La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

S’OCCUPER DES TOUT-PETITS EST L’AFFAIRE DE TOUS, JUGENT LES QUÉBÉCOIS

Actualité |

21 novembre 2018

JESSICA NADEAU – LE DEVOIR

Photo: Olivier Zuida Le Devoir

 

Les Québécois sont de plus en plus nombreux à considérer la petite enfance comme une priorité, révèle un nouveau sondage Léger, réalisé pour le compte de l’Observatoire des tout-petits. Ils jugent qu’il faut en faire davantage pour assurer le développement des tout-petits, considérant qu’il s’agit d’une responsabilité collective, qui touche non seulement les parents et le gouvernement, mais également les instances municipales et les employeurs.

Près de neuf Québécois sur dix (91%) jugent qu’il est important que le gouvernement agisse pour prévenir les vulnérabilités chez les enfants à la maternelle. La directrice de l’Observatoire des tout-petits, Fannie Dagenais, rappelle d’ailleurs qu’un enfant sur quatre à la maternelle est vulnérable dans au moins un domaine de son développement, soit la santé physique et le bien-être, les compétences sociales, la maturité affective, le développement cognitif et langagier ainsi que les habiletés de communications et les connaissances générales.

Pour lire la suite…

LA CAQ S’ENGAGE À ENTAMER UNE RÉFORME DU DROIT FAMILIAL

Actualité, Conjoints de fait |

21 novembre 2018

Pierre Saint-Arnaud – LE DEVOIR

Photo: Graham Hughes Archives La Presse canadienne

La ministre de la Justice, Sonia LeBel, s’engage à entamer une réforme du droit de la famille dans le premier mandat du gouvernement caquiste.
« J’ai l’intention de faire cette réforme dans le premier mandat — à tout le moins, qu’elle soit suffisamment bien engagée pour qu’on ne puisse plus reculer par la suite », a affirmé Mme LeBel mercredi à l’Assemblée nationale, ajoutant qu’elle n’avait pas « l’intention d’étirer ça ad vitam aeternam ».
Cet engagement est annoncé alors que huit anciens ministres libéraux et péquistes signent un manifeste réclamant une modernisation du droit de la famille pour ajuster celui-ci aux nouvelles réalités sociales.

Pour lire l’article…

DES MÈRES STAGIAIRES AU BOUT DU ROULEAU

DOMINIQUE SCALILE JOURNAL DE MONTRÉAL

Une mère qui doit recourir à une banque alimentaire. Une autre qui repousse sa session pour joindre les deux bouts. Des étudiantes dénoncent qu’elles doivent faire des stages sans être payées.

« Je ne demande même pas à avoir le même salaire que mes collègues. Je veux juste ne plus avoir à aller à la banque alimentaire tous les vendredis », dit Virginie (nom fictif), 33 ans.

Cette cégépienne qui finit cette année sa technique en travail social préfère taire son nom pour ne pas nuire à son embauche à la fin de son stage.

Elle fait partie des quelque 55 000 étudiants en grève pour un ou plusieurs jours cette semaine afin de convaincre le gouvernement Legault de faire en sorte que les stages collégiaux et universitaires deviennent rémunérés.

Pour lire l’article…

L’INDICE DE DÉFAVORISATION «NE DIT PAS TOUT»

Actualité |

17 novembre 2018

MARCO FORTIER – LE DEVOIR

Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir

 

Interpellé par les nouveaux indices de défavorisation qui pénalisent des élèves vulnérables, le ministre Jean-François Roberge affirme avoir enclenché le processus visant à établir des planchers de services dans les écoles du Québec.

Le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur dit comprendre les inquiétudes du milieu scolaire, surtout à Montréal, qui dénonce les nouveaux calculs des indices de défavorisation des écoles.

Le Devoir a rapporté vendredi que 27 écoles montréalaises subiront des coupes totalisant 2,98 millions de dollars à cause de l’embourgeoisement dans les quartiers centraux de Montréal. Ces écoles recevaient des fonds destinés aux écoles défavorisées, mais sont désormais considérées comme favorisées. Pourquoi ? À cause de l’arrivée de familles aisées, principalement dans les quartiers Rosemont–La Petite-Patrie, Villeray et le Plateau-Mont-Royal.

Pour lire l’article…

REMANIEMENT DES FONDS AUX ÉCOLES DÉFAVORISÉES: DES MILLIERS D’ÉLÈVES TOUCHÉS

Actualité |

16 novembre 2018

JESSICA NADEAU ET MARCO FORTIER – LE DEVOIR

Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir

 

Des milliers d’élèves vulnérables de Montréal vont perdre un précieux soutien professionnel en raison d’un remaniement des fonds destinés aux écoles défavorisées. Selon ce que Le Devoir a appris, les nouveaux indices de défavorisation des écoles du Québec provoquent une onde de choc chez les directeurs d’école et les gestionnaires de la Commission scolaire de Montréal (CSDM).

