La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

21 février 2017- Blocage de bureaux à Montréal: Lutte contre l’évitement et l’évasion fiscale

16807221_1469044006463626_2698759003026520292_n
IMG_0383
Montréal, le 21 février 2017 – À l’appel de la Coalition Main rouge, plus de 200 personnes ont pris d’assaut les quatre grandes firmes internationales qui dominent le lucratif secteur de l’évasion fiscale : PricewaterhouseCoopers (PwC), KPMG, Deloitte et Ernst & Young. La mobilisation a débuté tôt ce matin par un blocage complet des bureaux montréalais de PwC, puis de Deloitte une autre firme encourageant l’évasion et l’évitement fiscal. À quelques semaines du prochain budget Leitao, la Coalition demande au ministre des Finances de lutter plus efficacement contre l’évitement et l’évasion fiscale afin que les entreprises et les plus riches contribuent davantage au financement des services publics, des programmes sociaux et de l’action communautaire autonome. En luttant plus sérieusement contre ce phénomène, l’État pourrait récupérer 740 millions $ qui lui échappent chaque année.

Pour lire la suite…

ACTIONS D’ÉCLATS POUR LE FINANCEMENT DE L’ACTION COMMUNAUTAIRE AUTONOME

LES GROUPES RÉCLAMENT DES ENGAGEMENTS DÈS LE PROCHAIN BUDGET

logoengagezvousblancpetit

Montréal et Québec, le 7 février 2017 — C’est par le blocage simultané depuis 11h30, de la Caisse de dépôt et placement du Québec, à l’adresse 1000, Place Jean-Paul-Riopelle à Montréal, et de l’Édifice Marie-Guyart (Complexe G), situé au 675 Boulevard René-Lévesque E, à Québec, que les organismes communautaires ont voulu, encore une fois, attirer l’attention du ministre des finances Carlos J. Leitao, à l’occasion de la rentrée parlementaire, sur leurs besoins. Les 4000 groupes impliqués dans la campagne Engagez-vous pour le communautaire réclament une hausse de 475 millions $ par année de leur financement à la mission et la pleine indexation annuelle de leurs subventions.

Pour lire le communiqué…

Montréal : le milieu communautaire sous pression à cause des travailleurs pauvres

RADIO-CANADA.CA

club-populaire-des-consommateurs Photo: Vincent Rességuier

Les organismes communautaires ont de plus en plus de difficulté à répondre aux besoins croissants des personnes qui travaillent, mais qui n’arrivent pas à boucler leurs fins de mois. Cette réalité touche 125 000 travailleurs et leur famille dans la région de Montréal.

Une étude récente de l’Institut national de la recherche scientifique, en collaboration avec Centraide, montre qu’à Montréal, le nombre de travailleurs pauvres s’est accru de 30 % entre 2001 et 2012, et tout semble indiquer que la tendance va se maintenir.

Ces personnes se tournent en majorité vers le milieu communautaire, car elles n’ont pas toujours accès aux différents programmes d’aide sociale, et cela pose de nouveaux défis aux organismes qui doivent élargir leur palette de services.

Pour lire l’article…

Une résolution pour Alexandre Taillefer en 2017

CATHERINE CARONRELATIONS

team_taillefer-460-702x336Photo: XNPD.com

Alexandre Taillefer est l’homme d’affaires chouchou de bien des Québécois et des Québécoises actuellement. J’aimerais bien pouvoir me contenter de me réjouir de son appui précieux à la revendication d’un salaire minimum à 15 $/h, par exemple. Mais quand je lis ses chroniques dans Voir, comme celle du numéro de janvier 2017, intitulée « L’entrepreneuriat social à la rescousse », je ne peux m’empêcher de grincer des dents (j’en ai déjà parlé dans ce billet de blogue). Ce n’est pas que je m’attende à ce qu’un homme d’affaires comme lui soit une Manon Massé, mais comme il se dit progressiste, j’ai quelques attentes et souvent l’envie, justement, de lui organiser une rencontre avec quelqu’un comme la députée de Québec solidaire. Question de jaser de quelques petites affaires…

Car toujours en ayant l’air d’exprimer le « gros bon sens », le voilà qui affirme vertueusement, dans sa nouvelle chronique, que l’État doit bien sûr continuer d’assumer ses fonctions de base en santé, en éducation, en culture, etc., fonctions qui doivent être protégées des appétits du secteur privé. Mais, aussitôt, il reprend la cassette à l’effet que nous serions une population qui compte toujours sur l’État et que c’est déplorable, nous invitant à nous responsabiliser comme le font de vaillants entrepreneurs sociaux, comme le Dr Julien et sa fondation, qui méritent le soutien de fonds publics tant ils excellent et innovent comme personne auparavant.

Pour lire l’article…

7 FÉVRIER: ACTION D’ÉCLAT À QUÉBEC ET MONTRÉAL

7-fevrier2017

Dans le cadre de la campagne « Engagez-vous pour le communautaire », les organismes d’action communautaire autonome se donnent rendez-vous le 7 février pour des actions nationales d’éclat simultanées à Québec et à Montréal, sous le thème: Leitao, nos vies, c’est pas un jeu!

Avec les politiques «d’austérité» du gouvernement libéral, si nous ne sommes pas riches, nous sommes tous et toutes perdant-e-s (comme au Monopoly). En coupant dans les services publics et les programmes sociaux, le ministre des finances joue avec la vie des gens qui se retournent vers les organismes communautaires qui croulent déjà sous le poids du sous-financement. Le communautaire a un besoin grandissant de financement et veut, lui aussi, passer à GO pour réclamer ses 475M$!

L’action se déroule sur la trame de fonds du jeu de Monopoly. Amenez vos costumes et vos accessoires!

