La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

LUTTE À LA PAUVRETÉ: LE GOUVERNEMENT DOIT CESSER DE FUIR SES RESPONSABILITÉS

Capture d’écran 2017-04-25 à 16.40.48

COMMUNIQUÉ

Le gouvernement est en train de faire la preuve que, malgré tous ses beaux discours, la lutte à la pauvreté est la dernière de ses priorités. Le Collectif pour un Québec sans pauvreté profite du début de l’étude des crédits budgétaires pour dénoncer les injustifiables retards dans deux dossiers majeurs. Il est temps pour le gouvernement d’assumer ses responsabilités et de donner l’heure juste à la population en ce qui concerne le prochain plan de lutte à la pauvreté et la réforme de l’aide sociale.

Plan de lutte à la pauvreté et à l’exclusion sociale
Il y a un mois, le ministre François Blais annonçait un nouveau report du dépôt du plan de lutte à la pauvreté et à l’exclusion sociale. Ce nouveau délai s’ajoute aux deux ans de retard déjà accumulés. « Pourtant, il y a urgence d’agir, dénonce la porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté, Virginie Larivière. François Blais n’a-t-il pas lui-même reconnu l’échec des deux premiers plans d’action? La pauvreté n’a pas reculé au Québec depuis l’adoption de la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale en 2002. Le gouvernement ne peut plus ignorer ce drame humain. »

Pour lire le communiqué…

CAMPAGNE POUR FREINER LA DISCRIMINATION DANS LE LOGEMENT

AUDREY GAUTHIERJOURNAL MÉTRO.COM

discrimination-logement7Photo: Audrey Gauthier, TC MEDIA

Alors que les plaintes jugées recevables pour discrimination liée au logement sont en hausse au Québec, le comité logement de Saint-Léonard lance une campagne de sensibilisation afin d’encourager les locataires à dénoncer.

«Mon 5 ½ est trop petit pour votre famille»; «5 ½ parfait pour couple sans enfant»; «mon logement est déjà loué»… Des phrases du genre, Guellati Chahnaz en entend souvent depuis son arrivée à Montréal, en 2016.

«J’ai dû payer quatre mois de loyer d’avance à mon propriétaire actuel pour obtenir mon logement, car il me disait que c’était la marche à suivre pour les nouveaux arrivants», raconte cette mère de famille, arrivée à Montréal avec son conjoint et ses trois enfants.

Cette situation n’est pas unique à Mme Chahnaz.

Pour lire l’article…

1er MAI: LE TRAVAIL, PAS À N’IMPORTE QUEL PRIX!

FB_Bandeau_1erMai2017-avecLogos

LE 1er MAI: FÊTES INTERNATIONALE DES TRAVAILLEUSES
ON SE MOBILISE POUR AMÉLIORER LES CONDITIONS DE VIE
DES TRAVAILLEUSES ET DES TRAVAILLEURS PAUVRES

OÙ: PARC JEAN-BRILLANT (coin des rues Decelles et Jean-Brillant, métro Côte-des-Neige, à Montréal)
QUAND: LE 1er MAI, À 18H30

Pour voir la page Facebook de l’événement…

LA PAUVRETÉ DÉNONCÉE À BAIE-COMEAU

ANDRÉ NORMANDEAU TVA NOUVELLES

Capture d’écran 2017-04-12 à 11.50.17

Le Collectif pour un Québec sans pauvreté était de passage à Baie-Comeau, mardi, pour dénoncer des mythes reliés à l’instauration d’un salaire minimum à 15 $/h et d’un revenu minimum garanti.

Lors de sa visite, le Collectif a demandé aux organismes communautaires de la région de faire pression sur le gouvernement pour que le prochain plan de lutte contre la pauvreté insère l’augmentation du salaire minimum à 15$/h et d’un revenu minimum garanti.

Les organismes communautaires ont profité du passage du Collectif pour souligner que la pauvreté augmente dans la région, autant chez les travailleurs actifs que chez les personnes âgées.

Le Collectif pour un Québec sans pauvreté poursuit sa tournée québécoise 2016-2017. Outre les mesures fiscales réclamées, le groupe cherche aussi à lutter contre les préjugés et à obtenir une augmentation des prestations sociales.

Pour regarder le reportage…

LE SALAIRE MINIMUM À 15$ L’HEURE, C’EST PAYANT!

LOUISE CHABOT / Présidente de la CSQ – LE HUFFINGTON POST

Capture d’écran 2017-04-11 à 15.44.55

Lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, c’est un objectif que s’est donné le Québec. Le gouvernement a même adopté une loi en ce sens en 2002. Le problème a toujours été le manque de moyens consacrés à sortir les personnes de la pauvreté. Et si on s’était trompé d’approche tout ce temps? Et si pour s’attaquer à la pauvreté de certains travailleurs et travailleuses, on mettait à contribution les employeurs… ce serait payant?

Un milliard de plus pour le Québec
Une recherche menée par l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) dévoile aujourd’hui que la hausse du salaire minimum à 15$ l’heure, en plus de sortir des centaines de milliers de travailleuses et travailleurs de la pauvreté, permettrait à l’État québécois de dégager un milliard de dollars dans son budget!

