La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

La disparité entre les revenus des hommes et des femmes demeure stable

LA PRESSE CANADIENNELE DEVOIR


Photo: Getty Images

Ottawa — La disparité de revenu entre les femmes et les hommes a diminué de moitié de 1976 à 2015, selon Statistique Canada, mais cet écart s’est surtout réduit au cours des 20 premières années, pour se stabiliser par la suite depuis 20 ans.

En dollars constants de 2015, la différence entre le revenu personnel moyen des femmes et celui des hommes est passée de 32 300 $ en 1976 à 16 100 $ en 2015, révèle Statistique Canada dans une nouvelle étude sur «le bien-être économique des femmes au Canada».

Pour lire la suite…

La famille comme en 1980

PAUL JOURNETLA PRESSE


PHOTO TRINKSTOCK

Rendons le «chantier de la réforme du droit de la famille» un peu plus concret.

– Que faire pour dissuader un couple de se rendre dans un centre de procréation en Inde, où les femmes sont traitées dans des conditions dégradantes? Doit-on permettre les contrats avec les mères porteuses québécoises?

– Que faire si un homme congèle sa semence, meurt, et que sa femme est par la suite fécondée? L’enfant peut-il en devenir l’héritier?

– Et enfin, que faire si un père biologique veut faire rayer un parent d’adoption de l’acte de naissance? Serait-ce préférable de reconnaître trois parents?

Ce n’est pas de la fiction. Chacun de ces trois cas s’est récemment rendu devant les tribunaux. Et dans chaque cas, les juges ont répondu par un long soupir.

Pour lire la suite…

LE DROIT FAMILIAL: UN ENJEU D’ÉGALITÉ!

Mémoire présenté
à la Commission citoyenne sur le droit de la famille
par la
Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec

Selon nous, il faut repenser l’ensemble du droit relatif aux unions d’interdépendance. Le législateur interviendra-t-il pour codifier les droits des enfants de conjoints de fait, les droits alimentaires et patrimoniaux des conjoints de fait au Québec?

Il ne s’agit pas de dire que, hors mariage, point de salut. Mais nous devons reconnaître que le législateur n’a jamais pris le temps débattre de cette question de l’équilibre entre les protections matrimoniales et les nouvelles réalités familiales de notre société. Il ne peut plus se baser sur les réalités des années 1980 où le taux d’union libre était de 7% et prétendre que ce débat était clos au nom du libre choix.

Il est clair que les mesures de protection du conjoint, soit l’obligation alimentaire et la protection de la résidence familiale, ont un impact direct et lourd sur les enfants,
particulièrement (mais pas uniquement) lorsque le conjoint protégé assume le droit de garde. Dans ce cas, l’enfant pourra éventuellement continuer à vivre dans sa maison plutôt que d’en être expulsé et il pourra, le cas échéant, jouir d’un meilleur niveau de vie grâce au soutien alimentaire dont bénéficie le conjoint, plutôt que de vivre avec un parent qui ne peut subvenir à ses propres besoins les plus fondamentaux.

Pour télécharger le mémoire…

Monsieur Blais, les pensions alimentaires sont POUR les enfants!

Montréal, le 15 mai 2018 – La Coalition contre le détournement des pensions alimentaires pour enfants, regroupant des groupes sociaux et des associations étudiantes, et le Collectif pour un Québec sans pauvreté sont déçus du résultat du vote tenu aujourd’hui à l’Assemblée nationale sur un amendement visant à exclure les pensions alimentaires pour enfants du calcul des revenus à l’aide sociale! Il s’en est fallu de peu pour que les enfants qui vivent avec un parent prestataire de l’aide sociale puissent enfin profiter de la totalité de la pension alimentaire versée en leur nom!

Le ministre Blais a raté une belle occasion, lors des récentes modifications qu’il a faites à l’aide sociale (pour instaurer le Programme objectif emploi et le revenu de base), de mettre fin à une injustice qui dure depuis trop longtemps. Depuis plusieurs années, les groupes sociaux réclament que les pensions alimentaires pour enfants cessent d’être considérées comme un revenu dans quatre programmes.

Pour télécharger le communiqué…

La famille change, mais pas le droit

BRIGITTE BRETONLE SOLEIL


PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL

ÉDITORIAL / Mesures pour mieux concilier travail et famille, plus d’argent, plus de services de garde, plus de congés. Les familles seront encore courtisées lors de la prochaine campagne électorale. Tant mieux. Mais il faudrait également leur proposer une réforme du droit de la famille. En cette matière aussi, le Québec doit se brancher sur la réalité des familles de 2018.

Les formations politiques ne peuvent pas passer à côté des enjeux légaux qui concernent les couples, les parents et les enfants.

