La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

SÉPARATION: MYTHES ET RÉALITÉS

ÉDUCALOI

Lorsqu’un couple est au bord de la rupture, de nombreuses questions se posent: garde d’enfants, pensions alimentaires, procédures de divorce… Autant de sujets que l’on croit souvent bien connaitre. Mais qu’en est-il réellement?

Pour consulter le dossier…

LE TRAVAIL AU NOIR : L’IMPACT SUR LES RECOURS ET LA PENSION ALIMENTAIRE

CENTRES DE JUSTICE DE PROXIMITÉPROTÉGEZ-VOUS

Pixabay

Avez-vous déjà payé « sous la table » un entrepreneur en construction ou un déménageur ? Le travail au noir peut sembler profitable, car il vous fait économiser de l’argent … jusqu’au jour où un problème survient et que le débat est porté devant les tribunaux!

Le cas du travail au noir
Tout d’abord, il est nécessaire de rappeler que le fait de payer quelqu’un en sachant qu’il ne vous charge pas les taxes et qu’il ne déclarera pas ce revenu au fisc est illégal, car cela contrevient aux lois fiscales. Revenu Québec définit ce qu’on appelle «l’évasion fiscale» comme étant «la dissimulation d’activités économiques à l’État par des citoyens et des entreprises, qui agissent ainsi afin de remettre moins d’argent qu’ils ne le devraient au fisc.»

Pour lire la suite…

Quand une pension alimentaire empêche l’obtention de prêts et bourses

98,5 FM Montréal

Une mère monoparentale de trois enfants qui a dû retourner aux études cette année est privée de milliers de dollars en prêts et bourses en raison de la pension alimentaire qu’elle reçoit.

Lyne Marcille se retrouve présentement dans une situation financière si précaire qu’elle devra abandonner ses études.

Le 98,5 FM l’a interrogée tout comme Lorraine Desjardins, agente de recherche et de communication à la Fédération des Associations de familles monoparentales et recomposées du Québec.

Pour écouter l’entrevue…

«Le ministre abandonne 8000 familles»

L’EXPRESS

DRUMMONDVILLE. Selon le député de Drummond-Bois Francs, Sébastien Schneeberger, le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale a décliné la demande de la CAQ d’exclure les pensions alimentaires pour enfants du calcul des prestations d’aide sociale.

«En abandonnant 8000 familles prestataires, en majorité des mères monoparentales, le gouvernement libéral a fait preuve d’insensibilité envers les plus démunis une fois de plus», affirme M. Schneeberger.

Pour lire la suite…

Monsieur Blais, les pensions alimentaires sont POUR les enfants!

Montréal, le 15 mai 2018 – La Coalition contre le détournement des pensions alimentaires pour enfants, regroupant des groupes sociaux et des associations étudiantes, et le Collectif pour un Québec sans pauvreté sont déçus du résultat du vote tenu aujourd’hui à l’Assemblée nationale sur un amendement visant à exclure les pensions alimentaires pour enfants du calcul des revenus à l’aide sociale! Il s’en est fallu de peu pour que les enfants qui vivent avec un parent prestataire de l’aide sociale puissent enfin profiter de la totalité de la pension alimentaire versée en leur nom!

Le ministre Blais a raté une belle occasion, lors des récentes modifications qu’il a faites à l’aide sociale (pour instaurer le Programme objectif emploi et le revenu de base), de mettre fin à une injustice qui dure depuis trop longtemps. Depuis plusieurs années, les groupes sociaux réclament que les pensions alimentaires pour enfants cessent d’être considérées comme un revenu dans quatre programmes.

Pour télécharger le communiqué…

Aide sociale chez les familles monoparentales: le ministre Blais recule

JEAN-MARC SALVETLE SOLEIL


Archives La Presse canadienne: Jacques Boissinot

Le ministre François Blais n’est plus aussi certain que la semaine dernière de corriger l’«injustice» concernant les familles monoparentales bénéficiant du programme d’aide sociale. Ni d’ici les «prochaines semaines» ni à aucun autre moment.

Lui et son gouvernement ont rejeté, mardi, une résolution présentée par le député péquiste Harold Lebel demandant que «le Québec agisse avec diligence et équité afin que les pensions alimentaires pour enfants cessent d’être traitées comme un revenu pour le parent créancier dans le calcul des prestations d’aide sociale, ainsi que d’admissibilité à l’aide juridique, à l’aide financière aux études et au soutien au logement».

