La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

Une personne sur quatre est proche aidant

ISABELLE PORTER LE DEVOIR


Photo: iStock

À partir de combien d’heures de soins par semaine devient-on un proche aidant ? Est-ce un rôle strictement réservé à la famille? Avec son projet de Politique pour les proches aidants, la ministre Marguerite Blais doit d’abord s’atteler à la difficile tâche de définir qui elle englobera.

«J’espère que la politique va contenir une définition claire», a lancé Luc Chulak du Regroupement des aidants naturels lors de la consultation qui s’est tenue mardi à l’Université Laval. «La personne qui offre des services de popote et va faire des visites à domicile, elle apporte de l’aide, mais ce n’est pas un proche aidante. Ça prend un lien significatif.»

Pour lire l’article…

Jeter les bases d’une politique nationale pour les proches aidants

FANNY SAMSONICI RADIO-CANADA

Photo: Radio-Canada / Fanny Samson

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, a consulté mardi des dizaines d’aidants et d’intervenants à Québec. Un exercice qui lui permettra de jeter les bases d’une première politique nationale pour les proches aidants, une promesse électorale.

Un quart des Québécois de plus de 15 ans sont proches aidants, ont rappelé plusieurs intervenants réunis au pavillon Maurice-Pollack, à l’Université Laval.

Pour la ministre, qui a lancé un livre sur le sujet en août, c’est «un rêve qui commence à se réaliser».

«Au dernier chapitre, la conclusion, c’est que ça prend une politique sur les proches aidants. C’est pour ça que je suis sortie de ma retraite», a souligné Marguerite Blais, répétant à plusieurs reprises qu’il faut protéger les aidants naturels et les reconnaître.

Pour lire la suite…

Pas de garderies, pas d’intégration. Des demandeurs d’asile et des groupes sociaux dénoncent le manque d’accès aux services de garde subventionnées

Montréal, le 25 septembre 2018 – Appuyé.e.s par plus de 20 organisations, des demandeurs et demandeuses d’asile publient une lettre ouverte (voir plus bas) aux chef.fes de partis pour demander la fin de leur exclusion des services de garde subventionnés et des centres de la petite enfance (CPE). Le Comité des demandeurs et demandeuses d’asile pour l’accès aux garderies dénonce que les enfants de demandeurs d’asile ne puissent accéder à ces espaces éducatifs et de socialisation indispensables. Il déplore aussi que les parents demandeurs d’asile soient empêchés de suivre des cours de Français ou postuler à des emplois pour lesquels ils et elles sont qualifié.e.s.
Pour télécharger le communiqué…

LETTRE OUVERTE

Nous, demandeurs et demandeuses d’asile, avons formé un comité pour revendiquer l’accès aux services de garde éducatifs subventionnés pour nos enfants. Pour le moment, seulEs les réfugiéEs ayant obtenu leur statut (après une attente de deux ans ou plus) peuvent disposer de ces services. Le 10 avril dernier, le Ministère de la Famille a clarifié l’article 3 du Règlement sur la contribution réduite, dans une lettre adressée aux Centres de la Petite Enfance (CPE): les enfants des personnes demandeuses d’asile ne sont pas admissibles à leurs services (ni d’ailleurs aux services éducatifs reconnus et subventionnés offerts par les responsables de services de garde (RSG) en milieu familial).
Pour télécharger la lettre ouverte…

PÉTITION POUR L’ACCÈS DES DEMANDEURS ET DEMANDEUSES D’ASILE AUX GARDERIES

Pour signer la pétition…

FAMILLES À LA COURSE, UNE LOI CADRE EN CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL-ÉTUDES À LA RESCOUSSE!

Cette lettre ouverte est proposée par la Coalition pour la conciliation famille-travail-études, composée des principales organisations syndicales québécoises et d’organisations féministes, communautaires et populaires.

Depuis une trentaine d’années, et plus particulièrement au cours de la dernière décennie, la réalité des familles québécoises a fortement évolué. Quotidiennement, elles ont le défi de concilier la famille, le travail et les études. Trop souvent, cette charge de conciliation repose uniquement sur les épaules des parents et, plus particulièrement, sur celles des femmes. Dans un récent sondage réalisé auprès de 3 006 parents québécois, 50 % d’entre eux mentionnaient se débrouiller par eux-mêmes plutôt que de se prévaloir des mesures offertes par leur employeur (sondage Léger réalisé pour le Réseau Québec Famille – févr. 2018). Un tel choix témoigne que la pression sociale encourage les parents à considérer la conciliation famille-travail-études comme étant une responsabilité strictement individuelle plutôt que collective. Nous croyons ainsi qu’une loi-cadre, qui aborderait tout autant le champ du travail et des études et qui s’appliquerait aux secteurs privé, public, parapublic et péripublic, permettrait d’atteindre cet objectif de conciliation et ce, sans appauvrir les familles.

Pour télécharger la lettre ouverte…

Le projet de loi sur les normes du travail ne va pas assez loin pour les familles et les proches aidantes!

COMMUNIQUÉ

Montréal, le 28 mai 2018 – La Coalition pour la conciliation famille-travail-études participait aujourd’hui à la Commission de l’économie et du travail pour commenter le projet de loi no 176 modifiant la Loi sur les normes du travail. Elle a souligné les avancées proposées par le gouvernement tout en réitérant sa demande d’une loi-cadre en matière de conciliation famille-travail-études. Cela permettrait aux familles de concilier leurs obligations sans s’appauvrir. La Coalition souhaite, qu’après les consultations, un projet de loi bonifié soit adopté avant la fin de la session parlementaire.

