La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

Mise en œuvre du programme Objectif emploi: Une approche contraignante et punitive qui ne règle rien

Actualité, Lutte à la pauvreté |

13 juillet 2017

 

 

 

 

 

Le gouvernement du Québec vient de dévoiler le projet de règlement qui vise, notamment, la mise en œuvre du programme Objectif emploi. Celui-ci confirme que les personnes qui feront une première demande d’aide sociale devront obligatoirement participer à ce programme et que, si elles ne le font pas d’une façon jugée satisfaisante, leur prestation sera coupée d’un montant pouvant aller jusqu’à 224 $.

Pour Serge Petitclerc, du Collectif pour un Québec sans pauvreté et co-porte-parole de la Coalition Objectif Dignité, « L’attitude du gouvernement est très contradictoire. Le ministre Blais nous promet depuis le début un meilleur accompagnement pour les personnes, mais le projet de règlement ne donne pas de détails sur les modalités de cet accompagnement, ni même sur le processus d’élaboration des plans d’intégration en emploi. Au contraire, son règlement parle essentiellement des sanctions financières qui seront imposées aux personnes qui ne seront pas en mesure de se conformer aux exigences du programme Objectif emploi. »

Pour lire la suite du communiqué…

LA LUTTE POUR L’ÉGALITÉ DES FEMMES PIÉTINE AU QUÉBEC

ISABELLE PORTERLE DEVOIR

 Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

Malgré les avancées des dernières décennies, les femmes continuent d’être moins payées que les hommes au Québec et peinent à percer dans les secteurs traditionnellement attribués au genre masculin, constate le gouvernement dans sa nouvelle stratégie pour l’égalité vers 2021.

« L’évolution de l’égalité entre les femmes et les hommes nécessite une nouvelle impulsion », avance le document dévoilé jeudi par la ministre de la Condition féminine, Lise Thériault.

« Lors des travaux de consultation, plusieurs organismes gouvernementaux ont évoqué un “plafonnement” dans la progression de l’égalité. »

Cette stagnation est particulièrement marquée dans le monde du travail, où les femmes se concentrent dans les domaines qui leur étaient traditionnellement dévolus, comme les soins, le travail de bureau ou la vente (56,1 % des femmes y travaillent). Une proportion qui a à peine baissé depuis 30 ans (59,2 % en 1987).

Pour lire la suite…

OBJECTIF MISÈRE

SERGE PETITCLERC (Collectif pour un Québec sans pauvreté) – LE SOLEIL

Le ministre François Blais vient d’annoncer qu’il va de l’avant avec son idée irresponsable de rendre obligatoire le programme Objectif emploi et de couper la prestation d’aide sociale des personnes qui ne montreront pas patte blanche, qui ne marcheront pas «drette».

Je rage devant cette imbécillité heureuse où les opprimés deviennent des boucs émissaires. Comme si les personnes assistées sociales, les sans-emploi, les exclus et exclues étaient responsables des pénuries d’emploi. Comme si les politiques économiques libre-échangistes et néolibérales n’avaient rien à voir avec les problèmes actuels.

Pour lire la suite…

CONSULTATION ESTIVALE SUR LE PROGRAMME OBJECTIF EMPLOI – Le ministre Blais poursuit son projet néfaste

COMMUNIQUÉ

QUÉBEC, le 29 juin 2017 – Après des mois d’attente, le gouvernement québécois a annoncé que c’est finalement le 12 juillet qu’il dévoilera son projet de modification du Règlement sur l’aide aux personnes et aux familles, afin de mettre en place le programme Objectif emploi. Et malgré toutes les interventions dénonçant les effets négatifs qu’aura le caractère obligatoire de ce nouveau programme, avec les pénalités financières qui y seront associées, le ministre François Blais décide tout de même d’aller de l’avant avec un projet aussi néfaste.

À cet effet, rappelons d’abord qu’en plus de la Coalition Objectif Dignité et des centaines de groupes communautaires qu’elle représente, le caractère contraignant et punitif du projet de loi 70 avait également été dénoncé par la Commission des droits de la personne et droits de la jeunesse, le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ, qui représente les agentEs d’aide sociale), plus de 300 professeurEs et chargéEs de cours universitaires, et près de 600 professionnelLEs de la santé.

