1 FEMME SUR 5 QUI QUITTE UN REFUGE RETOURNE CHEZ SON AGRESSEUR, SELON DES DONNÉES

Articles

1 FEMME SUR 5 QUI QUITTE UN REFUGE RETOURNE CHEZ SON AGRESSEUR, SELON DES DONNÉES

Actualité ,Violence conjugale |

17 avril 2019

STÉPHANIE MARINMETRO

Photo: Getty Images

MONTRÉAL — Une femme sur cinq qui a quitté un refuge pour victimes de violence est retournée vivre avec son agresseur, a dévoilé Statistique Canada qui a réalisé un «instantané» de la situation l’an dernier.

Des femmes qui y retournent malgré le risque, car le refuge ne peut les garder plus longtemps, parce qu’elles n’ont pas d’argent pour un logement, ou parfois parce qu’elles croient que c’est la meilleure façon de protéger leurs enfants, a souligné Manon Monastesse, directrice générale de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes.

Dans cette analyse dévoilée mercredi, l’organisme fédéral de statistiques a choisi une journée précise pour colliger ses données: le 18 avril 2018.

Ce jour-là, 3565 femmes, 3137 enfants et huit hommes résidaient au Canada dans des établissements d’hébergement pour fuir une situation de violence.

Les données laissent voir une grande fragilité et des situations fort complexes: parmi les femmes qui ont quitté un tel refuge le jour de l’«instantané», 21 pour cent ont dit qu’elles retournaient dans une résidence où vivait encore leur agresseur.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2019