Parmi les onze recommandations présentées, la Coalition a d’abord insisté pour réclamer dix jours de congé payés par année pour les travailleuses et travailleurs afin qu’ils puissent assumer leurs obligations parentales ou familiales. Et non deux jours tel que proposé dans le projet de loi. Actuellement ces congés ne sont pas rémunérés. «Cela estbparticulièrement problématique pour les personnes travaillant au salaire minimum. En pratique, s’absenter du travail devient trop onéreux puisqu’elles ne peuvent se priver d’une ou plusieurs journées de salaire. L’impact sur les salariées et salariés ainsi que sur leurs enfants est important dans un contexte où ils sont déjà défavorisés au plan socioéconomique.» a plaidé madame Annik Patriarca, co-porte-parole de la Coalition.

Pour télécharger le communiqué

Pour télécharger le mémoire

LES LOIS QUI S’APPLIQUENT AU TRAVAIL

ÉDUCALOI.CA


Shutterstock / LightField Studios

Au travail, des droits et des obligations sont prévus par la loi, pour l’employeur comme pour l’employé. Mais d’une situation à l’autre, différentes lois peuvent s’appliquer.

Les normes du travail

Loi sur les normes du travail

Cette loi prévoit les conditions minimales que l’employeur doit respecter à l’égard de ses employés. Elle porte sur différents aspects, comme:
– les congés
– le salaire minimum
– le temps de travail
– la fin d’emploi
– le harcèlement psychologique
– le travail des enfants
Un employeur peut décider d’offrir des conditions encore plus avantageuses que le minimum prévu par la loi.

Pour consulter le dossier complet…

Seul avec bébé: le congé parental au masculin

PASQUALE HARRISON-JULIENRAD.CA


Photo: Sarah Babineau

Le Québec a un programme de congé parental unique qui permet aux hommes de passer plusieurs mois avec leur nouveau-né. Et pourtant, seulement un père sur quatre s’en est prévalu en 2016.

La grande majorité des hommes (70%) prennent le congé de 5 semaines réservé aux pères, mais s’abstiennent de toucher aux 32 semaines de congé parental partageables avec leur conjointe.

Or, une étude menée en Suède révèle un lien direct entre le partage du congé parental et plus d’équité dans le couple.

Nous avons rencontré cinq pères qui ont pris en charge le nid familial pendant quelques mois pour connaître leurs motivations… et leurs impressions.

Pour lire la suite…

DES GRENAILLES POUR LES PROCHES AIDANTS

STÉPHANIE GRAMMOND – LA PRESSE

Complètement nul! Ce sont les mots qui viennent à la bouche de l’humoriste Jonathan Collin quand on lui demande de décrire le soutien de l’État aux proches aidants.

Durant trois ans, il a été forcé d’arrêter de travailler pour accompagner sa femme, morte d’un cancer l’an dernier, tout en s’occupant de ses enfants qui n’avaient que 6 et 7 ans au moment du diagnostic fatal.

«Les programmes du gouvernement, c’est zéro et pis une barre», lance celui qui prépare maintenant un documentaire sur la détresse des aidants naturels de 25 à 45 ans.

Malgré la gravité de sa situation, Jonathan n’a eu aucun soutien gouvernemental. Il n’était pas admissible aux prestations de compassion de l’assurance-emploi (AE) puisqu’il était travailleur autonome. Il n’a pas profité des crédits d’impôt, car il n’avait plus de revenus.

Rien. Niet. Pour la solidarité sociale, il faudra repasser.

Pour lire la suite…

CONCILIATION TRAVAIL-FAMILLE: des mesures offertes, mais peu utilisées

ANNE DROLETLE SOLEIL

Un parent sur deux va faire des pieds et des mains pour s’organiser seul avant d’utiliser les mesures de conciliation travail-famille offertes par son entreprise, selon un sondage diffusé lundi.

C’est le constat surprenant qu’a fait le Réseau pour un Québec Famille en prenant connaissance des résultats du coup de sonde qu’il a commandé et auquel ont répondu 3006 parents en janvier. Pourtant, 82% d’entre eux disent avoir accès à des mesures de conciliation travail-famille, mais ils n’y ont recours en majorité (64%) que quelques fois par année ou moins.

Pour lire la suite…

GARDERIE SUBVENTIONNÉE GRATUITE POUR LES ENFANTS D’ASSISTÉS SOCIAUX

AGENCE QMITVA NOUVELLES

Les enfants québécois issus de milieux défavorisés, notamment ceux dont les parents sont prestataires de l’aide sociale, pourront dès le mois d’août fréquenter un service de garde éducatif gratuitement.

La mesure qui devait entrer en vigueur en janvier 2020 a donc été devancée, a annoncé le ministre de la Famille, Luc Fortin, lundi.

Elle coûtera 20 millions$ annuellement
Le programme sera valide dans les centres de la petite enfance (CPE), dans les garderies subventionnées et dans les milieux familiaux reconnus dont les places sont subventionnées.

Pour regarder le reportage…

© FAFMRQ 2019