La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

Plan d’action pour l’inclusion économique et la participation sociale: Des dizaines de milliers d’enfants pauvres toujours privés de leur pension alimentaire !

Plan d’action pour l’inclusion économique et la participation sociale:
Des dizaines de milliers d’enfants pauvres toujours privés de leur pension alimentaire!

Montréal, le 10 décembre 2017 – Si on en croit le Plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale dévoilé aujourd’hui, des dizaines de milliers d’enfants, pourtant parmi les plus pauvres au Québec, continueront d’être privés leur pension alimentaire ! Pourtant, le plan d’action reconnait que certains groupes de personnes sont particulièrement touchés par la pauvreté, notamment les familles monoparentales. « Si le ministre Blais avait vraiment voulu lutter contre la pauvreté des familles monoparentales, cesser de détourner la pension alimentaire des enfants qui vivent avec un parent assisté social ou bénéficiaire des prêts et bourses aurait été une excellente façon. Malheureusement, il a encore manqué de volonté politique… », se désole Sylvie Lévesque, directrice générale de la Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec. « Pourtant, ça fait 20 ans cette année que les pensions alimentaires pour enfants ne sont plus considérées comme un revenu imposable, tant au fédéral qu’au provincial. Il serait plus que temps qu’on cesse de les considérer comme un revenu dans les programmes sociaux ! », s’indigne la directrice générale de la Fédération.

Pour télécharger le communiqué…

Pour consulter les documents liés au Plan d’action gouvernemental…

QUEBEC GOVERNMENT FLIRTS WITH GUARANTEED MINIMUM INCOME IN $3 BILLION ANTI-POVERTY PLAN

Actualité, Lutte à la pauvreté |

10 décembre 2017

ADAM KOVACCTV


CTV MONTREAL

The Quebec government unveiled a $3 billion anti-poverty plan on Sunday, drawing criticism from advocacy groups who said it targets too narrow a group of people to truly make a dent.
Government officials said their aim is to raise 100,000 Quebecers out of poverty by 2023. Referring to the plan as “first steps towards establishing a basic income,” the government announced measures that it said would help people who have been unable to obtain employment do so.

Pour lire la suite et regarder le reportage…

PLAN DE LUTTE À LA PAUVRETÉ: Québec assure un revenu minimum aux plus démunis

Actualité, Lutte à la pauvreté |

10 décembre 2017

JOCELYNE RICHER (LA PRESSE CANADIENNE) – JOURNAL MÉTRO

Photo: La Presse canadienne

Québec prévoit injecter 3 milliards $ au cours des cinq prochaines années pour mieux lutter contre la pauvreté, en augmentant l’aide financière versée aux plus démunis de la société, mais surtout à certains d’entre eux en particulier.

Ce sont les personnes inaptes au travail qui sortent grandes gagnantes de la réforme tant attendue de l’aide sociale annoncée dimanche. D’ici 2023, elles verront leur prestation annuelle faire un bond de 12 749$ à 18 029$, pouvant ainsi au moins espérer ne plus vivre bien en dessous du seuil de la pauvreté. Québec consentira 1,2 milliard $ à ces quelque 84 000 personnes, qui auront droit dorénavant à un revenu de base assuré (ou revenu minimum garanti), distinct du programme d’aide sociale.

La loi de l’aide sociale devra d’ailleurs être modifiée, dès la prochaine session, pour lever les contraintes actuelles à la création de ce revenu de base. Par exemple, elles ne seront pas pénalisées si elles reçoivent un héritage ou une autre forme de revenu, contrairement aux assistés sociaux.

Pour lire la suite…

3 MILLIARDS $ POUR LUTTER CONTRE LA PAUVRETÉ

Actualité, Lutte à la pauvreté |

10 décembre 2017

GUILLAUME PIEDBOEUFLE SOLEIL


Photo: Le Soleil / Caroline Grégoire

Le gouvernement Couillard injectera près de 3 milliards $ pour sortir 100 000 Québécois de la pauvreté d’ici 2023, notamment en initiant la mise en place d’un revenu de base garanti pour les personnes ayant des contraintes sévères à l’emploi.

Le plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale 2017-2023 «permettra au Québec de rejoindre les nations industrialisées comptant le moins de personnes pauvres», s’est réjoui le premier ministre, dimanche midi, en conférence de presse.

D’ici six ans, le gouvernement se donne comme objectif de sortir de leur situation «de manière permanente» 100 000 des 800 000 Québécois vivant sous le seuil de la pauvreté.

Pour lire l’article…

3e PLAN DE LUTTE À LA PAUVRETÉ: un rendez-vous manqué pour garantir un Revenu social à l’ensemble des personnes à l’aide sociale

Actualité, Lutte à la pauvreté |

10 décembre 2017

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

10 décembre 2017. Le Front commun des personnes assistées sociales du Québec est outré que le 3e plan de lutte à la pauvreté néglige des centaines de milliers de personnes et creuse les inégalités entre les personnes ayant une contrainte sévère reconnue et les autres personnes à l’aide sociale.

Si les quelques bonnes nouvelles se situent au niveau des personnes avec une contrainte sévère reconnue, le ministre Blais fait le choix de laisser les autres personnes à l’aide sociale avec un revenu extrêmement bas et de conserver la menace de coupure prévue dans le programme Objectif emploi. «Dans son approche le ministre Blais considère que les personnes à l’aide sociale n’ayant pas de contrainte sévère reconnue ne méritent pas d’amélioration de leurs conditions. C’est scandaleux! Se faisant on agrandit la disparité de traitement et les personnes sans contrainte reconnue verront leurs droits encore plus bafoués», s’indigne Yann Tremblay-Marcotte du Front commun des personnes assistées sociales du Québec (FCPASQ).