Outre le Parti québécois, la motion a été appuyée par la Coalition avenir Québec et Québec solidaire.

Pour lire la suite…

2 au 29 SEPTEMBRE 2018 – MARCHE DU FRAPRU: DE VILLES EN VILLAGES POUR LE DROIT AU LOGEMENT

Du 2 au 29 septembre 2018, le FRAPRU entreprend une marche d’Ottawa à Québec pour défendre le droit au logement. Plus de 500 km seront parcourus. La FAFMRQ a déjà appuyé formellement cette action et y participera, notamment lors du passage de la MARCHE à Longueuil.

Actuellement, 305 590 ménages du Québec ont des besoins impérieux de logement. C’est-à-dire qu’ils vivent dans un logement trop cher pour leurs moyens, trop petit pour leur famille, et-ou en mauvais état. Ils sont contraints de vivre dans un endroit où ils ne se sentent pas en sécurité ou qui est mal adapté à leurs capacités physiques.

Pour répondre aux besoins les plus urgents et cela de manière durable, ça prend du logement social et vite! Le FRAPRU estime qu’il faut 50 000 nouveaux logements sociaux en 5 ans.

Pour voir la page Facebook de l’événement…

OUBLIS ET INCOHÉRENCES DU MINISTRE FRANÇOIS BLAIS

VIRGINIE LARIVIÈRE (COLLECTIF POUR UN QUÉBEC SANS PAUVRETÉ) – LA PRESSE+

Vendredi dernier dans La Presse+, le ministre François Blais dressait un bilan positif de l’action de son gouvernement en matière de lutte contre la pauvreté. Quelques rappels et mises au point s’imposent.

Rappelons par exemple les mesures d’austérité appliquées par son gouvernement, qui ont fragilisé le filet de sécurité sociale du Québec. Cela a eu des impacts sur la qualité de vie de la population, en particulier celle des plus pauvres, comme l’a souligné la Protectrice du citoyen.

Rappelons également que le ministre Blais est le principal artisan de la réforme la plus disciplinaire jamais adoptée dans l’histoire de l’aide sociale au Québec, une réforme qui revoit à la baisse le «barème plancher» à l’aide sociale.

Pour lire la suite…

Calcul des pensions alimentaires à l’aide sociale: le député Schneeberger veut corriger cette injustice

LA NOUVELLE UNION


Le député de Drummond-Bois-Francs, Sébastien Schneeberger, a demandé au ministre de mettre fin à la prise en compte des pensions alimentaires dans le calcul de l’aide sociale. «Le ministre refuse toutefois de faire le changement avant la fin de la présente session parlementaire. Moi, je veux corriger cette injustice une fois pour toutes», tranche le porte-parole caquiste en emploi et solidarité sociale.

La CAQ réclame d’exclure complètement les pensions alimentaires pour enfants du calcul des prestations d’aide sociale, dans le cadre de l’étude du projet de loi 173 visant principalement à instaurer un revenu de base pour des personnes qui présentent des contraintes sévères à l’emploi. Cette mesure touche plus de 8000 ménages prestataires, en majorité des femmes monoparentales, et ce sont les besoins essentiels des jeunes qui en souffrent.

Pour lire la suite…

Pensions alimentaires: Blais d’accord pour corriger une injustice

JEAN-MARC SALVETLE SOLEIL


Photothèque Le Soleil

Le ministre François Blais s’engage à corriger d’ici la fin de la législature une «injustice» sociale dénoncée à l’unanimité par l’Assemblée nationale en 2012. À la corriger en partie, du moins. Elle concerne les mères de famille monoparentale.

À l’Assemblée nationale, mardi, le caquiste Sébastien Schneeberger a exposé une situation qu’il juge inique. Il a rappelé que les pensions alimentaires en général ne sont plus considérées comme un revenu imposable depuis 1987, mais qu’elles continuent d’être prises en compte dans le calcul de l’aide sociale.

Le député de Drummond–Bois-Francs a indiqué que «plus de 8000 ménages prestataires de l’aide sociale ont subi une réduction de leurs prestations parce qu’ils touchent une pension alimentaire pour enfant» et que «ces réductions touchent majoritairement des femmes monoparentales voulant simplement subvenir aux besoins de leurs enfants».

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2018