La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

UNE ENQUÊTE SANS PRÉCÉDENT SUR LES PARENTS SÉPARÉS

MÉDIUM LARGE – ICI RADIO-CANADA PREMIÈRE


Photo: iStock

Environ 2000 parents ayant vécu une séparation au cours des dernières années seront invités à témoigner de leur expérience sur le plan social, économique et juridique par une chercheuse québécoise et son équipe. Marie-Christine Saint-Jacques entend mener la plus grande enquête de ce genre au Canada. La professeure titulaire à l’École de travail social et de criminologie de l’Université Laval explique à Catherine Perrin qu’elle veut savoir ce qui se passe dans les premiers mois suivant une séparation.

Pour écouter l’entrevue…

Une enquête d’envergure sur les séparations

DOMINIQUE LELIÈVRE (AGENCE QMI) – TVA NOUVELLES


kerkezz – stock.adobe.com

Une enseignante de l’Université Laval dirigera à Québec la plus grande enquête jamais réalisée au pays à propos de la séparation parentale et de la recomposition familiale.

L’étude, menée par une trentaine de chercheurs du Québec, mais également d’autres provinces, permettra à pas moins de 2000 parents québécois de s’exprimer sur leur séparation, du jamais-vu au Canada.

Les répondants seront appelés à témoigner de leur expérience sur une multitude d’aspects sociaux, économiques et juridiques.

Réalité importante
Pour Marie-Christine Saint-Jacques, directrice scientifique de l’enquête, une telle étude s’impose puisque le portrait de la famille québécoise a fortement évolué depuis une quarantaine d’années.

Pour lire la suite…

ENQUÊTE SUR LES FAMILLES SÉPARÉES ET RECOMPOSÉES

DRAINVILLE PM 98,5 FM

Pexels.com

La séparation n’est pas un phénomène nouveau, mais au-delà des statistiques indiquant le nombre de familles affectées, il existe très peu d’informations sur la façon dont ces séparations sont vécues, autant pour les enfants impliqués que pour les parents qui décident de se séparer.
Selon les plus récentes statistiques, 40% des enfants québécois ont vécu la séparation de leurs parents et 80% des parents qui se séparent réussissent à le faire à l’amiable.

Mais les impacts économiques, psychologiques et juridiques de ces séparations sur les enfants et leurs parents n’ont jamais été étudiés de façon très précise.

Une première au Québec
Afin de mieux qualifier le phénomène au Québec, une enseignante de l’Université Laval dirigera une importante enquête longitudinale sur l’impact des ruptures chez les enfants et les parents.

Pour lire la suite et écouter l’entrevue…

ENQUÊTE LONGITUDINALE AUPRÈS DES PARENTS SÉPARÉS ET RECOMPOSÉS DU QUÉBEC

L’Enquête longitudinale auprès des parents séparés et recomposés du Québec est une vaste étude qui s’intéresse à l’expérience des pères et des mères séparés, qu’ils aient ou non la garde de leur enfant, ainsi qu’à leur nouveau partenaire lorsque c’est le cas. Au total, près de 2000 parents québécois et 300 nouveaux partenaires seront interrogés en 2018.

Tous, parents et partenaires, seront interrogés à nouveau en 2020 et en 2022 pour comprendre comment leur situation familiale évolue.

Pour tout savoir sur l’enquête…

LE BULLETIN DU PARTENARIAT FAMILLES EN MOUVANCE DE L’INRS-UCS EST ARRIVÉ ET LA FAFMRQ Y SIGNE UN ARTICLE!

RÉSEAUX SOCIAUX ET ACTIONCOMMUNAUTAIRE : DES OUTILS PRÉCIEUX DE MOBILISATION ET D’INTERVENTION, MAIS AVEC QUELQUES ZONES GRISES
LORRAINE DESJARDINS

Pour consulter le bulletin et lire l’article…

LA FAMILLE RECOMPOSÉE: UNE ÉQUIPE À BÂTIR

UN NOUVEAU SITE WEB SUR LES FAMILLES RECOMPOSÉES!

La FAFMRQ,  aux côtés de l’Université Laval, du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada et du Partenariat de recherche Séparation parentale, recomposition familiale, est fière de compter parmi les collaborateurs à l’origine de ce tout nouveau site Web sur les familles recomposées.

Ce programme s’adresse aux adultes vivant en famille recomposée, ainsi qu’aux intervenants qui les accompagnent. Il s’adresse à tous les couples hétérosexuels ou homosexuels qui recomposent une famille. Même si ces derniers vivent des situations particulières, comme celle de devoir constamment préciser aux institutions publiques que l’enfant a deux mères ou deux pères, les couples homosexuels et hétérosexuels relèvent des défis similaires lorsqu’ils recomposent une famille.

Allez vite y faire un tour!

