La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

Bulletin du Partenariat Familles INRS – Automne 2017, Vol. 15


Au sommaire

Les nouvelles du partenariat Familles en mouvance
Hélène Belleau

Le don en famille
Alexandra Popovici et Régine Tremblay

Le régime québécois d’assurance parentale: un système discriminatoire à l’endroit des enfants adoptés
Carmen Lavallée, Daniel Proulx et Éric Poirier

Couples de même sexe au Canada : portrait sociodémographique et structures familiales
Solène Lardoux, Virginie Boulet et Mona Greenbaum

Nouvelles des partenaires
Publications récentes
Activités du partenariat

Pour télécharger le Bulletin sur le site du Partenariat…

L’ADOPTION EN BANQUE MIXTE: des familles en concurrence?

CHLOÉ COUVYORFQ (OBSERVATOIRE DES RÉALITÉS FAMILIALES DU QUÉBEC)

Ce texte de vulgarisation résume l’essai de Doris Chateauneuf et Julie Lessard «La famille d’accueil à vocation adoptive : enjeux et réflexions autour du modèle québécois.», publié en 2015, dans Service social 61, 1, pp. 19–41.

Faits saillants
Le programme d’adoption par Banque mixte, ou planification concurrente, permet de placer un enfant en famille d’accueil avant qu’il ne soit légalement adoptable. C’est aujourd’hui la forme d’adoption la plus répandue au Québec, devant les adoptions internationales.

Au Québec, au Royaume-Uni et aux États-Unis, les gouvernements encouragent la planification concurrente en instaurant de courts délais de placement, qui forcent les intervenants à jauger très vite la situation.

Il est parfois difficile de juger si l’enfant devrait, ou non, rester en contact avec ses parents biologiques. Au Québec, aucune structure n’encadre ou n’assure le suivi des rencontres.

Pour lire l’article…

FINANCES PERSONNELLES: CE QUE L’UNION LIBRE ENCHAÎNE…

MARC TISONLA PRESSE

PLUS.LAPRESSE.CA

Solidaires aujourd’hui, mais insoucieux du lendemain: une recherche démontre les contradictions financières des conjoints en union libre.

«Les conjoints sont solidaires au présent, dans leur mode de gestion, mais très peu à long terme», observe Hélène Belleau, professeure à INRS Urbanisation Culture Société.

C’est un des constats du rapport de recherche qu’elle signe avec Carmen Lavallée, professeure titulaire à la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke et Annabelle Seery, doctorante en sociologie à l’Université de Montréal.

L’enquête, réalisée auprès de 3250 répondants âgés de 25 à 50 ans et vivant en couple, «visait à cerner, pour la première fois au Québec, les arrangements financiers et juridiques des conjoints mariés ou en union libre», indique le document.

Publiée en juin, la première partie de la recherche relève que près de la moitié des conjoints en union libre ne connaissent pas les règles de droit qui les touchent.

Pour lire la suite…

Le temps des parents: mes petits avant tout

SIMON ABDELAOBSERVATOIRE DES RÉALITÉS FAMILIALES DU QUÉBEC


Que faisons-nous de notre temps? Le titre de l’ouvrage de Gilles Pronovost, professeur au département des études en loisir, culture et tourisme de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), va droit au but: vingt-quatre petites heures et tant de choses à accomplir… surtout pour les parents! C’est du moins ce que constate l’auteur dans le chapitre « Le temps parental sous tension », qui brosse le portrait du quotidien des parents québécois au cours des dernières décennies.

Pour ce faire, le professeur de l’UQTR utilise les données de cinq enquêtes sur l’emploi du temps réalisées par Statistique Canada entre 1986 et 2010. Entre 1800 et 3800 parents québécois ont participé à chacune de ces études. Pronovost décrit ici l’évolution du temps consacré à différentes activités quotidiennes, ce qu’on appelle les temps sociaux : travail salarié, travail ménager, loisirs, temps parental. En se fondant sur ces données, le chercheur élabore trois scénarios de répartition du temps possibles pour les familles des prochaines décennies.

