La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

ACTION COMMUNAUTAIRE ET ÉDUCATION POPULAIRE: Deux incontournables de la vie démocratique. Bulletin, Vol. 42, No. 1

BULLETIN DE LIAISON DE JUIN 2017 – VOLUME 42, No. 1

À LIRE DANS CE NUMÉRO…

PORTER LA PAROLE DES FAMILLES: UN RÉEL PRIVILÈGE
Par Andrée Normandeau, présidente

L’ÉDUCATION POPULAIRE COMME MOYEN DE SOUTENIR LE DÉVELOPPEMENT DU POUVOIR D’AGIR DES ADULTES
Par Jean Rousseau et Maxime Steve Bégin, Conseil supérieur de l’éducation

QUAND LA SÉPARATION NE GARANTIT PAS L’ARRÊT DE LA VIOLENCE
Par Simon Lapierre, Université d’Ottawa

NUMÉRO DE BIENFAISANCE: DES RÈGLES DÉMODÉES
Par Céline Métivier, Réseau québécois de l’action communautaire autonome

UNE POLITIQUE FAMILIALE POUR LES PARENTS-ÉTUDIANTS DE L’UNIVERSITÉ LAVAL
Par Isabelle Caouette, Association des parents-étudiants de l’Université Laval

PENSIONS ALIMENTAIRES POUR ENFANTS: QUÉBEC À LA TRÂINE DERRIÈRE L’ONTARIO ET LA COLOMBIE-BRITANNIQUE
Par Lorraine Desjardins, FAFMRQ

BONNE LECTURE!

NOTE:
Seuls certains articles sont accessibles aux non-abonnés.
Pour faire partie de notre liste d’envoi du Bulletin, il suffit de remplir le FORMULAIRE D’ABONNEMENT.
Il n’en coûte que 18$ pour trois numéros par année!

ENGAGEZ-VOUS POUR UN SALAIRE MINIMUM À 15$/H

La campagne Engagez-vous pour le communautaire, qui réunit les quelque 4000 organismes d’action communautaire autonome, témoigne de son appui à la revendication pour un salaire minimum à 15$/heure.

Cet appui se veut en concordance directe avec le travail des organismes d’action communautaire autonome qui, de diverses façons, viennent en aide aux personnes les plus vulnérables de notre société et cherchent à atténuer les effets destructeurs de la pauvreté dans les communautés.

Répondre aux besoins de base
Il est grave de constater que même en travaillant à temps plein, avec le salaire minimum actuel, il est impossible de se sortir de la pauvreté. Loin de permettre de boucler un budget, ce revenu permet tout juste de répondre à ses besoins de base. Travailler au salaire minimum est encore synonyme de pauvreté et de précarité. Chaque sou compte et la perspective de sortir de la pauvreté est beaucoup plus de l’ordre du fantasme que de la réalité.

Pour lire la suite…

FINANCEMENT DES ORGANISMES COMMUNAUTAIRES: UN ÉCART DE 16 M $

MARIE-CHRISTINE BOUCHARDLA TRIBUNE

1388907-sebastien-laberge-president-regroupement-organismesSPECTRE MÉDIA, RENÉ MARQUIS

(Sherbrooke) Un financement total de 32 M$ et des demandes frôlant les 48 M$ : voilà l’écart entre le financement réel des organismes communautaires de la région et leurs demandes concrètes.

Des représentants du ROC de l’Estrie (Regroupement des organismes communautaires) se sont pointés jeudi soir à la période de questions de la séance du conseil d’administration du CIUSSS de l’Estrie-CHUS. Leur objectif était de demander à la direction du CIUSSS si elle allait pouvoir augmenter leur financement rapidement.

«Nous reconnaissons le caractère essentiel de vos organismes et du travail qui s’y fait. On reconnait l’écart entre le financement et les demandes de vos organismes», a concédé Carol Fillion, directeur général adjoint aux programmes sociaux et de réadaptation au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Pour lire l’article…

BUDGET DU QUÉBEC: LE MILIEU COMMUNAUTAIRE DÉCU

NOUVELLE UNION

Capture d’écran 2017-04-03 à 11.03.10
Les organismes communautaires mobilisés autour de la campagne Engagez-vous pour le communautaire au Centre-du-Québec et en Mauricie réagissent avec dépit au budget déposé par le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão.

