La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

LE SALAIRE MINIMUM À 15$, RIEN DE MOINS

Actualité, Lutte à la pauvreté |

03 octobre 2017

MÉLANIE GAUVIN ET VIRGINIE LARIVIÈRE (CAMPAGNE 5-10-15) – LE SOLEIL (Point de vue)

La semaine dernière, Philippe Couillard a adopté un ton «guerrier» pour défendre les intérêts de Bombardier contre Boeing et pour dénoncer l’injustice subie par une multinationale québécoise. Nous croyons que les travailleuses et les travailleurs qui sont au bas de l’échelle et qui luttent au quotidien contre la pauvreté mériteraient que leurs dirigeants politiques défendent leurs intérêts avec la même ardeur. En cette année préélectorale, c’est ce que nous demandons au gouvernement. Rien de moins.

Le 7 octobre, Journée mondiale pour le travail décent, il y aura exactement un an que nos organisations ont lancé la campagne 5-10-15. Celle-ci s’inscrit résolument dans le débat sur l’augmentation du salaire minimum à 15 $ l’heure. C’est ce que ça prend aujourd’hui, au Québec, pour sortir de la pauvreté après avoir travaillé toute l’année à temps plein. Rien de moins.

Pour lire la suite…

15 OCTOBRE 2017 – GRANDE MARCHE DE 15 KM POUR 15$/H

VENEZ MARCHER LE 15 OCTOBRE POUR UN SALAIRE MINIMUM À 15$!

> POUR FAIRE LA MARCHE COMPLÈTE DE 15 KM
Départ au métro Lionel-Groulx à 10 heures – trajet de 15 km
> POUR SE JOINDRE À LA MARCHE EN COURS DE ROUTE
Place Émilie-Gamelin à 11 h 30 – trajet de 10 km
Parc Laurier à 13 h (angle Mentana et Laurier) – trajet de 5 km

Il y aura de l’animation à la Place Émilie-Gamelin et au Parc Laurier en attendant les marcheuses et les marcheurs et l’eau sera offerte.

Pendant la marche, vous devez prévoir votre eau et votre collation.

Pour voir l’événement FACEBOOK…

Pour télécharger l’AFFICHE…

Pour télécharger le TRACT…

CRISE DU LOGEMENT ABORDABLE: le gigantesque défi d’Ottawa

Actualité, Lutte à la pauvreté |

02 octobre 2017

MARC GODBOUTRADIO-CANADA

La crise du logement abordable frappe brutalement et de bien des manières. Aucune province, aucune région n’y échappe. Le gouvernement Trudeau a promis de s’y attaquer pour contrer la pauvreté. Ce défi s’annonce aussi colossal que les attentes.

Dans quelques jours, Edna Rose pourrait se retrouver à la rue. Le complexe où elle habite depuis 30 ans est en train de tomber en ruine. Plus d’une centaine de locataires ont déjà été forcés de quitter leur logis.

À 76 ans, elle n’a nulle part où aller, sinon un refuge.

Situation unique? La Société d’habitation de Toronto ferme des centaines de logements sociaux depuis un an. Elle n’a pas le choix : ils sont devenus trop dangereux pour leurs occupants.

Entretenir un parc de 2154 édifices est devenu un cauchemar pour la Société, faute de financement soutenu et prévisible d’Ottawa.

Pour lire la suite et regarder le reportage…

HAUSSE DU SALAIRE MINIMUM DIMANCHE EN ONTARIO ET EN ALBERTA

Actualité, Lutte à la pauvreté |

01 octobre 2017

AGENCE QMIJOURNAL DE MONTRÉAL

Le salaire minimum a augmenté dimanche en Ontario et en Alberta, tel qu’annoncé précédemment par les autorités de ces provinces.

En Ontario, le salaire minimum a été haussé de 20 cents pour s’établir à 11,60 $ de l’heure. L’augmentation est beaucoup plus forte en Alberta puisqu’elle est de 1,40 $ de l’heure. Le salaire minimum de 13,60 $/h de cette province de l’Ouest est le plus élevé au pays.

Pour lire la suite…

LE MINISTRE BLAIS S’ACHARNE CONTRE LES PLUS DÉMUNIS

Actualité, Lutte à la pauvreté |

29 septembre 2017

JACQUES LÉTOURNEAU (CSN) / LOUISE CHABOT (CSQ)/ LUC VACHON(CSD) / DANIEL BOYER (FTQ) – HUFFINGTONPOST


Photo: La Presse Canadienne

Le ministre Blais croyait profiter du calme estival pour faire adopter en douce son règlement sur le Programme objectif emploi sans soulever la grogne une fois de plus.

Comme bon nombre de groupes et d’intervenants sociaux, nous avons déposé un avis dénonçant clairement les mesures coercitives et les coupes de prestations prévues dans cette réforme.

Le tumulte de la rentrée avait donc permis au ministre de continuer à s’entêter à l’abri du jugement du public.

Heureusement, une déclaration des directeurs de santé publique de Montréal et de la Montérégie publiée la semaine dernière a permis de mettre en lumière l’acharnement irrationnel du ministre Blais envers les plus vulnérables de notre société.

Un acharnement plutôt gênant pour son gouvernement qui s’apprête justement à lancer sa nouvelle politique de lutte à la pauvreté. Un acharnement suspect quand on connaît la dénonciation que faisait François Blais, professeur, des mesures coercitives dans son livre vantant l’allocation universelle versée sans condition.

Pour lire l’article…

CHAÎNE HUMAINE AUTOUR DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE: Les associations de familles monoparentales et recomposées du Québec réclament des engagements en faveur de l’action communautaire autonome!


