Des victimes d’actes criminels s’adressent à la Cour suprême

Articles

Des victimes d’actes criminels s’adressent à la Cour suprême

JANIE GOSSELINLA PRESSE

PHOTO ÉTIENNE RANGER, ARCHIVES LE DROIT

Le gouvernement donne d’une main et reprend de l’autre, dénoncent des victimes d’actes criminels. Prestataires de l’aide sociale, elles ont vu leur chèque diminuer en recevant des indemnités pour leurs séquelles. Elles demandent maintenant à la Cour suprême d’entendre leur cause.

La vie de Vlad a basculé par une banale journée de janvier 2011. L’expert en sinistre parlait à une employée dans une banque de Montréal quand deux hommes cagoulés sont arrivés en courant. L’un d’eux l’a frappé à la tête avec son revolver. L’homme alors âgé de 52 ans est tombé par terre.

« Il y a eu un avant et un après », poursuit Vlad, qui n’a pas voulu être identifié plus spécifiquement.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2019