La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

Une refonte du cadre juridique réclamée

MÉLYSSA GAGNONLE QUOTIDIEN


Photo: Le Quotidien. Jeannot Lévesque

En 2015, le docteur en droit et professeur à l’Université de Montréal Alain Roy a déposé un rapport de 650 pages au ministère de la Justice du Québec. Le document contenait 82 recommandations, lesquelles devaient mener à une réforme majeure du droit de la famille. Trois ans plus tard, alors que le cadre juridique québécois n’a jamais été autant en décalage avec la réalité, le document demeure sur les tablettes.

Devant l’inaction du gouvernement, qui avait donné le mandat à Alain Roy et à un comité consultatif de proposer des pistes de solution en vue d’une refonte globale, la Chambre des notaires du Québec a décidé de s’approprier le dossier. Comme regroupement de juristes de proximité interpellés par la transformation de la famille québécoise, elle a mis en place une commission citoyenne. Coprésidée par Alain Roy et Jean-Paul Dutrisac, celle-ci sillonne les régions pour entendre les citoyens et les organismes.

Pour lire la suite…

Droit de la famille : les experts saluent la réforme, mais émettent des réserves

DELPHINE JUNGDROIT-INC

Cinq ans après l’affaire Éric et Lola, Ottawa a décidé de réformer le droit familial. Mais Québec aura aussi sa part à faire.

Le gouvernement fédéral a déposé mardi un projet de loi visant à modifier les lois fédérales sur le divorce, les ententes familiales et les pensions alimentaires.

La dernière réforme du genre ayant eu lieu il y a 20 ans, beaucoup d’experts estiment qu’il était grand temps de le mettre au goût du jour en tenant compte des évolutions sociétales qui ont modifié la définition de la famille.

Selon Ottawa, cette importante mise à jour des lois sur la famille vise avant tout à mettre de l’avant l’intérêt des enfants dont les parents divorcent, en donnant des balises plus claires aux juges pour les aider à prendre leurs décisions.

Pour lire la suite…

Les enfants du divorce seront mieux protégés

GUILLAUME BOURGAULT-CÔTÉLE DEVOIR


Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne

Vingt ans après la dernière mise à jour du droit de la famille canadien, le fédéral donne un coup de barre pour moderniser celui-ci et mieux protéger les enfants dont les parents divorcent. Ce qui laisse toutefois les enfants québécois nés hors mariage dans la même situation qu’hier, relève un expert.

Alors que les appels se multiplient au Québec pour que le gouvernement adopte une réforme de son droit de la famille (qui n’a plus été touché en profondeur depuis 1980), le gouvernement fédéral a jugé qu’il lui fallait agir sur ce qu’il contrôle : la Loi sur le divorce (et deux autres lois connexes).

Les modifications proposées mardi visent quatre objectifs : la promotion de l’intérêt de l’enfant, la lutte contre la violence familiale, la réduction de la pauvreté chez les enfants et une meilleure accessibilité au système de justice familiale canadien.

Pour lire la suite…

LE TRAVAIL AU NOIR : L’IMPACT SUR LES RECOURS ET LA PENSION ALIMENTAIRE

CENTRES DE JUSTICE DE PROXIMITÉPROTÉGEZ-VOUS

Pixabay

Avez-vous déjà payé « sous la table » un entrepreneur en construction ou un déménageur ? Le travail au noir peut sembler profitable, car il vous fait économiser de l’argent … jusqu’au jour où un problème survient et que le débat est porté devant les tribunaux!

Le cas du travail au noir
Tout d’abord, il est nécessaire de rappeler que le fait de payer quelqu’un en sachant qu’il ne vous charge pas les taxes et qu’il ne déclarera pas ce revenu au fisc est illégal, car cela contrevient aux lois fiscales. Revenu Québec définit ce qu’on appelle «l’évasion fiscale» comme étant «la dissimulation d’activités économiques à l’État par des citoyens et des entreprises, qui agissent ainsi afin de remettre moins d’argent qu’ils ne le devraient au fisc.»

