La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

Réseau scolaire: moins d’argent, plus de besoins

Actualité |

29 août 2018

EVE-LYNE COUTURIERJOURNAL DE MONTRÉAL


PHOTO AGENCE QMI, SÉBASTIEN ST-JEAN

Cette semaine, sur les réseaux sociaux, deux sujets ont monopolisé les fils d’actualité. D’une part, on ne peut y échapper, il y a les élections qui ont été déclenchées la semaine dernière. Le bilan du PLQ est-il à la hauteur d’un nouveau mandat? Et que pense-t-on des promesses des autres partis? D’autre part, la rentrée scolaire donne lieu à plusieurs photos de parents excités de voir leurs enfants retourner (ou commencer) à l’école, d’élèves qui auraient préférés poursuivre l’été plutôt que leurs études et de membres du personnel scolaire enthousiastes devant la nouvelle année. Enthousiastes, et épuisés.

Le lien entre le bilan du PLQ et l’épuisement des personnes qui travaillent dans les établissements scolaires est facile à faire. Pendant les années d’austérité, le gouvernement s’est vanté de protéger la santé et l’éducation. Alors que d’autres ministères voyaient leur budget amputé, on ne faisait que réduire l’augmentation des dépenses dans ces deux secteurs névralgiques. Mais était-ce suffisant pour suivre les besoins des commissions scolaires? Dans une étude que nous publions aujourd’hui, nous avons calculé le manque à gagner. En 2016-2017, c’est 1,4 G$ qui manquent au budget en éducation simplement pour suivre les coûts de système depuis 2003-2004, donc pour suivre l’évolution naturelle du réseau scolaire. C’est plus de 15% du budget en éducation… Si on peut voir un écart dès le premier mandat libéral, la majorité du manque à gagner vient spécifiquement de la période de retour à l’équilibre budgétaire qui a commencé en 2011-2012 avec Raymond Bachand. En d’autres mots, en 5 ans, on a creusé les trois quarts de l’écart des 15 dernières années.

Pour lire l’article…

LE QUÉBEC VOTE POUR LES ENFANTS

STÉPHANIE GRAMMONDLA PRESSE

Même si les enfants ne votent pas, il est fascinant de voir à quel point les partis misent sur eux pour remporter les prochaines élections. Depuis le lancement officiel de la campagne, les politiciens se sont tous empressés de brandir une série de promesses destinées aux jeunes familles.

Ces cadeaux sont politiquement rentables. «Ce sont des mesures qui ratissent plus large que les gens auxquels elles sont destinées», explique Luc Godbout, professeur de fiscalité à l’Université de Sherbrooke.

Ça fait le bonheur des jeunes qui pensent avoir des enfants un jour comme des grands-parents qui voient leurs enfants courir avec de la broue dans le toupet. Et de manière générale, qui ne souhaite pas favoriser la natalité et s’assurer qu’aucun enfant ne vit dans la pauvreté?

Pour lire la suite…

Les impacts psychologiques et autres de l’aide sociale

Actualité |

27 août 2018

ANTHONY MORINLENOUVELLISTE

Elle est aussi appelée aide de dernier recours, une ultime bouée de dignité humaine afin de pouvoir simplement… survivre. Dans un mode de vie qui est non désiré et où on manque de tout, les préjugés et la discrimination, eux, ne manquent pas.

Insidieusement, au-delà du simple fait de régulièrement avoir de la difficulté à joindre les deux bouts, il y a aussi les répercussions sur la santé physique, mentale ainsi que sociale, des personnes devant avoir recours à l’aide sociale. Non! Le chômage et l’aide sociale ne sont pas des promenades de santé… Bien au contraire!

Pour lire la suite…

Le Québec peut-il se payer le salaire minimum à 15$?

PHILIPPE ORFALIJOURNAL DE MONTRÉAL


PHOTO D’ARCHIVES, AGENCE QMI

La catastrophe tant redoutée n’a pas eu lieu. En Ontario, un an après l’annonce de la fixation du salaire minimum à 15$ l’heure en 2019, les PME ont survécu, l’explosion appréhendée des prix ne s’est pas concrétisée et l’emploi a connu son meilleur score… en 18 ans. De quoi alimenter le débat au Québec.

Le 1er janvier dernier, la province voisine a vu son salaire minimum bondir de 21% d’un coup, à 14$ l’heure. L’an prochain, celui-ci devrait se hisser à 15$, comme en Alberta, si le nouveau premier ministre Doug Ford n’annule pas cette décision.

Au Québec, les organisations syndicales et de travailleurs aimeraient bien qu’on emboîte le pas. Depuis deux ans, elles se sont mobilisées comme jamais pour revendiquer cette hausse. Elles soutiennent qu’il est impossible de vivre décemment en étant payé au salaire minimum, même lorsque l’on travaille à temps plein.