Un budget aux saveurs préélectorales qui, malgré quelques annonces positives, ne réussit pas à compenser les années de compressions budgétaires qui l’ont précédé, tant pour les organismes communautaires que pour la population qui en a fait les frais.

En santé et services sociaux, des investissements de 80 M $ sur cinq ans sont prévus: 10M$ pour 2017-2018 et 10M$ pour 2018-2019. Ces montants ne sont toutefois pas suffisants pour permettre aux organismes œuvrant dans ce secteur de rattraper le retard accumulé par plusieurs années de sous-financement.

«Ces annonces sont un pas dans la bonne direction, comme l’est le plan pour l’autisme dévoilé la semaine dernière, mais il est certain que cela demeure insuffisant», affirme Steve Leblanc du Regroupement des organismes communautaires de promotion pour personnes handicapées de la Mauricie.

Pour lire l’article…

21 février 2017- Blocage de bureaux à Montréal: Lutte contre l’évitement et l’évasion fiscale

16807221_1469044006463626_2698759003026520292_n
IMG_0383
Montréal, le 21 février 2017 – À l’appel de la Coalition Main rouge, plus de 200 personnes ont pris d’assaut les quatre grandes firmes internationales qui dominent le lucratif secteur de l’évasion fiscale : PricewaterhouseCoopers (PwC), KPMG, Deloitte et Ernst & Young. La mobilisation a débuté tôt ce matin par un blocage complet des bureaux montréalais de PwC, puis de Deloitte une autre firme encourageant l’évasion et l’évitement fiscal. À quelques semaines du prochain budget Leitao, la Coalition demande au ministre des Finances de lutter plus efficacement contre l’évitement et l’évasion fiscale afin que les entreprises et les plus riches contribuent davantage au financement des services publics, des programmes sociaux et de l’action communautaire autonome. En luttant plus sérieusement contre ce phénomène, l’État pourrait récupérer 740 millions $ qui lui échappent chaque année.

Pour lire la suite…

ACTIONS D’ÉCLATS POUR LE FINANCEMENT DE L’ACTION COMMUNAUTAIRE AUTONOME

LES GROUPES RÉCLAMENT DES ENGAGEMENTS DÈS LE PROCHAIN BUDGET

logoengagezvousblancpetit

Montréal et Québec, le 7 février 2017 — C’est par le blocage simultané depuis 11h30, de la Caisse de dépôt et placement du Québec, à l’adresse 1000, Place Jean-Paul-Riopelle à Montréal, et de l’Édifice Marie-Guyart (Complexe G), situé au 675 Boulevard René-Lévesque E, à Québec, que les organismes communautaires ont voulu, encore une fois, attirer l’attention du ministre des finances Carlos J. Leitao, à l’occasion de la rentrée parlementaire, sur leurs besoins. Les 4000 groupes impliqués dans la campagne Engagez-vous pour le communautaire réclament une hausse de 475 millions $ par année de leur financement à la mission et la pleine indexation annuelle de leurs subventions.

Pour lire le communiqué…

Montréal : le milieu communautaire sous pression à cause des travailleurs pauvres

RADIO-CANADA.CA

club-populaire-des-consommateurs Photo: Vincent Rességuier

Les organismes communautaires ont de plus en plus de difficulté à répondre aux besoins croissants des personnes qui travaillent, mais qui n’arrivent pas à boucler leurs fins de mois. Cette réalité touche 125 000 travailleurs et leur famille dans la région de Montréal.

Une étude récente de l’Institut national de la recherche scientifique, en collaboration avec Centraide, montre qu’à Montréal, le nombre de travailleurs pauvres s’est accru de 30 % entre 2001 et 2012, et tout semble indiquer que la tendance va se maintenir.

Ces personnes se tournent en majorité vers le milieu communautaire, car elles n’ont pas toujours accès aux différents programmes d’aide sociale, et cela pose de nouveaux défis aux organismes qui doivent élargir leur palette de services.