La plus grande commission scolaire du Québec perd au change dans le calcul des nouveaux indices de défavorisation, établis par le ministère de l’Éducation d’après les données du recensement de 2016. Ainsi, 27 écoles de la CSDM perdent leur statut d’école défavorisée, auquel étaient rattachés des fonds totalisant 2,98 millions de dollars.

Pour lire la suite...

SEUIL OFFICIEL DE PAUVRETÉ : UNE CONFUSION À DÉNONCER

Actualité, Lutte à la pauvreté |

13 novembre 2018

OLIVIER DUCHARME ET MARIE-JOSÉE DUPUISLE DEVOIR

Photo: Olivier Zuida Le Devoir

 

Depuis peu, un consensus s’établit, autant au Canada qu’au Québec, pour instaurer un seuil officiel de pauvreté.
De prime abord, plusieurs seront surpris d’apprendre qu’il n’y avait pas, avant ce jour, une mesure officielle de la pauvreté au Canada. Il existe certes des indicateurs de faible revenu, mais aucun d’entre eux n’a eu la prétention de servir de seuil officiel de la pauvreté.

Le dépôt, par le gouvernement fédéral, du projet de loi C-87 (Loi sur la réduction de la pauvreté) vient entériner les annonces qui ont été faites, un peu plus tôt cette année, dans la Stratégie canadienne de réduction de la pauvreté.

Pour lire l’article…

L’ARGENT (COMPTANT) FAIT LE BONHEUR !

Actualité |

11 novembre 2018

STÉPHANIE GRAMMOND – LA PRESSE +

Traitez-moi de vieille croûtonne si vous voulez, mais je pense que l’argent comptant aura encore sa place pour longtemps dans le cœur des consommateurs.
Ce n’est pas que je sois réfractaire au changement, pas du tout. Je préfère payer mon café à l’aide de mon cellulaire plutôt que de chercher de la monnaie dans le fouillis de mon sac à main. Et j’aime cent fois mieux faire un virement Interac que d’utiliser un chèque personnel.

Pour lire l’article…

AMENDES IMPAYÉES : FINI LA PRISON À QUÉBEC POUR LES ITINÉRANTS

Actualité, Lutte à la pauvreté |

07 novembre 2018

JEAN-LUC LAVALLÉE – LE JOURNAL DE QUÉBEC

La Ville de Québec n’emprisonnera plus les itinérants et les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale qui sont incapables de payer leurs amendes pour des infractions au règlement sur la paix et le bon ordre.
Le maire Régis Labeaume en a fait l’annonce lors d’une conférence de presse, mercredi après-midi, et a fait son mea culpa à la suite du cas de Valérie Brière, cette mère monoparentale condamnée à 101 jours de prison pour des amendes impayées d’un peu plus de 2 000 $.

Pour lire la suite…

COMBATTRE LA PAUVRETÉ: PLUS QU’UN CHIFFRE

Actualité, Lutte à la pauvreté |

07 novembre 2018

MANON CORNELLIERLE DEVOIR

Le gouvernement fédéral a finalement présenté mardi un projet de loi donnant davantage forme à sa stratégie de lutte contre la pauvreté. L’effort depuis longtemps attendu reste cependant trop limité et la définition du « seuil officiel de pauvreté » proposée est beaucoup trop étroite.
Il serait difficile de mettre en doute la bonne volonté du parrain du projet de loi C-87, le ministre fédéral de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos. Cet économiste a consacré sa carrière universitaire à étudier les inégalités économiques et la pauvreté. Il invoque ses convictions, mais est-il satisfait ?

Pour lire la suite…

AIDE SOCIALE ATTAQUEZ LA PAUVRETÉ, PAS LES PERSONNES QUI LA VIVENT

Actualité, Lutte à la pauvreté |

06 novembre 2018

STÉPHANE LAPORTE – LA PRESSE +

Notre gouvernement semble être préoccupé par la tenue vestimentaire des gens alors qu’il y a des enjeux beaucoup plus importants à soulever.

Au Québec, une personne sur sept vit dans la pauvreté, dont 223 000 enfants1. En même temps, nos élus refusent catégoriquement d’augmenter le salaire minimum à un salaire vivable. Le montant d’aide sociale a stagné alors que les loyers et les coûts d’épicerie ne cessent d’augmenter. Robin des Bois prenait des riches pour donner aux pauvres, mais l’État fait le contraire.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2018