomes qui s’adressent au gouvernement du Québec.

Les signataires veulent que Québec prenne conscience de la précarité vécue par les travailleurs communautaires. Si certains partent «épuisés depuis trop longtemps», d’autres se sentent obligés de compenser, sachant que des personnes en situation de vulnérabilité dépendent d’eux, souligne Raphaël Létourneau, responsable des communications du Regroupement des organismes communautaires de la région 03.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2021