La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

Résoudre un conflit avec un médiateur

ÉDUCALOILe Journal de Montréal

ILLUSTRATION ADOBE STOCK

Quand vous vous trouvez en conflit, vous pouvez essayer de le régler en ayant recours à la médiation, plutôt qu’en allant au tribunal.

Pour vous aider, vous pourriez même recourir à un professionnel, appelé le « médiateur ». À condition d’en avoir les moyens ?

Résoudre les conflits du quotidien

La médiation peut être utile dans bien des situations, notamment quand il s’agit de régler les problèmes du quotidien. Par exemple :

  • Vous êtes en conflit avec vos voisins trop bruyants,
  • Votre entrepreneur a mal fait vos rénovations,
  • Un commerçant refuse de vous reprendre un produit défectueux,
  • Votre ex-conjoint refuse de payer une pension alimentaire…

Pour lire la suite…

LA GARDE PARTAGÉE, C’EST LE MEILLEUR DES DEUX MONDES

Médiation familiale |

18 février 2019

GENEVIÈVE PETTERSEN LE JOURNAL DE MONTRÉAL 

Oui, ça me fait mal de m’avouer ça. Et c’est peut-être le plus brutal constat de ma vie de parent. Avoir mes enfants en garde partagée est la meilleure chose qui me soit arrivée comme mère.
Quand mes enfants partent chez leur père, je suis soulagée. Puis, paradoxalement, les heures et les jours passent et mes enfants se mettent à me manquer. J’ai hâte qu’ils reviennent à la maison.
Quand je suis en mode solo, je prends du temps pour moi, je travaille plus qu’à l’habitude, m’entraine davantage et abats les tâches plates. Résultat : je peux me consacrer entièrement à mes filles et à mon garçon quand ils franchissent les portes du foyer maternel.

Pour lire la suite…

Une enquête d’envergure sur les séparations

DOMINIQUE LELIÈVRE (AGENCE QMI) – TVA NOUVELLES


kerkezz – stock.adobe.com

Une enseignante de l’Université Laval dirigera à Québec la plus grande enquête jamais réalisée au pays à propos de la séparation parentale et de la recomposition familiale.

L’étude, menée par une trentaine de chercheurs du Québec, mais également d’autres provinces, permettra à pas moins de 2000 parents québécois de s’exprimer sur leur séparation, du jamais-vu au Canada.

Les répondants seront appelés à témoigner de leur expérience sur une multitude d’aspects sociaux, économiques et juridiques.

Réalité importante
Pour Marie-Christine Saint-Jacques, directrice scientifique de l’enquête, une telle étude s’impose puisque le portrait de la famille québécoise a fortement évolué depuis une quarantaine d’années.

Pour lire la suite…

SÉPARATION: MYTHES ET RÉALITÉS

ÉDUCALOI

Lorsqu’un couple est au bord de la rupture, de nombreuses questions se posent: garde d’enfants, pensions alimentaires, procédures de divorce… Autant de sujets que l’on croit souvent bien connaitre. Mais qu’en est-il réellement?

Pour consulter le dossier…

LE TRAVAIL AU NOIR : L’IMPACT SUR LES RECOURS ET LA PENSION ALIMENTAIRE

CENTRES DE JUSTICE DE PROXIMITÉPROTÉGEZ-VOUS

Pixabay

Avez-vous déjà payé « sous la table » un entrepreneur en construction ou un déménageur ? Le travail au noir peut sembler profitable, car il vous fait économiser de l’argent … jusqu’au jour où un problème survient et que le débat est porté devant les tribunaux!

Le cas du travail au noir
Tout d’abord, il est nécessaire de rappeler que le fait de payer quelqu’un en sachant qu’il ne vous charge pas les taxes et qu’il ne déclarera pas ce revenu au fisc est illégal, car cela contrevient aux lois fiscales. Revenu Québec définit ce qu’on appelle «l’évasion fiscale» comme étant «la dissimulation d’activités économiques à l’État par des citoyens et des entreprises, qui agissent ainsi afin de remettre moins d’argent qu’ils ne le devraient au fisc.»

Pour lire la suite…

PROCÉDURES DE DIVORCE: LES RICHES PRIVILÉGIÉS PAR LE SYSTÈME DE JUSTICE

PHILIPPE TEISCEIRA-LESSARD ET TRISTAN PÉLOQUINLA PRESSE

Il y a l’argent, mais pas seulement. Des juges «surinvestis» et des avocats prêts pour la guerre favorisent des procédures judiciaires plus longues pour les clients fortunés qui divorcent, selon une sociologue qui a longuement étudié cet enjeu.

L’attitude différente des avocats à leur égard et l’intérêt des juges pour ces dossiers complexes contribuent à ce que des procédures s’éternisent davantage que les autres, selon Émilie Biland, ex-professeure de l’Université Laval qui a enquêté dans les coulisses des systèmes de justice québécois et français.