Pour lire l’article…

Organismes de bienfaisance : bientôt libres de s’exprimer au bénéfice de toutes et tous

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Montréal, le 21 août 2018- Le gouvernement fédéral a annoncé, le 15 août dernier, qu’il déposera un projet de loi afin de permettre aux organismes de bienfaisance de jouir d’une pleine liberté d’expression. «Cette annonce est le résultat des pressions menées par des organismes de bienfaisance et leurs alliés, qui ont tout d’abord obtenu qu’une consultation soit menée sur le sujet et qui ont mis en lumière les entraves que représentaient les règles actuelles de l’Agence du Revenu du Canada (ARC),» se réjouit Mercedez Roberge, de la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles. Les ministres du Revenu national et des Finances, Diane Lebouthillier et Bill Morneau, ont enfin tenu leur promesse de la dernière campagne électorale visant à changer la loi pour ainsi mettre fin au harcèlement de la part de l’ARC auprès des organismes se livrant à des activités politiques non partisanes.

Pour télécharger le communiqué…

LA FAMILLE RECOMPOSÉE: UNE ÉQUIPE À BÂTIR

UN NOUVEAU SITE WEB SUR LES FAMILLES RECOMPOSÉES!

La FAFMRQ,  aux côtés de l’Université Laval, du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada et du Partenariat de recherche Séparation parentale, recomposition familiale, est fière de compter parmi les collaborateurs à l’origine de ce tout nouveau site Web sur les familles recomposées.

Ce programme s’adresse aux adultes vivant en famille recomposée, ainsi qu’aux intervenants qui les accompagnent. Il s’adresse à tous les couples hétérosexuels ou homosexuels qui recomposent une famille. Même si ces derniers vivent des situations particulières, comme celle de devoir constamment préciser aux institutions publiques que l’enfant a deux mères ou deux pères, les couples homosexuels et hétérosexuels relèvent des défis similaires lorsqu’ils recomposent une famille.

Allez vite y faire un tour!

Parent célibataire: réussir la rentrée scolaire

Actualité |

15 août 2018

PAUL LEBAS24HEURES


ZINKEVYCH – STOCK.ADOBE.COM

Pour les familles monoparentales, la rentrée représente souvent un stress financier et psychologique important. Quelques pistes pour passer au mieux cette étape.

Ne pas s’isoler
Baya El Hachemi, directrice de la Halte la Ressource, souligne «l’importance de savoir se mettre en réseau». La participation à la vie communautaire, aux occasions d’entraide et de partage est fondamentale. «La Halte propose par exemple des activités de cuisine collective. C’est l’occasion de créer des liens de solidarité, pour le gardiennage, pour le dépannage, etc.».

De son côté, RePère fournit aux pères célibataires les outils nécessaires à une relation de qualité avec leurs enfants.

Pour lire la suite…

Déclaration de la ministre du Revenu national et du ministre des Finances concernant l’engagement du gouvernement à clarifier les règles qui régissent les activités politiques des organismes de bienfaisance

AGENCE DU REVENU DU CANADA

OTTAWA, le 15 août 2018 /CNW/ – L’honorable Diane Lebouthillier, ministre du Revenu national, et l’honorable Bill Morneau, ministre des Finances, ont publié aujourd’hui la déclaration commune suivante concernant l’engagement du gouvernement à clarifier les règles qui régissent les activités politiques des organismes de bienfaisance :

« Notre gouvernement reconnaît que les organismes de bienfaisance offrent de précieux services aux Canadiens et jouent un rôle primordial dans la société canadienne. Nous reconnaissons la valeur et l’expérience que les organismes de bienfaisance apportent au débat public et à l’élaboration des politiques publiques. Comme il a été clairement indiqué dans nos lettres de mandat, notre gouvernement est déterminé à clarifier les règles qui régissent la participation des organismes de bienfaisance aux activités politiques et nous prenons les mesures nécessaires pour aller de l’avant avec cet engagement.

Pour lire la suite…

13 septembre 2018 – Débat des chefs ENGAGEZ-VOUS pour le communautaire

Actions, Actualité |

10 août 2018

13 SEPTEMBRE, À 17h – 1400 René-Lévesque Est (Montréal)

Dans le cadre de la campagne Engagez-vous pour le communautaire: grand rassemblement, le soir du débat des chefs, dans le but d’obtenir des engagements clairs pour les organismes communautaires. Nous désirons que les candidates et candidats garantissent les gains à venir pour le milieu communautaire de la province de Québec.

Nous sommes 4000 organismes d’action communautaire autonome (ACA) qui travaillons partout au Québec auprès de femmes, de familles, de jeunes et d’adultes, afin de les aider, les informer et les accompagner dans des domaines variés : santé, éducation, alphabétisation, immigration, défense des droits (logement, aide sociale, santé mentale, personnes handicapées, etc.), environnement et beaucoup plus encore!

Pour voir l’événement Facebook

© FAFMRQ 2018