Inscriptions obligatoires:

Montréal: fracamontreal@gmail.com
Québec: info@rgfcn.org

Si vous désirez participer à cette action ou organiser du transport pour amener des personnes de votre région, vous devez obligatoirement vous inscrire. Sinon, le lieu ne vous sera pas communiqué.
Pour voir la page Facebook de l’événement…

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE VEULENT POUVOIR S’EXPRIMER LIBREMENT

Un texte de Marie-Laure JosselinRADIO-CANADA.CA

es48b-rci-agence-revenu-canadaPhoto : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Les organismes de bienfaisance dénoncent une règle fédérale qui les empêche de consacrer plus de 10 % de leurs ressources à des activités politiques, sous peine de voir leur statut révoqué. Cette loi qui brime leur liberté d’expression doit disparaître, disent-ils.

Pour clarifier cette règle, l’Agence du revenu du Canada (ARC) mène jusqu’à la mi-décembre des consultations auprès de ces organismes de bienfaisance. C’est insuffisant, clament les organismes.
Selon la loi, les organismes de bienfaisance doivent se plier à la règle des 10 %, et les activités partisanes leur sont interdites. Selon l’Agence, une «activité politique est toute activité visant à modifier, maintenir ou contester une loi».
Mais cette définition n’est pas assez claire. Dans la lettre de mandat adressée à la ministre du Revenu national, le premier ministre Justin Trudeau demandait d’ailleurs de moderniser la loi pour la clarifier. En attendant, estiment les organismes, c’est un sérieux frein à la liberté d’expression.

DES ONG RÉCLAMENT LA FIN DE L’INQUISITION DU FISC

ALEXANDRE SHIELDLE DEVOIR

orgcharitePhoto: Sean Kilpatrick La Presse canadienne

Le gouvernement Trudeau doit mettre fin à la surveillance des activités politiques des organismes de bienfaisance lancée par les conservateurs par l’entremise de l’Agence de revenu du Canada. C’est ce que réclament plusieurs organismes dont la survie est toujours menacée par cette mesure, que les libéraux avaient pourtant promis d’abolir. Mais pour le moment, Ottawa se contente de mener des consultations en vue de « clarifier » les règles pour ces organisations.

Ouvertement hostile aux actions de différents groupes environnementaux, sociaux et liés aux droits de la personne, le gouvernement de Stephen Harper avait lancé en 2012 une campagne d’audits visant à vérifier les activités dites politiques de certains organismes de bienfaisance.

Pour lire l’article…

DITES AU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DE PROTÉGER LA LIBERTÉ D’EXPRESSION DES CANADIEN-NE-S

protect-free-speech-fb-updated

UNE NOUVELLE LÉGISLATION EST NÉCESSAIRE POUR PRÉSERVER LA VOIX DES CITOYEN‑NE‑S PAR L’ENTREMISE DES ORGANISMES DE BIENFAISANCE QUI DÉFENDENT LEURS REVENDICATIONS

Les organismes de bienfaisance rendent un service inestimable aux Canadien-ne-s en plaidant en leur nom pour de meilleures politiques sur la protection de l’environnement, la santé de nos familles, l’éradication de la pauvreté et plus encore. Les organismes de bienfaisance servent de porte-voix à tous les Canadien-ne-s pour exprimer leurs préoccupations. Toutefois, les règles sur ce que les organismes de bienfaisance peuvent et ne peuvent pas faire laissent libre cours aux abus en raison de lois floues et obsolètes. Cette ambiguïté a mené à des contrôles et audits incessants auprès d’organismes de bienfaisance. Si les lois ne sont pas modifiées, cette tendance pourrait se maintenir.

Pour écrire au Premier Ministre…

De la lutte à la gestion de la pauvreté. Quand la philanthropie s’en mêle !

word-cloud-8

 

 

 

 

 

 

Dans le cadre des Grands débats de l’Institut Santé Société de l’Université du Québec à Montréal, la Coalition Non aux PPP sociaux et le professeur de l’École de travail social Michel Parazelli ont convié leurs collègues à une journée de réflexion intitulée « De la lutte à la gestion de la pauvreté. Quand la philanthropie s’en mêle! »

Plus d’une cinquantaine de personnes, principalement des représentantes d’organismes nationaux et locaux, ont répondu à l’invitation et ont participé aux échanges sur le thème de la philanthropie et l’action communautaire.

Pour lire la synthèse des débats…

Liberté d’expression des organisme bienfaisance : Le gouvernement de Justin Trudeau doit tenir ses promesses

liberte-2Communiqué de presse

À la veille de la consultation à Montréal de Revenu Canada sur les activités politiques des organismes de bienfaisance, de nombreux groupes, dont Équiterre, Amnistie internationale, le Réseau québécois de l’action communautaire autonome, la Coalition des associations de consommateurs du Québec, la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles, et plusieurs autres demandent au gouvernement fédéral une refonte de la loi et recommandent de mettre les audits des activités politiques en attente jusqu’à ce que la loi soit réformée. Selon ces groupes, il est inacceptable qu’en 2016, le Canada limite le droit de parole de 86 000 organismes de la société civile.

L’Agence du revenu du Canada (ARC) tient jusqu’au 14 décembre une consultation via son site Web (www.cra-arc.gc.ca/chrts-gvng/chrts/whtsnw/pacnslttns-fra.html ) sur les règles qui encadrent les activités politiques des organismes de bienfaisance. De plus, elle organise des rencontres avec ces organismes dans six villes canadiennes dont l’une qui se tiendra demain à Montréal.

Les groupes participeront à cette rencontre et certains ont déjà rendu public leur mémoire qu’ils ont déposé à la consultation de Revenu Canada.

Pour lire la suite du communiqué…

Pour lire le mémoire…

© FAFMRQ 2017