Pour lire la suite…

PUBLICATION DU PREMIER RAPPORT DE L’ENQUÊTE « Unions et désunions au Québec : Le couple, l’argent et le droit »

HÉLÈNE BELLEAU (INRS), CARMEN LAVALLÉE (UNVIERSITÉ DE SHERBROOKE) ET ANNABELLE SEERY (UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL)

Ce rapport brosse un portrait descriptif des premiers résultats qui se dégagent du volet « patrimonial » du projet de recherche intitulé : Unions et désunions conjugales au Québec : regards croisés sur les pratiques et les représentations sociales et juridiques de la vie à deux.

L’enquête réalisée auprès de 3250 répondants âgés de 25 à 50 ans et vivant en couple visait à cerner, pour la première fois au Québec, les arrangements financiers et juridiques des conjoints mariés ou en union libre concernant les modes de gestion de l’argent, les dynamiques conjugales autour de l’épargne, des dettes, les types de contrat entre partenaires de vie, etc.

Même si le Québec est la province ayant la plus forte proportion de couples en union libre au Canada, elle est la province qui accorde la protection la plus minimaliste aux conjoints de fait. Dans ce contexte, nous avons cherché à savoir si les conjoints de fait comprennent les distinctions faites par l’État québécois dans le traitement qui leur est réservé dans les lois sociales et fiscales d’une part, et en droit privé (Code civil), d’autre part. Prévoient-ils l’éventualité d’une rupture par la rédaction de contrats de vie commune ou par des arrangements financiers différents de ceux des couples mariés?

Notre enquête permet de constater que près de 50 % des conjoints en union libre ne connaissent pas les règles de droit qui les concernent. Elle montre aussi clairement que le mariage n’est pas synonyme de fusion des avoirs pas plus que l’union libre ne peut être associée à une indépendance complète des conjoints sur le plan financier. Si des différences existent entre les deux types d’unions, elles apparaissent très modestes et ne permettent pas, à notre avis, de justifier le traitement juridique distinct qui prévaut en droit de la famille au Québec.

Pour télécharger le rapport…

FAMILLES EN MOUVANCE, Partenariat de recherche: Bulletin de liaison, volume 14, printemps 2017

Au nom de toute l’équipe du partenariat de recherche Familles en mouvance, nous avons le plaisir de vous présenter ce bulletin, troisième édition de la programmation scientifique 2014-2018

Capture d’écran 2017-04-25 à 16.50.22

Pour télécharger le Bulletin…

CONGRES DE L’ACFAS – Colloque Séparation parentale, recomposition familiale: enjeux contemporains

Capture d’écran 2017-04-18 à 13.54.22
Capture d’écran 2017-04-18 à 13.45.20
Le Partenariat de recherche Séparation parentale, recomposition familiale a le plaisir de vous convier, le 9 mai prochain, à son colloque organisé dans le cadre du 85e Congrès de l’ACFAS à Montréal.

En 2017, la séparation des parents ne représente plus une fin en soi, mais généralement le début d’une série de transitions familiales. La régulation de ces transformations transite par différentes sphères, notamment les services publics, les politiques publiques et le cadre législatif. Toutefois, les organismes offrant des services dans ce domaine constatent bien souvent que les familles se trouvent en porte-à-faux dans les différentes institutions. Pour être en mesure de soutenir les familles qui vivent ces transitions et pour permettre de prévenir les problèmes ou leur aggravation chez celles qui sont fragilisées par des contextes de vie difficiles, il apparaît essentiel de comprendre les dynamiques et les réponses sociojuridiques qui augmentent ou diminuent les risques de difficulté. Ce colloque, organisé par le Partenariat de recherche Séparation parentale, recomposition familiale, contribuera à l’avancement des connaissances dans le domaine en présentant des résultats de recherche originaux, des états des connaissances et des pratiques novatrices. Il permettra également l’expression de réflexions de partenaires engagés auprès de ces familles depuis de nombreuses années, dans un contexte interdisciplinaire et multisectoriel.