Mme Biland s’exprimait au lendemain de la publication par La Presse d’un article dans lequel le juge en chef de la Cour supérieure dénonçait les effets « terribles » des quelques procès familiaux impliquant des ultrariches qui s’étirent sur des dizaines de jours chaque année. Il joignait sa voix à d’autres juges qui ont dénoncé des situations d’abus dans les dernières années.

Pour lire la suite…

MODIFIER LA GARDE DES ENFANTS OU LES DROITS D’ACCÈS

CENTRES DE JUSTICE DE PROXIMITÉPROTÉGEZ-VOUS.CA


Pixabay

Lorsqu’un jugement du tribunal vient déterminer les modalités de la garde et des droits d’accès à la suite d’une rupture ou d’un divorce, il aura en principe pour vocation de s’appliquer «tel quel» jusqu’à ce que les enfants quittent le nid familial. Pourtant, la vie prend souvent de nombreux détours. Quoi faire lorsque modifier les droits de garde ou les droits d’accès devient nécessaire?

Dans le cadre de notre dernier article, nous avons présenté comment pouvait concrètement s’articuler la garde des enfants au « jour 1 » d’une rupture. Évidemment, entre le jour où la relation prend fin et celui où vos enfants pourront voler de leurs propres ailes, votre vie familiale se transformera. Les modalités de la garde d’un enfant de 2 ans, qui fréquente la garderie à côté de la résidence d’un parent, pourront ne plus être adéquates quand il entrera à l’école secondaire.

Pour lire la suite…

LA GARDE DES ENFANTS AUX PREMIERS JOURS D’UNE RUPTURE

CENTRES DE JUSTICE DE PROXIMITÉPROTÉGEZ-VOUS


Pixabay

Lorsque survient une rupture, de nombreux parents se demandent comment s’articulera concrètement la garde des enfants jusqu’à ce que les démarches judiciaires soient complétées. Qui ira chercher les enfants à la garderie demain soir? Qui quittera immédiatement la maison et qui y restera avec les enfants? Un parent peut-il décider seul de partir avec les enfants?

Que les parents soient mariés ou conjoints de fait, ils devront éventuellement régler la question de la garde des enfants par une procédure judiciaire. Ce sujet pourra être abordé, par exemple, dans le cadre d’un jugement de divorce ou encore au sein d’une entente rédigée à la suite d’une séance de médiation, puis homologuée par le tribunal. Peu importe la forme des procédures, celles-ci prendront du temps. Quoi faire en attendant?

Pour lire la suite…

LA MÉDIATION POUR FACILITER L’ENTENTE

Actualité, Médiation familiale |

13 novembre 2017

Nancy et Michel aimeraient régler à l’amiable les conséquences de leur séparation. Toutefois, lorsqu’ils essaient tous les deux, la discussion tourne souvent au vinaigre. Comment peuvent-ils régler leur problème sans avoir recours au tribunal?

La médiation
Depuis plusieurs années, la médiation gagne en popularité. Elle constitue une excellente solution de rechange au processus judiciaire traditionnel grâce à sa flexibilité et à ses coûts.

Le médiateur recueille et organise l’information, détermine les intérêts et les besoins des parties de même que les solutions ou les compromis possibles. Il joue un rôle essentiel puisqu’il facilite la négociation en aidant à rendre la communication efficace et s’assure que les attentes sont réalistes, maintenant ainsi l’équilibre entre les parties.

Un médiateur ne possède aucun pouvoir décisionnel ou contraignant. Il est là pour aider les gens à trouver eux-mêmes une solution. Son intervention permet aux parties d’en arriver à une entente.

Pour lire la suite…

JUSTICE: COMBIEN COÛTE UN AVOCAT ?

MARC TISONLA PRESSE+

Dans un jugement rendu le 9 mars dernier, le Conseil de discipline du Barreau du Québec a condamné l’avocat R. S. pour avoir demandé des honoraires injustifiés et déraisonnables (et également pour avoir eu des relations sexuelles avec sa cliente, mais ce n’est pas la question qui nous intéresse ici).

Mme A. B. et son conjoint S. B. avaient fait appel aux services de cet avocat en 2006 pour une complexe histoire immobilière concernant la vente de leur propriété. Un solde de prix de vente de 100 000 $ non versé par l’acheteur faisait l’objet d’une partie du litige. Au passage, l’avocat a lié une relation sexuelle avec sa cliente – et l’a même conseillée pour le divorce subséquent !

Pour une réclamation de 100,000$, l’avocat a exigé des honoraires de 52,000$, dont 43,000$ ont été contestés par Mme A. B. – après sa rupture avec l’avocat, toutefois.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2019