Pour lire la suite…

80 millions de dollars sur cinq ans pour l’égalité homme-femme

ICI.RADIO-CANANDA.CA

Québec a présenté ce matin sa stratégie visant à faire « progresser l’égalité entre les sexes, dans tous les milieux et dans toutes les régions », dotée d’un budget de 80 millions de dollars sur cinq ans.

Québec concentrera ses actions là où les femmes vivent les plus grandes inégalités, par exemple dans certaines communautés immigrantes, parmi les aînées, les handicapées ou encore dans les situations de pauvreté.

« Au cours des dernières décennies, de nombreuses avancées ont été réalisées en matière d’égalité, mais il reste encore du chemin à parcourir pour l’atteindre, d’où la nécessité de se doter d’une nouvelle stratégie gouvernementale. » – Lise Thériault, ministre québécoise responsable de la Condition féminine

Il s’agit aussi de lutter contre la violence faite aux femmes et d’établir la parité décisionnelle dans les lieux où les hommes sont en général surreprésentés.

Pour atteindre ses objectifs, Québec compte sur la participation et la mobilisation des hommes à titre d’alliés dans l’atteinte de l’égalité. Québec entend d’ailleurs s’inspirer de la campagne « He For She » de l’ONU.

Pour voir le reportage…

STRATÉGIE D’ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES: PEU DE MOYENS CONCRETS!

MONTRÉAL, le 29 juin 2017 – Les membres du G13, une table de concertation de plus de 20 groupes et regroupements provinciaux féministes œuvrant pour les droits et l’égalité de toutes les femmes, réservent un accueil plutôt mitigé à la Stratégie gouvernementale pour l’égalité entre les femmes et les hommes dévoilée aujourd’hui par la ministre responsable de la Condition féminine, Mme Lise Thériault. En effet, l’approche de financement par projets proposée dans la stratégie pour reconnaître et consolider l’expertise des groupes de femmes ne garantira pas leur pérennité à long terme. Depuis quelques années, nous sommes confrontés à une diminution du soutien du travail de recherche, de défense des droits et de promotion de l’égalité. De plus, le changement du financement des groupes autonomes de femmes a un impact sur les choix démocratiques et autonomes des organisations.

Pour télécharger le communiqué…

GOUVERNEMENT DU QUÉBEC: Réserve record de 4,7 milliards $

Actualité |

22 juin 2017

JEAN-MARC SALVETLE SOLEIL

PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL

(Québec) Le gouvernement du Québec dispose désormais d’une réserve de près de 4,7 milliards $ pour faire face aux imprévus ou à un coup dur. Du jamais-vu!

Pour l’année financière 2016-2017, terminée le 31 mars, le surplus budgétaire de l’État québécois n’est pas de 250 millions $, comme il était officiellement prévu il y a encore quelques semaines. Il s’élève finalement à 2,5 milliards $ – et ce, même en tenant compte d’un versement de 2 milliards $ au Fonds des générations.

«Il s’agit d’une amélioration de 2,2 milliards $ par rapport au surplus budgétaire de 250 millions $ prévu dans le Plan économique du Québec de mars 2017», indique le tout dernier rapport des opérations financières du ministère des Finances.

Ces 2,5 milliards $ non prévus viennent d’être glissés dans la réserve dite de «stabilisation».

Pour lire la suite…

SALAIRE MINIMUM À 15$/H: « Steve, tu ne seras pas perdant. »

UNE ANIMATION DE LA CAMPAGNE 5-10-15

Pour regarder la vidéo…

Rapport annuel 2016-2017

Actualité |

22 juin 2017

PAS DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE SANS LUTTE À LA PAUVRETÉ!

Actualité |

21 juin 2017

Montréal, le 21 juin 2017 – La Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec (FAFMRQ) est loin d’être impressionnée par la Politique de réussite éducative publiée ce matin par le ministre de l’Éducation. « On se serait attendu à davantage de moyens concrets pour atteindre les ambitieux objectifs que se fixe le Ministre. On se demande par quelle formule magique on compte faire grimper le taux de diplomation à 85 % tout en ne proposant aucunes mesures de lutte à la pauvreté. On aura beau multiplier les places en maternelles 4 ans ou accompagner les parents afin “d’enrichir leur expérience parentale”, sans l’amélioration des conditions de vie des familles en situation de pauvreté, l’égalité des chances ne se concrétisera jamais véritablement », s’indigne Sylvie Lévesque, directrice générale de la FAFMRQ.

Pour télécharger le communiqué…

© FAFMRQ 2017