Pour voir le programme…

IL EXISTE D’AUTRES OPTIONS QUE « L’AUSTÉRITARISME »

Juan-Luis Klein, Annie Camus, Jacques L. Boucher, Yanick NoiseuxRespectivement professeur à l’UQAM et directeur du Centre de recherches sur les innovations sociales (CRISES), professeure à l’UQAM et directrice adjointe du CRISES, professeur associé à l’UQO et directeur adjoint du CRISES ainsi que professeur à l’Université de Montréal et membre du CRISES  LE DEVOIR

AUSTÉRITARISME Photo: iStock

La société capitaliste traverse une crise dont elle n’arrive pas à se remettre. Quelques-uns des révélateurs de cette crise sont la concentration et la répartition inégale de la richesse, qui ne cesse de s’accroître, comme le dénonce Oxfam année après année, l’érosion de la cohésion sociale, due entre autres à la « panne de l’ascenseur social » montrée par l’OCDE, et la précarité de nombreux travailleurs et travailleuses, dont plusieurs d’origine immigrante, qui, tout en ayant un emploi, restent enfermés dans la pauvreté. Les institutions existantes semblent incapables de répondre d’une manière efficace et inspirante à ces problèmes sociaux profonds, lesquels d’ailleurs risquent de se voir intensifiés par les changements technologiques introduits par le « numérique » dans les processus de production des biens et des services. Ces changements constituent ce que certains désignent comme la « quatrième révolution industrielle », nouveau mantra des stratèges de la compétitivité, dont l’objectif est de remplacer les employés par des robots.

Pour lire l’article…

Pour éviter que l’histoire de Lola et Éric se répète. Lancement du documentaire : Amour et argent peuvent faire bon ménage

LogoRelais
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Montréal, le 1er février 2017 – Quelques jours avant la St-Valentin, Relais-femmes, les Productions mainslibres, la Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec (FAFMRQ), l’INRS et les Éditions du remue-ménage vous invitent au lancement L’amour et l’argent qui présentera en grande première le documentaire Amour et argent peuvent faire bon ménage réalisé par Sophie Bissonnette avec le soutien financier du Fonds pour l’éducation et la saine gouvernance de l’Autorité des marchés financiers (AMF). L’événement aura lieu le 11 février 2017, à la Cinémathèque québécoise, à partir de 13h15, en présence des participant-es au film. À cette occasion, le dernier livre d’Hélène Belleau et de Delphine Lobet «L’amour et l’argent: guide de survie en 60 questions» sera lancé par les Éditions du remue-ménage.

Pour télécharger le communiqué…

11 FÉVRIER 2017: lancement L’AMOUR ET L’ARGENT

AMOURetARGENT

Quelques jours avant la St-Valentin, Relais-femmes, les Éditions du remue-ménage, les Productions mainslibres et l’INRS vous invitent au lancement du documentaire « Amour et argent peuvent faire bon ménage » réalisé par Sophie Bissonnette avec la collaboration de la Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec (FAFMRQ)…

L’amour et l’argent : un tabou qui persiste au sein des couples!
À travers différents témoignages de couples et d’expert-e-s, le documentaire présente les codes amoureux dont il faut tenir compte dans les discussions autour de l’argent, les principaux modes de gestion utilisés par les couples, sans oublier les conséquences financières d’une rupture. Il apporte également des éléments de clarification sur les différents types d’union au Québec et démystifie la croyance du «mariage automatique» pour les conjoints de fait.

Les Éditions du remue-ménage lanceront également le livre « L’amour et l’argent: guide de survie en 60 questions » d’Hélène Belleau et Delphine Lobet au cours de cet événement. Pour en savoir plus sur cet ouvrage, consultez sa description complète en cliquant ICI.

Venez célébrer l’arrivée du film et du livre en présence des participant-es au documentaire, des auteures et des artisanes!

QUAND ? Le 11 février, de 13h15 à 16h00 . Vous êtes attendu-es dès 13h15: la projection aura lieu vers 13h30, suivie du lancement du livre vers 14h45 et d’un cocktail à partir de 15h.

OÙ? La Cinémathèque québécoise: 335, boul. de Maisonneuve Est – Montréal, Québec H2X 1K1

ACCÈS: Métro Berri Uqam, sortie De Maisonneuve

L’entrée est gratuite, mais les inscriptions sont obligatoires car les places sont limitées: https://billets-lancement-amour-et-argent.eventbrite.ca

Pour en savoir plus…

© FAFMRQ 2017