La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

DES ORGANISMES DE FAMILLES MONOPARENTALES ET RECOMPOSÉES: UNE PRÉSENCE ESSENTIELLE!

MÉMOIRE DÉPOSÉ AU MINISTRE DES FINANCES DU QUÉBEC

Dans le cadre des consultations prébudgétaires 2020

Pour lire le mémoire…

CES «BONS GARS» QUI TUENT LEUR CONJOINTE…

Actualité, Violence conjugale |

27 janvier 2020

Simon Lapierre et Isabelle Côté – HUFFPOST

Ce texte est cosigné par Isabelle Côté, candidate au doctorat en service social de l’Université de Montréal, et Simon Lapierre, professeur à l’École de service social de l’Université d’Ottawa.

Nous apprenions récemment qu’une autre femme, cette fois-ci en Outaouais, a été tuée par son conjoint. Encore une fois, ces événements se sont produits au moment où la femme avait décidé de quitter son conjoint. Ce scénario est si fréquent que, bien que de telles situations soient à la fois tristes et choquantes, elles ne sont plus très surprenantes.

Pourtant, lorsque les journalistes interrogent des gens dans l’entourage des agresseurs, souvent des connaissances ou des voisins, ces derniers se disent généralement surpris par ces gestes de violence extrême. Ils mentionnent très souvent que ces hommes sont de « bon gars », de « bons voisins » et de « bons pères de famille », mais aussi qu’ils habitent dans des « quartiers tranquilles » où de telles situations ne devraient pas se produire – « on ne pensait jamais que quelque chose comme ça arriverait ici ».

Pour lire la suite…

LE NOMBRE D’ENFANTS VIVANT DANS LA PAUVRETÉ AU CANADA SERAIT « ENCORE BIEN TROP ÉLEVÉ »

Actualité, Lutte à la pauvreté |

14 janvier 2020

RADIO CANADA

Photo : Social Planning Toronto

Trente ans après la résolution de la Chambre des communes de sortir tous les enfants canadiens de la pauvreté pour l’année 2000, le Canada est loin du compte avec encore 1,35 million d’enfants vivant dans la précarité, selon une étude de l’organisme Campagne 2000.

D’après ce réseau pancanadien, qui compte plus de 120 organismes, les outils gouvernementaux d’évaluation de la pauvreté sous-estiment de façon significative le taux de pauvreté.

Ainsi, selon l’outil utilisé par le gouvernement dans le cadre de la récente Loi sur la réduction de la pauvreté, il y avait, en 2017, environ 622 000 enfants vivant sous le seuil de la pauvreté, soit 278 000 de moins qu’en 2015.

Pour lire la suite…

COMMISSION LAURENT : PRÉVENIR COÛTERAIT MOINS CHER QUE GUÉRIR

Actualité, Violence |

10 janvier 2020

Jean-François Nadeau LE DEVOIR

Photo: David Afriat Le Devoir

Au moins 4 milliards : c’est le coût des effets de la maltraitance des enfants au Québec avancé par Marie-Hélène Gagné, vice-doyenne à la recherche de l’École de psychologie de l’Université Laval. À l’occasion de son témoignage entendu par la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse, Mme Gagné a fait valoir que « derrière ce chiffre, bien sûr, il y a la souffrance », laissant entendre que cela ne peut pas être chiffré.

Continuer de ne pas en faire assez du côté de la prévention pour se sortir de cette spirale coûte une fortune au Québec, affirme-t-elle. Et « si on pense qu’on peut faire quelque chose d’efficace [pour nos enfants] sans investir d’argent », passons à autre chose, dit-elle, en soulignant qu’une volonté d’investir dans les services fait cruellement défaut depuis plusieurs années.

Pour lire la suite…

POUR LE DROIT DES ENFANTS DE VIVRE SANS PAUVRETÉ, SANS PRÉJUGÉS ET SANS VIOLENCE.

En décembre 2019, la FAFMRQ a déposé un mémoire dans le cadre de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse.

