La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

POUR UNE VÉRITABLE REFONTE DES NORMES DU TRAVAIL

MARIE-HÉLÈNE ALARIE LE DEVOIR

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

Salaire minimum à 15 $ l’heure, congés de maladie payés, semaine de vacances additionnelle, encadrement des agences de placement… Pour les syndicats, tout est sur la table. À la CSQ, on attend beaucoup de cette annonce de refonte de la Loi sur les normes du travail.

Le monde du travail change, et c’est peu dire ! De nouvelles réalités exigent des cadres légaux adaptés. La Loi sur les normes du travail est entrée en vigueur en 1980. La dernière révision majeure de cette loi remonte à 2002 où, de manière très progressiste, on avait enchâssé un règlement sur le harcèlement psychologique et sexuel, ainsi que des clauses de disparité de traitement. Aujourd’hui, les syndicats souhaitent des changements tout aussi importants.

Pour lire l’article…

RÉALITÉ DES PARENTS ÉTUDIANTS: QUEL BILAN POUR LE QUÉBEC?

ACTES DU COLLOQUE ET PRÉSENTATIONS VISUELLES

Le 2 juin dernier, le Comité de soutien aux parents-étudiants de l’UQAM tenait un colloque intitulé « Réalité des parents-étudiants: quel bilan pour le Québec? ».

Sylvie Lévesque, directrice générale de la FAFMRQ, y donnait une conférence:
ÉTUDES ET MONOPARENTALITÉ: TROP DE DEVOIRS? UNE PLATEFORME POLITIQUE POUR LA CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL-ÉTUDES

Pour accéder aux actes du colloque ainsi qu’aux vidéos des conférences…

Le temps des parents: mes petits avant tout

SIMON ABDELAOBSERVATOIRE DES RÉALITÉS FAMILIALES DU QUÉBEC


Que faisons-nous de notre temps? Le titre de l’ouvrage de Gilles Pronovost, professeur au département des études en loisir, culture et tourisme de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), va droit au but: vingt-quatre petites heures et tant de choses à accomplir… surtout pour les parents! C’est du moins ce que constate l’auteur dans le chapitre « Le temps parental sous tension », qui brosse le portrait du quotidien des parents québécois au cours des dernières décennies.

Pour ce faire, le professeur de l’UQTR utilise les données de cinq enquêtes sur l’emploi du temps réalisées par Statistique Canada entre 1986 et 2010. Entre 1800 et 3800 parents québécois ont participé à chacune de ces études. Pronovost décrit ici l’évolution du temps consacré à différentes activités quotidiennes, ce qu’on appelle les temps sociaux : travail salarié, travail ménager, loisirs, temps parental. En se fondant sur ces données, le chercheur élabore trois scénarios de répartition du temps possibles pour les familles des prochaines décennies.

Pour lire la suite…

GARDERIES: le virage éducatif

BRIGITTE BRETONLE SOLEIL

Photo: ARCHIVES LA PRESSE

(Québec) ÉDITORIAL / Le gouvernement Couillard semble enfin saisir l’importance des services éducatifs à la petite enfance. Le projet de loi 143 déposé vendredi par le ministre de la Famille marque sa volonté de surveiller et d’encadrer ce qui se passe dans les garderies non subventionnées pour lesquelles Québec accorde des crédits d’impôt aux parents. Il était temps. Le moment est aussi venu d’exiger une formation accrue pour le personnel de tous les types de garderie.

«Notre objectif est de continuer à offrir une diversité de services de qualité, toujours plus sécuritaires, dans le but de favoriser le développement des enfants et de bien les accompagner vers la réussite éducative», a expliqué le ministre Sébastien Proulx.

Avec les règles actuelles, la diversité des services se traduit malheureusement par une diversité de la qualité des services et de la formation du personnel qui accompagne les tout-petits au quotidien.

Quelques données en témoignent. Dans les centres de la petite enfance (CPE), 82 % du personnel est qualifié. Dans les garderies privées subventionnées, le pourcentage baisse à 72 %. Dans les garderies privées qui ne reçoivent pas de subventions, mais dont les parents des enfants qui les fréquentent obtiennent des crédits d’impôt, la proportion de personnel qualifié chute à 44 %. Notons que le nombre de places disponibles dans ce type de services de garde a augmenté de façon marquée ces dernières années, notamment à cause de la modulation des tarifs.