Pour lire la suite…

Ottawa veut clarifier les lois sur le divorce, dans l’intérêt des enfants

ICI.RADIO-CANADA

Le gouvernement libéral a déposé mardi un projet de loi visant à modifier les lois fédérales sur le divorce, les ententes familiales et les pensions alimentaires. Selon Ottawa, cette importante mise à jour des lois sur la famille, qui n’a pas eu lieu depuis 20 ans, vise avant tout à mettre de l’avant l’intérêt des enfants dont les parents divorcent, en donnant des balises plus claires aux juges pour les aider à prendre leurs décisions.

Le projet de loi propose notamment une liste précise de facteurs que la cour devrait étudier pour décider quel arrangement parental, comme le temps passé avec chaque parent, serait le mieux pour les enfants. L’idée est de tenir compte de chaque situation particulière et de laisser de côté les arrangements universels.

La sécurité et le bien-être physique, affectif et psychologique des enfants devraient être la priorité, affirme le gouvernement, notamment en mettant dans la balance le patrimoine culturel de l’enfant et «la nature et la force de ses relations avec ses parents, ses grands-parents et d’autres personnes importantes dans sa vie».

Pour regarder le reportage…

VIVRE DANS LA DIGNITÉ!

BENOIT GUERTINJOURNAL DE QUÉBEC


PHOTO CHANTAL POIRIER

L’avenir du programme Objectif emploi implanté récemment par le gouvernement du Parti libéral sera-t-il un enjeu majeur de la prochaine élection ? Il est fort à parier que non. Pourtant, il s’agit sûrement d’un enjeu majeur pour plusieurs de nos concitoyens. En fait, je dirais même qu’il s’agit d’un enjeu fondamental pour nous tous.

Évidemment, pour les gens dont le seul revenu peut maintenant être amputé de 224 $ par mois sur un chèque de 648 $, c’est un enjeu capital. Comment vivre décemment avec un revenu mensuel de 424 $ ? Est-il besoin de rappeler ici le prix des loyers ou celui de la nourriture?

Vivre avec 648 $ par mois se résume souvent à la survie. En abaissant ce revenu, certains risquent sûrement d’avoir, pour survivre, à prendre des mesures illégales comme le vol ou avilissantes comme… vivre dans la rue!

Pour lire la suite…

Marcher 500 km pour le droit au logement

MARC-OLIVIER THIBAULTICI.RADIO-CANADA.CA ABITIBI


Photo: Radio-Canada/Marc-Olivier Thibault

L’Association des locataires de l’Abitibi-Témiscamingue (ALOCAT) a annoncé vendredi qu’elle prendra part à une grande marche de mobilisation entre Ottawa et Québec en septembre prochain sur le droit au logement.

La marche longue de 500 kilomètres est organisée par le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) et se déroulera tout le mois de septembre.

En Abitibi-Témiscamingue, l’ALOCAT estime que 2 090 ménages consacrent plus de 50% de leur revenu pour se loger.

Selon le coordonnateur de l’Association, Bruce Gervais, cette mobilisation est une opportunité de rappeler le manque de logement dans la région.

Pour lire la suite…

Histoire de pension alimentaire avec de gros impacts

Non classé |

18 mai 2018

107,7 FM Estrie

Pensions alimentaires et prêts et bourses – Pas toujours évident. LEs détails avec Lorraine Desjardins de la Fédération des associations des familles monoparentales et recomposées du Québec.

Pour écouter l’entrevue

Quand une pension alimentaire empêche l’obtention de prêts et bourses

98,5 FM Montréal

Une mère monoparentale de trois enfants qui a dû retourner aux études cette année est privée de milliers de dollars en prêts et bourses en raison de la pension alimentaire qu’elle reçoit.

Lyne Marcille se retrouve présentement dans une situation financière si précaire qu’elle devra abandonner ses études.

Le 98,5 FM l’a interrogée tout comme Lorraine Desjardins, agente de recherche et de communication à la Fédération des Associations de familles monoparentales et recomposées du Québec.

Pour écouter l’entrevue…

«Le ministre abandonne 8000 familles»

L’EXPRESS

DRUMMONDVILLE. Selon le député de Drummond-Bois Francs, Sébastien Schneeberger, le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale a décliné la demande de la CAQ d’exclure les pensions alimentaires pour enfants du calcul des prestations d’aide sociale.

«En abandonnant 8000 familles prestataires, en majorité des mères monoparentales, le gouvernement libéral a fait preuve d’insensibilité envers les plus démunis une fois de plus», affirme M. Schneeberger.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2018