Pour télécharger le mémoire…

Commission Laurent: les enfants ne peuvent plus attendre

Jean-François NadeauLe Devoir

Photo: Jean-François Nadeau Le Devoir

«On parle d’agir maintenant», dit Régine Laurent en entrevue au Devoir, tout en rythmant son propos par de petits coups secs portés sur une table blanche. À mi-chemin de ses travaux, la présidente de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse avance déjà cinq recommandations. «On a entendu des histoires qui font mal au coeur, dit-elle. On ne peut pas rester les bras croisés».

L’aide aux familles, aux enfants et aux organismes communautaires voués à les aider est tout à fait insuffisante au Québec, dit Mme Laurent. «Il manque cruellement de services en première ligne.»

Pour lire l’article…

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE 2019 : QUEL IMPACT SUR LES INÉGALITÉS ?

Actualité |

18 décembre 2019

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS DES INÉGALITÉS PIERRE TIRCHER

Ce mois-ci, le ministre québécois des Finances publiait la MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE de l’automne 2019. Celle-ci comporte plusieurs mesures destinées à améliorer la situation des québécoises et des québécois, et plus particulièrement les familles. Ce billet vise à évaluer l’effet potentiel sur les inégalités de revenu de deux mesures, soit la bonification de l’Allocation famille et la création d’un nouveau palier pour le supplément pour enfants handicapés nécessitant des soins exceptionnels. Un DEUXIÈME BILLET évalue deux autres mesures; l’abolition de la contribution additionnelle pour la garde d’enfants et le versement du crédit d’impôt de solidarité de l’assistance sociale.

Pour lire la suite…

COMMISSION LAURENT: RÉDUIRE LES INIQUITÉS POUR DIMINUER LES CAS DE MALTRAITANCE

Actualité, Violence |

11 décembre 2019

JEAN-FRANÇOIS NADEAULE DEVOIR

Photo: Commission Laurent

Le Québec devrait s’aligner sur les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé et envisager des réductions de 20 % de la maltraitance des enfants d’ici cinq ans, a affirmé la Dre Suzanne De Blois, de la Direction régionale de santé publique de Montréal, mardi, devant la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse (commission Laurent).

Il s’agit d’un véritable « enjeu de santé publique », a renchéri plus tard le Dr Alain Poirier, au nom des 18 directions régionales de santé publique.

Québec consacre moins de 2 % de son budget en santé publique, a déploré pour sa part la Dre Mylène Drouin, directrice régionale de santé publique de Montréal. « Ça a déjà été 3,4 % au Québec », a précisé le Dr Poirier. Or, l’Organisation mondiale de la santé recommande 5 %.

Pour lire la suite …

ACCUEILLIR LES FAMILLES MONOPARENTALES ET RECOMPOSÉES: UNE SPÉCIFICITÉ À RECONNAÎTRE ET À SOUTENIR!

La FAFMRQ a déposé un mémoire au ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale dans le cadre des consultations en vue du prochain Plan d’action gouvernementale en matière d’action communautaire. Il y est notamment question de l’importance de reconnaitre et financer adéquatement le travail essentiel fait par les organismes qui accueillent au quotidien des familles monoparentales et recomposées.

Pour télécharger le mémoire…

Pour télécharger l’Annexe…

50 ANS D’ENTRAVES AU DROIT À L’AIDE SOCIALE

Actualité, Lutte à la pauvreté |

02 décembre 2019

SERGE PETITCLERCLE DEVOIR

Photo: Marie-France Coallier Le Devoir

Le 2 décembre 2019 marque le cinquantième anniversaire de l’adoption de la Loi de l’aide sociale, dont le but est de « combler les besoins ordinaires et spéciaux d’une famille ou personne seule qui est privée de moyens de subsistance ». L’avancée la plus importante de cette loi réside dans l’instauration d’un droit universel à l’aide sociale.

De toutes les réformes accomplies lors de la Révolution tranquille, l’aide sociale demeure assurément la plus dépréciée. Depuis cinquante ans, nombreux sont ceux qui prétendent qu’on donne trop d’argent aux personnes assistées sociales et qu’on devrait les contraindre davantage à retourner sur le marché du travail.

Pour lire la suite …

© FAFMRQ 2020