Le FRAPRU s’indigne face à la situation des femmes locataires au Québec

Articles

Le FRAPRU s’indigne face à la situation des femmes locataires au Québec

VANESSA HÉBERTJOURNAL MÉTRO


Manon Monastesse, directrice de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes, et Céline Magontier, responsable des dossiers Femmes au Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU).

À l’aube de la Journée internationale des droits des femmes, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) lance son cinquième dossier noir «Femmes, logements et pauvreté», dénonçant les problèmes de logements touchant les femmes locataires.

«La situation des femmes n’est pas belle à voir, s’est désolée dimanche matin la responsable des dossiers Femmes au FRAPRU, Céline Magontier. Elles sont dans un état de grande pauvreté, trop nombreuses à payer des parts démesurées de leur revenu pour se loger, vivant de la discrimination, vivant dans des logements de taille insuffisante.»

Se basant sur les données du recensement de 2016, le FRAPRU fait état des injustices vécues par les femmes quand vient le temps de trouver un logement.

Selon les chiffres, les femmes ont un revenu annuel de 6078$ de moins qu’un ménage sous la responsabilité d’un homme. D’ailleurs, ces dernières sont responsables de plus de la moitié des ménages locataires.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2019