Pour lire l’article…

Une résolution pour Alexandre Taillefer en 2017

CATHERINE CARONRELATIONS

team_taillefer-460-702x336Photo: XNPD.com

Alexandre Taillefer est l’homme d’affaires chouchou de bien des Québécois et des Québécoises actuellement. J’aimerais bien pouvoir me contenter de me réjouir de son appui précieux à la revendication d’un salaire minimum à 15 $/h, par exemple. Mais quand je lis ses chroniques dans Voir, comme celle du numéro de janvier 2017, intitulée « L’entrepreneuriat social à la rescousse », je ne peux m’empêcher de grincer des dents (j’en ai déjà parlé dans ce billet de blogue). Ce n’est pas que je m’attende à ce qu’un homme d’affaires comme lui soit une Manon Massé, mais comme il se dit progressiste, j’ai quelques attentes et souvent l’envie, justement, de lui organiser une rencontre avec quelqu’un comme la députée de Québec solidaire. Question de jaser de quelques petites affaires…

Car toujours en ayant l’air d’exprimer le « gros bon sens », le voilà qui affirme vertueusement, dans sa nouvelle chronique, que l’État doit bien sûr continuer d’assumer ses fonctions de base en santé, en éducation, en culture, etc., fonctions qui doivent être protégées des appétits du secteur privé. Mais, aussitôt, il reprend la cassette à l’effet que nous serions une population qui compte toujours sur l’État et que c’est déplorable, nous invitant à nous responsabiliser comme le font de vaillants entrepreneurs sociaux, comme le Dr Julien et sa fondation, qui méritent le soutien de fonds publics tant ils excellent et innovent comme personne auparavant.

Pour lire l’article…

7 FÉVRIER: ACTION D’ÉCLAT À QUÉBEC ET MONTRÉAL

7-fevrier2017

Dans le cadre de la campagne « Engagez-vous pour le communautaire », les organismes d’action communautaire autonome se donnent rendez-vous le 7 février pour des actions nationales d’éclat simultanées à Québec et à Montréal, sous le thème: Leitao, nos vies, c’est pas un jeu!

Avec les politiques «d’austérité» du gouvernement libéral, si nous ne sommes pas riches, nous sommes tous et toutes perdant-e-s (comme au Monopoly). En coupant dans les services publics et les programmes sociaux, le ministre des finances joue avec la vie des gens qui se retournent vers les organismes communautaires qui croulent déjà sous le poids du sous-financement. Le communautaire a un besoin grandissant de financement et veut, lui aussi, passer à GO pour réclamer ses 475M$!

L’action se déroule sur la trame de fonds du jeu de Monopoly. Amenez vos costumes et vos accessoires!

Inscriptions obligatoires:

Montréal: fracamontreal@gmail.com
Québec: info@rgfcn.org

Si vous désirez participer à cette action ou organiser du transport pour amener des personnes de votre région, vous devez obligatoirement vous inscrire. Sinon, le lieu ne vous sera pas communiqué.
Pour voir la page Facebook de l’événement…

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE VEULENT POUVOIR S’EXPRIMER LIBREMENT

Un texte de Marie-Laure JosselinRADIO-CANADA.CA

es48b-rci-agence-revenu-canadaPhoto : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Les organismes de bienfaisance dénoncent une règle fédérale qui les empêche de consacrer plus de 10 % de leurs ressources à des activités politiques, sous peine de voir leur statut révoqué. Cette loi qui brime leur liberté d’expression doit disparaître, disent-ils.

Pour clarifier cette règle, l’Agence du revenu du Canada (ARC) mène jusqu’à la mi-décembre des consultations auprès de ces organismes de bienfaisance. C’est insuffisant, clament les organismes.
Selon la loi, les organismes de bienfaisance doivent se plier à la règle des 10 %, et les activités partisanes leur sont interdites. Selon l’Agence, une «activité politique est toute activité visant à modifier, maintenir ou contester une loi».
Mais cette définition n’est pas assez claire. Dans la lettre de mandat adressée à la ministre du Revenu national, le premier ministre Justin Trudeau demandait d’ailleurs de moderniser la loi pour la clarifier. En attendant, estiment les organismes, c’est un sérieux frein à la liberté d’expression.

© FAFMRQ 2017