Pour lire la suite…

Garderies subventionnées: 130 M$ puisés dans les poches des familles

OLIVIER LEMIEUXICI.RADIO-CANADA.CA

Photo : Istock

EXCLUSIF – La modulation des tarifs dans les garderies subventionnées coûte de plus en plus cher aux parents québécois. Le gouvernement du Québec, qui avait prévu récupérer des sommes avec la modulation des tarifs de garderie, aura finalement puisé 130 millions dans les poches des familles en 2016, selon un document obtenu par Radio-Canada.

Le gouvernement Couillard donne d’une main et reprend de l’autre. Lundi, le ministre de la Famille, Sébastien Proulx, confirmait un investissement de 40 millions de dollars pour améliorer les services de garde à l’enfance. La moitié de ce montant était de l’argent frais, l’autre moitié avait déjà été promise lors du dépôt du budget 2017-2018.

Or, selon les plus récents chiffres compilés par Revenu Québec, les parents québécois ont redonné beaucoup au gouvernement l’an dernier en raison de la modulation des tarifs de garde selon les revenus.

Au total, 126 000 familles ont dû débourser 129,9 millions de dollars en 2016, une somme qui s’ajoute à la contribution de base de 7,75$ par jour, par enfant, dans le réseau de services de garde subventionnés québécois.

Pour lire la suite…

La réaction de mon patron à l’annonce de ma grossesse montre qu’il faut dénoncer la discrimination faite aux femmes enceintes

SUZANNE A. (future maman) LE HUFFINGTONPOST

Aujourd’hui je suis en colère. En colère, triste et dépitée. Nous sommes en 2017, on peut parler sans tabou de la discrimination envers les personnes homosexuelles, les handicapés, les femmes, les étrangers, les obèses, les moins beaux que les autres, les légumes pas bio, les jambons avec des nitrites….mais aujourd’hui j’ai dû faire face à de l’inattendu.

Février 2017, je commence un nouveau travail dans le milieu sanitaire et social, un poste à responsabilité, dans une nouvelle ville, une nouvelle entreprise. Deux semaines après, retard de règle, je me rends compte que je suis enceinte de mon premier enfant. Ma première réaction fût de me dire, « OUPS, déjà! Si vite après avoir commencé le boulot… Comment mon chef va-t-elle réagir? » Et puis s’en suit la joie avec mon mari de se dire que la vie n’attend pas et que nous n’avons jamais voulu fonder notre famille en fonction de notre travail.

Pour lire l’article…

PROGRAMME FÉDÉRAL DE GARDERIES: Québec obtiendra 88 millions par année pour offrir un soutien direct aux familles

HÉLÈNE BUZZETTILE DEVOIR

Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne

Le gouvernement de Justin Trudeau respectera sa parole en matière de fédéralisme asymétrique, du moins en partie. Il permettra au Québec d’injecter l’argent lui étant imparti dans le cadre du nouveau programme fédéral de garderies dans les priorités qui seront les siennes, pourvu qu’elles prennent la forme d’une aide directe à la famille. Les répits destinés aux parents d’enfants handicapés, par exemple, pourraient s’en trouver gagnants.

Les libéraux fédéraux avaient promis dans leurs deux précédents budgets de consacrer 7,5 milliards de dollars sur 11 ans pour financer la création de places en garderie à travers le pays. L’entente-cadre conclue lundi avec les provinces et territoires viendra baliser les négociations à venir sur l’utilisation de cet argent. Le Québec, dont la part s’élèvera à 88 millions de dollars par année d’ici 2020, obtient le droit de consacrer l’argent à autre chose.

«Les conditions, il n’y en a pas, a lancé M. Duclos en point de presse. C’est une invitation que le gouvernement canadien lance au gouvernement du Québec de lui faire part de ses priorités de services directs aux familles. On le fait dans le plus grand respect et avec un souci de souplesse.»