Pour lire la suite…

15$ L’HEURE: QUELLE INCIDENCE SUR LES REVENUS DE L’ÉTAT?

PHILIPPE HURTEAUJOURNAL DE MONTRÉAL

9bf91972-09a0-44cc-955f-83fa8d0d2b8b_ORIGINALPHOTO AGENCE QMI, JOEL LEMAY

Depuis un an, le débat sur le juste niveau du salaire minimum ne s’essouffle pas. La raison est simple : peu importe de quel côté du spectre idéologique on se trouve, la majorité des intervenant·e·s s’entendent pour dire que le niveau actuel du salaire minimum est insuffisant pour permettre aux salarié·e·s de vivre dignement.

Là où les choses se compliquent, c’est au moment de proposer des solutions à envisager pour que travail ne rime plus avec pauvreté.

Si tout le monde est d’accord pour se scandaliser que des travailleurs et des travailleuses doivent fréquenter des banques alimentaires pour se nourrir, le meilleur moyen pour les aider ne fait pas consensus. Une récente étude a justement comparé les différentes pistes de solution proposées.

Pour lire la suite…

SALAIRE MINIMUM ET REVENUS GOUVERNEMENTAUX

MATHIEU DUFOUR, PIERRE-ANTOINE HARVEYIRIS

Capture d’écran 2017-04-09 à 11.16.39

La proposition d’augmentation du salaire minimum à 15 $ de l’heure fait la manchette depuis près d’un an. L’IRIS a produit durant cette période plusieurs documents d’analyse afin d’étudier la validité de cette proposition à la lumière de notre indicateur du salaire viable. Nous avons également réalisé une étude évaluant les effets réels d’une telle hausse sur l’emploi, les PME et les prix à la consommation. Toutefois, plusieurs questions restent à approfondir, notamment sur le plan des revenus fiscaux que générerait une hausse du salaire minimum à 15 $. Dans cette note socioéconomique, l’IRIS va d’abord pallier cette lacune, puis comparer une hausse du salaire minimum à d’autres propositions destinées à aider les travailleurs et travailleuses à faible revenu.

Pour lire la suite…

DÉFICIT DE COMPASSION

RIMA ELKOURILA PRESSE

1379194-linda-luca-presentera-aujourdhui-devantPHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Cela fera bientôt trois ans que le fils de Linda De Luca est mort. Et cela fera bientôt trois ans qu’elle se bat à sa mémoire. Le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale a beau lui avoir dit être sensible à sa cause, elle attend encore que cette «sensibilité» se traduise par un geste concret.

«Martin ne voudrait pas que je lâche», me dit la mère, qui se présentera aujourd’hui devant le Tribunal administratif du Québec pour demander justice pour les personnes handicapées et leurs proches.

Martin, c’est le fils unique et adoré de Linda De Luca, dont j’ai déjà raconté l’histoire. Il souffrait de trisomie 21, de cardiopathie et d’insuffisance pulmonaire. Il est mort le 6 mai 2014, à l’âge de 39 ans, emporté par une pneumonie. Linda l’a aimé comme seule une mère peut aimer. Elle l’aime encore. Il ne se passe pas une seule journée sans qu’elle ne pense à lui et à tous les moments heureux qu’ils ont passés ensemble.

Pour lire la suite…

100 000 PERSONNES SORTANT DE LA PAUVRETÉ: ATTENTION AUX PIÈGES

VIVIAN LABRIEINSTITUT DE RECHERCHE ET D’INFORMATIONS SOCIOÉCONOMIQUES (IRIS)

Capture d’écran 2017-04-03 à 10.57.43

PIB = 288. Croissance = 518. Pauvreté = 47. Inégalités = 2.
C’est le nombre de fois que reviennent ces expressions dans le budget du Québec 2017-2018 déposé mardi à Québec. Lorsque de telles fréquences de mots caractérisent la documentation budgétaire, on a avantage à regarder de plus près l’intention affirmée dans ce même budget de « sortir plus de 100 000 personnes de la pauvreté, notamment les personnes seules et les couples sans enfants » (Discours sur le budget 2017-2018, p. 39). Cela se produirait grâce à la prochaine mouture du plan de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, lequel est retardé à l’automne prochain, soit après le rapport du groupe de travail sur le revenu minimum garanti.

Pour lire la suite…

CROISSANCE DIFFICILE POUR LES MATERNELLES 4 ANS

PHILIPPE TEISCEIRA-LESSARDLA PRESSE

Capture d’écran 2017-04-03 à 10.41.35

Qualité éducative «généralement très basse», enseignants parfois mal formés et manque de ressources: les classes de maternelle 4 ans – implantées depuis 2013 à la vitesse grand V – n’ont pas l’impact voulu sur les enfants de milieux défavorisés, selon la première étude indépendante portant sur leur qualité. Le rapport recommande au gouvernement de ralentir le rythme des ouvertures et de plutôt augmenter la qualité de celles qui existent déjà.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2017