Pour lire le communiqué…

DÉVOILEMENT DU PLAN D’ACTION GOUVERNEMENTAL POUR L’INCLUSION ÉCONOMIQUE ET LA PARTICIPATION SOCIALE: «CECI N’EST PAS UN PLAN DE LUTTE À LA PAUVRETÉ»

Actualité, Lutte à la pauvreté |

10 décembre 2017

COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF POUR UN QUÉBEC SANS PAUVRETÉ

«Le gouvernement nous a fait un beau show de boucane pour lancer le troisième plan de lutte à la pauvreté. Malheureusement, nous sommes obligés de conclure qu’il s’agit en fait d’un plan d’intégration en emploi», s’indigne le porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté, Serge Petitclerc.

«Même le mot « pauvreté » ne se trouve pas dans le titre du plan d’action du gouvernement. Cela en dit long sur le détournement qu’il est en train de faire de la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale », poursuit M. Petitclerc. Le gouvernement veut forcer les gens à intégrer le marché du travail et pénaliser ceux et celles qui ne le pourront pas en les privant de revenus supplémentaires.

Pour lire le communiqué…

CACHEZ CE RMG QUE JE NE SAURAIS VOIR

Actualité, Lutte à la pauvreté |

08 décembre 2017

EVE-LYNE COUTURIERJOURNAL DE MONTRÉAL


PHOTO FOTOLIA

Hier matin, Bernard Drainville révélait à l’antenne du 98,5 FM avoir mis la main sur une présentation dévoilant les grandes lignes du plan de lutte à la pauvreté qui sera déposé par le gouvernement dimanche prochain. On y apprend que, malgré les critiques du rapport du comité d’expert publié en novembre, François Blais proposera d’aller de l’avant avec le revenu minimum garanti (RMG). Est-ce désormais la fin des discriminations économiques entre les prestataires de l’aide sociale? Pourra-t-on dorénavant travailler un peu sans être pénalisé quand on reçoit l’aide de dernier recours? Les personnes qui se retrouvent au bas de l’échelle auront-elles enfin le droit à des revenus suffisants pour répondre à leurs besoins? Bien sûr que non. Franchement.

Pour lire la suite…

L’ITINÉRANCE FÉMININE RESTE TAPIE DANS L’OMBRE

MARIE-LISE ROUSSEAULE DEVOIR


Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

Les femmes brillent par leur absence dans les politiques et plans de lutte contre l’itinérance du Québec de même que dans les ressources d’aide mixtes, ce qui les stigmatise étant donné leur réalité distincte. C’est le principal constat que fait la recherche Rendre visible l’itinérance au féminin, menée pendant deux ans dans sept régions de la province, dont les résultats seront présentés jeudi et vendredi dans le cadre d’un colloque à Montréal.

«Nous avons pu constater à travers l’analyse des plans d’action, de la cartographie des services, des focus groupes tenus auprès d’intervenants et des entrevues réalisées auprès des femmes en situation d’itinérance à quel point persiste une lecture masculine de l’itinérance», peut-on lire dans le rapport de recherche, dont Le Devoir a obtenu copie.

Pour lire la suite…

LA FAIM, CE FAIT DIVERS QUÉBÉCOIS

Actualité, Lutte à la pauvreté |

07 décembre 2017

VIRGINIE LARIVIÈRE (COLLECTIF POUR UN QUÉBEC SANS PAUVRETÉ) – LA TRIBUNE


Archives La Tribune

Il y a exactement deux semaines, ce titre dans un média régional: Les aînés gaspésiens ont faim. Cette nouvelle s’inscrit dans une tendance. De plus en plus de personnes ont recours aux banques alimentaires: des personnes aînées, mais aussi 150 000 enfants, des personnes qui ont des revenus d’emploi, d’autres qui sont à l’aide sociale, etc.

En moins d’une décennie, le nombre de personnes qui ont eu recours aux services des banques alimentaires a augmenté de près de 34%. Du coup, ces dernières ont de plus en plus de mal à répondre aux besoins. L’année dernière, dans certaines régions, les demandes d’aide alimentaire ont explosé de 300%, forçant l’annulation des paniers de Noël.

Des initiatives comme La grande guignolée des médias, qui se déroule aujourd’hui, donnent certainement un coup de main pour apaiser la faim de milliers de personnes au Québec. Mais elles ne suffisent pas à cacher le problème de fond : le recours aux banques alimentaires est en train de se «normaliser». (…)

Pour lire la suite…

DES CARTES DE NOËL QUI N’ONT RIEN À VOIR AVEC LA CHANCE

Actualité, Lutte à la pauvreté |

06 décembre 2017

ICI RADIO-CANADA ESTRIE

Entre autres traditions du temps des Fêtes, il y a la campagne des cartes de Noël du Collectif pour un Québec sans pauvreté. Cette année, quatre cartes sont offertes et sont un clin d’oeil à différents billets de loto.

Illustrées par Mathilde Cinq-Mars, les cartes mettent en scène des personnages en situation de pauvreté. Par exemple, il y a Michel, un personnage qui reçoit des prestations d’aide sociale et qui est «perdant tous les mois». Les autres cartes s’appellent «Rien d’extra», «pas de célébrations» et «La Roue de l’infortune».

«Nous distribuerons des cartes postales de Noël que l’on peut envoyer à des personnes de notre famille ou des amis. Nous demandons aussi qu’elles soient envoyées aux députés et au ministre Blais pour leur rappeler leurs responsabilités dans la lutte à la pauvreté. On sait que 800 000 personnes qui ne couvrent pas leurs besoins de base au Québec», explique Line Marcoux du Collectif pour un Québec sans pauvreté section Estrie.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2017