Pour lire la suite…

DES MILLIARDS D’OTTAWA POUR LES GARDERIES

JOËL-DENIS BELLAVANCE – LA PRESSE+

OTTAWA — Le gouvernement Trudeau et l’ensemble des provinces, sauf le Québec, sont parvenus à un accord historique qui jettera les premières fondations d’un réseau national de garderies.

En vertu de cet accord, qui sera confirmé aujourd’hui à Ottawa par le ministre fédéral de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, le gouvernement Trudeau injectera quelque 7,5 milliards au cours des 11 prochaines années dans « le développement de services éducatifs de garde abordables, de qualité, souples et inclusifs ».

M. Duclos confirmera cet accord multilatéral au terme d’une rencontre avec ses homologues provinciaux, selon des informations obtenues par La Presse. Le Québec, qui compte un réseau de garderies depuis 20 ans, sera représenté par un haut fonctionnaire et ne signera pas l’entente. Mais le gouvernement Trudeau, conscient que le réseau québécois est un modèle à suivre dans le reste du pays, compte verser au Québec la juste part qui lui revient des investissements fédéraux. Les montants transférés seront d’au moins 88 millions par année durant les trois prochaines années.

Pour lire la suite…

ACTION COMMUNAUTAIRE ET ÉDUCATION POPULAIRE: Deux incontournables de la vie démocratique. Bulletin, Vol. 42, No. 1

BULLETIN DE LIAISON DE JUIN 2017 – VOLUME 42, No. 1

À LIRE DANS CE NUMÉRO…

PORTER LA PAROLE DES FAMILLES: UN RÉEL PRIVILÈGE
Par Andrée Normandeau, présidente

L’ÉDUCATION POPULAIRE COMME MOYEN DE SOUTENIR LE DÉVELOPPEMENT DU POUVOIR D’AGIR DES ADULTES
Par Jean Rousseau et Maxime Steve Bégin, Conseil supérieur de l’éducation

QUAND LA SÉPARATION NE GARANTIT PAS L’ARRÊT DE LA VIOLENCE
Par Simon Lapierre, Université d’Ottawa

NUMÉRO DE BIENFAISANCE: DES RÈGLES DÉMODÉES
Par Céline Métivier, Réseau québécois de l’action communautaire autonome

UNE POLITIQUE FAMILIALE POUR LES PARENTS-ÉTUDIANTS DE L’UNIVERSITÉ LAVAL
Par Isabelle Caouette, Association des parents-étudiants de l’Université Laval

PENSIONS ALIMENTAIRES POUR ENFANTS: QUÉBEC À LA TRÂINE DERRIÈRE L’ONTARIO ET LA COLOMBIE-BRITANNIQUE
Par Lorraine Desjardins, FAFMRQ

BONNE LECTURE!

NOTE:
Seuls certains articles sont accessibles aux non-abonnés.
Pour faire partie de notre liste d’envoi du Bulletin, il suffit de remplir le FORMULAIRE D’ABONNEMENT.
Il n’en coûte que 18$ pour trois numéros par année!

Loi sur les normes du travail: vers la reconnaissance des «proches aidants»

JEAN-MARC SALVETLE SOLEIL

(Québec) La ministre du Travail, Dominique Vien, «prend acte» de l’invitation de la Coalition avenir Québec de reconnaître les «proches aidants» dans la Loi sur les normes du travail. Un tel changement constituerait une petite révolution sociale, selon les associations représentant tous ces Québécois.

Le caquiste Marc Picard a présenté, mercredi, un projet de loi visant à permettre à tout proche aidant de prendre 10 journées de congé par année, sans solde, «afin de fournir des soins ou du soutien à un proche, que ce dernier soit membre ou non de sa famille immédiate».

Selon ce projet, la Loi sur les normes du travail tiendrait ainsi compte de tout salarié «qui n’est pas nécessairement un membre de la famille immédiate de la personne qui requiert des soins»; un voisin ou un ami, par exemple. M. Picard propose que la loi offre à ces Québécois le même répit auquel ont déjà droit les salariés pour «remplir leurs obligations parentales ou en raison de l’état de santé d’un membre de leur famille».

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2017