Dossier : Accessibilité aux études

diplome
RÉSUMÉ DU DOSSIER
Ce n’est pas d’hier que la FAFMRQ milite pour un meilleur accès aux études pour les responsables de famille monoparentale. Déjà, en 1995, dans le cadre de la Marche du Pain et des Roses et de la Marche mondiale des femmes en 2000, les groupes de femmes, dont la FAFMRQ, revendiquaient «la mise en place de mesures concrètes et adaptées aux besoins particuliers de responsables de famille monoparentale leur permettant un meilleur accès aux études et ce, quelle que soit leur situation socioéconomique». Cinq ans plus tard, la plateforme de revendications de l’édition de 2005 de la Marche mondiale des femmes revendiquait «la Solidarité, par la couverture des besoins essentiels à l’aide sociale et aux prêts et bourses».

Le 23 mars 2004, la FAFMRQ a également déposé une pétition de 3500 signatures à l’Assemblée nationale qui portait les revendications suivantes:
– Que la pension alimentaire pour enfant cesse immédiatement d’être considérée comme un revenu du parent étudiant dans le calcul de l’aide financière accordée;
– Que des montants suffisants soient alloués afin de permettre une couverture complète des frais de garde de jour, de soir et de fin de semaine, et ce, tout au long de l’année;
– Que des montants de bourses soient également accordés aux étudiant(e)s inscrit(e)s à un programme à temps partiel;
– Que l’aide financière accordée corresponde aux coûts réels des frais de subsistance reliés à la vie étudiante et permette un endettement minimal.

Depuis, certains gains ont été réalisés :
– Les étudiant(e)s responsables de famille monoparentale inscrit(e)s à un programme à temps partiel sont maintenant réputé(e)s étudier à temps plein et peuvent donc bénéficier d’une aide financière en conséquence.
– Les étudiant(e)s issu(e)s d’une famille monoparentale n’ont plus à demander une contribution parentale à leurs deux parents.
– 1200$ de pensions alimentaires pour enfants, par année d’attribution, multipliés par le nombre d’enfants à charge, ne sont plus comptabilisés à l’AFÉ.

L’accès aux études supérieures pour les responsables de familles monoparentales demeure un phénomène encore trop marginal aujourd’hui, d’une part parce qu’il est très difficile à la fois d’étudier et d’assumer seule des responsabilités familiales, mais également parce que les difficultés financières rencontrées ont vite fait d’en décourager plusieurs. La FAFMRQ croit que les enjeux d’une véritable accessibilité aux études reposent sur les deux principes suivants : le maintien des frais de scolarité au niveau le plus bas possible, tant au collégial qu’à l’université, et une aide financière aux études permettant une couverture véritable des frais de subsistance ainsi qu’un endettement minimal.

Le Programme de prêts et bourses actuel, malgré les améliorations qui y ont été apportées au cours des dernières années, demeure davantage adapté aux étudiants en formation initiale qu’aux besoins particuliers des responsables de famille monoparentale. Nous saluons notamment la mesure permettant aux responsables de famille monoparentale, aux femmes enceintes d’au moins 20 semaines et aux mères ayant un enfant de moins de 6 ans inscrits à un programme d’études à temps partiel d’être réputés étudier à temps plein, en ayant ainsi accès au Programme de prêts et bourses. Mais, trop souvent, l’aide accordée ne suffit pas à couvrir les frais de subsistance et s’avère même parfois inférieure aux montants des prestations d’aide sociale.

Publications

© FAFMRQ 2017