COMMUNIQUÉ
Publication immédiate

CHAÎNE HUMAINE AUTOUR DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE:
Les associations de familles monoparentales et recomposées du Québec réclament des engagements en faveur de l’action communautaire autonome!

Québec le 27 septembre 2017 – Des membres de la Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec (FAFMRQ) se joignent aux 3500 manifestantes et manifestants qui encerclent l’Assemblée nationale aujourd’hui. RéuniEs autour de la campagne Engagez-vous pour le communautaire, ils et elles dénoncent le sous-financement dans lequel le gouvernement libéral maintient les organismes communautaires ainsi que les coupes sombres qu’il a infligées aux programmes sociaux et aux services publics. Les manifestantEs réclament que le gouvernement prenne des engagements fermes envers le communautaire mais aussi pour la justice sociale, dans ce qui sera le dernier budget québécois avant le déclenchement des élections générales de l’automne 2018.

Les groupes communautaires dénoncent les décisions budgétaires des dernières années et les injustices sociales croissantes qui en découlent. «Les organismes qui accueillent quotidiennement les familles monpoparentales et recomposées sont à bout de souffle! Face à la dégradation des services publics et des programmes sociaux et à la précarité grandissante dans laquelle elles vivent, les familles arrivent avec des problématiques de plus en plus complexes et les groupes qui les accueillent disposent de moins en moins de ressources!», souligne Sylvie Lévesque, directrice générale de la FAFMRQ. «Pour répondre aux besoins des organismes Famille, ce sont 18 millions qui doivent leur être consentis et ce, dès le prochain budget!».

Pour télécharger le communiqué…

Target fera augmenter le salaire minimum de ses employés à 15$ de l’heure en 2020

Actualité, Lutte à la pauvreté |

25 septembre 2017

ALEXANDRE TÉTREAULTLE JOURNAL DE QUÉBEC

PHOTO REUTERS

La compagnie américaine Target fera passer le salaire minimum de ses employés à 15$ de l’heure en 2020.

De plus, dès octobre prochain, toutes les personnes à l’embauche de Target seront payées au minimum 11$ de l’heure.

Selon NBC New York, cette initiative est implantée en marge d’une campagne où la compagnie souhaite réinventer son modèle d’affaires.

Pour lire la suite…

RÉFORME DE L’AIDE SOCIALE: QUEL COÛT POUR LA SANTÉ PUBLIQUE?

Actualité, Lutte à la pauvreté |

20 septembre 2017

JESSICA NADEAULE DEVOIR

Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir

Québec met en danger la santé des populations les plus vulnérables et risque d’amplifier les problèmes de santé publique en voulant imposer des pénalités financières aux bénéficiaires d’aide sociale qui ne répondront pas aux exigences du nouveau programme Objectif emploi. Telle est la conclusion des directeurs de santé publique de Montréal et de Montérégie qui exhortent le gouvernement à faire marche arrière dans son projet de règlement présentement à l’étude.

« Devant la volonté du gouvernement du Québec d’aller de l’avant avec cette réforme de l’aide sociale qui prévoit des pénalités susceptibles d’appauvrir les plus pauvres, d’augmenter l’insécurité alimentaire et d’aggraver l’itinérance, en tant que directeurs de santé publique de Montréal et de Montérégie, nous tirons la sonnette d’alarme et insistons sur les risques de ces pénalités pour la santé de nos populations », écrivent-ils dans leur mémoire présenté la semaine dernière au ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

Pour lire la suite…

L’ADOPTION EN BANQUE MIXTE: des familles en concurrence?

CHLOÉ COUVYORFQ (OBSERVATOIRE DES RÉALITÉS FAMILIALES DU QUÉBEC)

Ce texte de vulgarisation résume l’essai de Doris Chateauneuf et Julie Lessard «La famille d’accueil à vocation adoptive : enjeux et réflexions autour du modèle québécois.», publié en 2015, dans Service social 61, 1, pp. 19–41.

Faits saillants
Le programme d’adoption par Banque mixte, ou planification concurrente, permet de placer un enfant en famille d’accueil avant qu’il ne soit légalement adoptable. C’est aujourd’hui la forme d’adoption la plus répandue au Québec, devant les adoptions internationales.

Au Québec, au Royaume-Uni et aux États-Unis, les gouvernements encouragent la planification concurrente en instaurant de courts délais de placement, qui forcent les intervenants à jauger très vite la situation.

Il est parfois difficile de juger si l’enfant devrait, ou non, rester en contact avec ses parents biologiques. Au Québec, aucune structure n’encadre ou n’assure le suivi des rencontres.

Pour lire l’article…

POUR UNE VÉRITABLE REFONTE DES NORMES DU TRAVAIL

MARIE-HÉLÈNE ALARIE LE DEVOIR

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

Salaire minimum à 15 $ l’heure, congés de maladie payés, semaine de vacances additionnelle, encadrement des agences de placement… Pour les syndicats, tout est sur la table. À la CSQ, on attend beaucoup de cette annonce de refonte de la Loi sur les normes du travail.

Le monde du travail change, et c’est peu dire ! De nouvelles réalités exigent des cadres légaux adaptés. La Loi sur les normes du travail est entrée en vigueur en 1980. La dernière révision majeure de cette loi remonte à 2002 où, de manière très progressiste, on avait enchâssé un règlement sur le harcèlement psychologique et sexuel, ainsi que des clauses de disparité de traitement. Aujourd’hui, les syndicats souhaitent des changements tout aussi importants.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2017