Épuisement et précarité chez les travailleurs communautaires : une situation insoutenable!

Articles

Épuisement et précarité chez les travailleurs communautaires : une situation insoutenable!

POINT DE VUELE SOLEIL


PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL

Après le personnel du réseau de la santé, nous, travailleuses et travailleurs communautaires, souhaitons mettre en lumière l’épuisement professionnel vécu quotidiennement dans les organismes communautaires autonomes. Roulement et manque de personnel, bas salaires, rares avantages sociaux, surcharge de travail, sous-financement, augmentation de la demande pour les activités et services… Notre santé mentale est à risque depuis trop longtemps!

«Le sous-financement chronique de notre organisme oblige la coordonnatrice à diminuer ses heures pour sauvegarder les services à la population. Ainsi, la coordonnatrice ayant 14 heures de travail par semaine, complète avec un deuxième emploi. Elle a constamment le souci de l’organisme en tête : elle dégage du temps pour des rencontres en dehors de ses heures rémunérées» témoigne Suzie*, travailleuse dans un organisme de la région de Québec. «Elle s’ajuste pour travailler de longues journées pour s’assurer que ses collègues aient leur paye à temps, que le ménage soit effectué pour recevoir le public dans un endroit propre, que l’ordinateur fonctionne, que les courriels soient répondus même les jours où elle ne travaille pas, que ses collègues puissent la joindre en cas d’urgence ou de situation difficile avec la clientèle.»

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2021