Nos vies nos enjeux : une mère monoparentale de Sherbrooke demande plus de soutien pour les organismes communautaires

Articles

Nos vies nos enjeux : une mère monoparentale de Sherbrooke demande plus de soutien pour les organismes communautaires

Actualité |

25 septembre 2018

GUYLAINE CHARETTERADIO CANADA


Jessika Labrecque avec son fils Kaysen Photo : Radio-Canada/Guylaine Charrette

Contrairement aux cadres financiers des différents partis, celui de Jessika Labrecque est bien mince et sa marge de manoeuvre quasi inexistante. Pour la jeune mère monoparentale qui vit de l’aide sociale, l’entraide est capitale et passe notamment par les organismes communautaires, qui méritent davantage de soutien de Québec, estime-t-elle.

Jessika Labrecque a presque 30 ans et elle élève seule ses deux garçons âgés de 8 et 2 ans. Elle détient un diplôme de cuisinière, mais ne peut pas s’éloigner de la maison en raison de la condition physique de son cadet, qui est épileptique et qui ne peut pas fréquenter une garderie « régulière », selon les médecins. Jessika doit donc composer avec l’aide sociale en attendant de trouver un milieu adapté.
Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2018