Union de fait et violence conjugale: un cocktail dangereux

SIMON ABDELAOBSERVATOIRE DES RÉALITÉS FAMILIALES DU QUÉBEC

Quitter une situation de violence conjugale n’est jamais facile. C’est d’autant plus vrai si la victime y perd toute sécurité matérielle. Plusieurs dispositions légales – pension alimentaire, séparation des biens acquis pendant l’union, etc. – protègent les conjoints mariés, mais pas les conjoints de fait. Au Québec, où ce type d’union jouit d’une grande popularité, les choses s’avèrent souvent très compliquées pour les conjointes de fait victimes de violence qui souhaitent refaire leur vie.

C’est le constat auquel arrive Johanne Elizabeth O’Hanlon, avocate montréalaise spécialisée en droit de la famille, après avoir étudié les différences entre couples mariés et couples en union de fait en cas de séparation, à la suite de la célèbre affaire Éric v. Lola entendue par la Cour Suprême en 2012-2013. En union de fait, aucune disposition, ou presque, ne protège les époux. O’Hanlon en conclut qu’au Québec, plusieurs femmes en union de fait doivent faire le choix entre sécurité et pauvreté.

Pour lire la suite…

Une politique familiale efficace mais toujours à améliorer

STÉPHANIE THIBAULTPARTENARIAT FAMILLES EN MOUVANCE (INRS-UCS)

COLLOQUE «LE TEMPS DES BILANS AUTOUR DE LA POLITIQUE FAMILIALE»

Vingt ans après son déploiement, la politique familiale québécoise est un modèle unique dont les effets sont tangibles tant d’un point de vue économique que sur la qualité de vie des parents et des enfants. Ce constat émane d’un colloque intitulé Le temps des bilans autour de la politique familiale, une initiative du partenariat de recherche Familles en mouvance, où se sont réunis des chercheuses et chercheurs, mais aussi de nombreux professionnels et intervenants issus du secteur communautaire comme du gouvernement québécois. Bien que chacun reconnaisse qu’il y ait toujours place à l’amélioration, les participants ont souligné que les efforts coordonnés autour de la politique familiale, intitulée Les enfants au cœur de nos choix, ont eu des effets largement positifs dans la population du Québec.

Le pari n’était pas gagné d’avance, a rappelé en ouverture du colloque madame Pauline Marois, ministre de la Famille au moment de l’adoption de la politique. Avant que l’idée d’une politique familiale parvienne à faire son chemin dans les préoccupations politiques, il a fallu déployer des efforts considérables. Trois mesures novatrices ont été mises de l’avant : des services de garde universels de qualité et à frais minimes pour les parents, un soutien financier aux parents par l’entremise de mesures fiscales et un régime d’assurance parentale permettant à tous les parents de se prévaloir de congés rémunérés à la suite de l’arrivée d’un enfant. Madame Marois insiste sur le fait que ces mesures ont suscité un engouement au-delà de toutes les attentes, ce qui démontre qu’elles répondaient à un important besoin des parents.

Pour lire la suite…

LE TEMPS DES BILANS DE LA POLITIQUE FAMILIALE

20 ANS APRÈS «LES ENFANTS AU COEUR DE NOS CHOIX»

Journée de colloque

L’année 2017 a marqué les 20 ans des Nouvelles dispositions de la politique familiale au Québec, Les enfants au cœur de nos choix. Le partenariat de recherche Familles en mouvance tiendra un colloque le 20 avril prochain à l’INRS à Montréal pour marquer le coup et faire le point sur le soutien offert aux familles en 2018.

Le partenariat Familles en mouvance associe des chercheurs, des professionnels et des intervenants des secteurs gouvernemental et communautaire intéressés par la famille depuis 25 ans. Il vise à favoriser le transfert multidirectionnel des connaissances dans le but de susciter et de soutenir une action collective pertinente auprès des familles.

Pour s’inscrire et voir la programmation…

L’ACTION COMMUNAUTAIRE: QUELLE AUTONOMIE? POUR QUI?

Dans ce numéro, la revue Nouvelles pratiques sociales présente des textes qui se relient tous au fil conducteur de la question de l’autonomie et de l’interdépendance. Ce numéro remarquablement cohérent, sur le plan de la problématique qui le traverse, regroupe différents textes dans le cadre de nos rubriques habituelles. L’entrevue inaugure, comme à notre habitude, les réflexions menées dans le numéro — cette fois au travers d’une discussion des enjeux liés aux pratiques participatives, qui ont connu un essor important dans les dernières années. Le dossier thématique, qui contient sept articles, se penche sur l’autonomie dans l’action communautaire. Les responsables de dossier, dans leur texte de présentation, situent le contexte de la problématique soulevée avant de proposer une vue d’ensemble des textes rassemblés. Ils proposent également une Note de recherche, qui présente la démarche à laquelle s’est articulée la constitution du dossier thématique. Les quatre articles de la rubrique Échos de pratique produisent ensuite une résonnance vis-à-vis du dossier, en pensant les enjeux relatifs à l’autonomie dans divers milieux de pratique. Finalement, les cinq articles regroupés dans la rubrique Perspectives permettent de prolonger la réflexion, en se rattachant au fil conducteur qui guide la lecture de ce numéro, de la première à la dernière page.

Pour accéder à la revue…

© FAFMRQ 2019