L’ajout de places en garderie ou de congés familiaux, la distribution de chèques à la rentrée sont certes plus simples et plus faciles «à vendre» aux familles et aux électeurs que d’annoncer qu’on est prêt à revoir le statut des conjoints de fait ou le partage du patrimoine familial, à reconnaître un troisième parent ou un contrat avec une mère porteuse.

Pour lire la suite…

Aide sociale chez les familles monoparentales: le ministre Blais recule

JEAN-MARC SALVETLE SOLEIL


Archives La Presse canadienne: Jacques Boissinot

Le ministre François Blais n’est plus aussi certain que la semaine dernière de corriger l’«injustice» concernant les familles monoparentales bénéficiant du programme d’aide sociale. Ni d’ici les «prochaines semaines» ni à aucun autre moment.

Lui et son gouvernement ont rejeté, mardi, une résolution présentée par le député péquiste Harold Lebel demandant que «le Québec agisse avec diligence et équité afin que les pensions alimentaires pour enfants cessent d’être traitées comme un revenu pour le parent créancier dans le calcul des prestations d’aide sociale, ainsi que d’admissibilité à l’aide juridique, à l’aide financière aux études et au soutien au logement».

Outre le Parti québécois, la motion a été appuyée par la Coalition avenir Québec et Québec solidaire.

Aide prolongée pour les 250 organismes communautaires Famille

TOMMY CHOUINARDLA PRESSE


PHOTOGRAPHE: ANDRE PICHETTE

L’aide ponctuelle de 10 millions aux 250 organismes communautaires Famille devait prendre fin l’an prochain, mais le gouvernement Couillard a décidé d’annoncer son prolongement pour trois ans.

À moins de quatre mois des élections, le ministre de la Famille, Luc Fortin, doit annoncer aujourd’hui que cette aide sera prolongée jusqu’en 2021.

Les 250 organismes toucheront également 3,4 millions sur cinq ans pour couvrir les hausses prévues du salaire minimum.

Pour lire la suite…

OUBLIS ET INCOHÉRENCES DU MINISTRE FRANÇOIS BLAIS

VIRGINIE LARIVIÈRE (COLLECTIF POUR UN QUÉBEC SANS PAUVRETÉ) – LA PRESSE+

Vendredi dernier dans La Presse+, le ministre François Blais dressait un bilan positif de l’action de son gouvernement en matière de lutte contre la pauvreté. Quelques rappels et mises au point s’imposent.

Rappelons par exemple les mesures d’austérité appliquées par son gouvernement, qui ont fragilisé le filet de sécurité sociale du Québec. Cela a eu des impacts sur la qualité de vie de la population, en particulier celle des plus pauvres, comme l’a souligné la Protectrice du citoyen.

Rappelons également que le ministre Blais est le principal artisan de la réforme la plus disciplinaire jamais adoptée dans l’histoire de l’aide sociale au Québec, une réforme qui revoit à la baisse le «barème plancher» à l’aide sociale.

Pour lire la suite…

Calcul des pensions alimentaires à l’aide sociale: le député Schneeberger veut corriger cette injustice

LA NOUVELLE UNION


Le député de Drummond-Bois-Francs, Sébastien Schneeberger, a demandé au ministre de mettre fin à la prise en compte des pensions alimentaires dans le calcul de l’aide sociale. «Le ministre refuse toutefois de faire le changement avant la fin de la présente session parlementaire. Moi, je veux corriger cette injustice une fois pour toutes», tranche le porte-parole caquiste en emploi et solidarité sociale.

La CAQ réclame d’exclure complètement les pensions alimentaires pour enfants du calcul des prestations d’aide sociale, dans le cadre de l’étude du projet de loi 173 visant principalement à instaurer un revenu de base pour des personnes qui présentent des contraintes sévères à l’emploi. Cette mesure touche plus de 8000 ménages prestataires, en majorité des femmes monoparentales, et ce sont les besoins essentiels des jeunes qui en souffrent.

Pour lire la suite…

Les enfants coûtent plus cher aux mères

ISABELLE PORTERLE DEVOIR


Photo: Michael Zamor Associated Press

À la naissance d’un enfant, les femmes subissent en moyenne des pertes de revenus de 40%, alors que celle-ci n’a pas d’impact financier chez les pères, révèle une étude présentée mardi à l’Acfas.

«Cela peut s’expliquer par les interruptions de carrière qui font en sorte que les femmes accumulent aussi moins d’expérience professionnelle», a expliqué Marie Mélanie Fontaine, étudiante au doctorat au Département d’économie de l’UQAM lors d’une présentation au Congrès de l’Acfas.

«Mais aussi par les choix de carrière des futures mères qui vont se diriger après la naissance d’un enfant vers des emplois plus flexibles et qui tiennent compte des besoins familiaux, mais qui sont moins bien rémunérés.»

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2018