Les besoins des élèves québécois n’ont rien à voir avec leur code postal

Articles

Les besoins des élèves québécois n’ont rien à voir avec leur code postal

Isabelle Mailloux-Béïque et Catherine Bernier – Le Devoir (Libre opinion)

Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir

Lettre envoyée au ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge

En campagne électorale et depuis que vous êtes à la tête du gouvernement, vous n’avez cessé de nous dire que l’éducation est une des priorités du gouvernement et qu’il n’y aurait plus de coupes. Nous avons voulu y croire. Après tout, votre parti n’a jamais été au pouvoir, nous étions donc en droit d’espérer que vous seriez différents de vos prédécesseurs. Car au cours des 15 dernières années, nous avons assisté, malheureuses et impuissantes, au démantèlement progressif de notre école publique.

Pas de coupes en éducation, dites-vous donc sur toutes les tribunes, même un ajout de quelques millions. Mais alors, pourquoi le budget de l’école de nos enfants sera-t-il amputé de 77 460 $ l’an prochain ? Nous connaissons la raison bureaucratique officielle derrière ces coupes (l’indice de défavorisation), mais nous ne la comprenons pas : en plus d’être compliquée pour le commun des mortels, elle se noie dans d’autres considérations administratives alambiquées (gestion des budgets à la CSDM et convention collective des enseignants). Selon cet indice, en tout cas, notre quartier s’est enrichi et c’est la raison pour laquelle nous aurons moins d’argent dès septembre prochain.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2019