La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

VICTIMES D’ACTES CRIMINELS ET PUNIS PAR L’AIDE SOCIALE

AMÉLI PINEDALE DEVOIR

Photo: Renaud Philippe Le Devoir

Des bénéficiaires de l’aide sociale réclament leur pleine prestation même s’ils reçoivent une indemnité de l’IVAC.

Des victimes d’actes criminels accusent l’aide sociale de faire des économies sur leur dos tandis que leur chèque est amputé parce qu’ils reçoivent une indemnité mensuelle de l’Indemnisation des victimes d’actes criminels (IVAC).

Jeudi, le Tribunal administratif du Québec (TAQ) a entendu la cause de trois personnes qui demandent à l’aide sociale d’exclure l’indemnité que leur verse l’IVAC du calcul servant à établir le montant des prestations auxquelles ils ont droit.

Volodimir Sapojnikov fait partie du groupe. L’homme de 58 ans souffre de stress post-traumatique, d’anxiété et de dépression sévère depuis qu’il a été victime à deux reprises d’actes criminels, en 2011 et en 2012. Il s’explique mal les raisons pour lesquelles l’aide sociale le « pénalise ».

M. Sapojnikov avait droit à 623 $ par mois de l’aide sociale avant de commencer à recevoir une rente mensuelle de 125 $ de l’IVAC en 2015.

Pour lire la suite…

L’IMPÔT NE SERAIT PAS SI NEUTRE PAR RAPPORT AU SEXE, selon une étude

LIA LÉVESQUE (La Presse Canadienne) – LA PRESSE

PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

L’impôt ne serait pas si neutre qu’on pourrait le croire par rapport aux sexes; il cacherait des réalités campées dans les rôles traditionnels des hommes et des femmes.

Certaines mesures fiscales sont plus favorables aux hommes, alors que d’autres sont plus avantageuses pour les femmes.

Ces constatations ressortent d’une étude réalisée par la Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke, par le professeur Luc Godbout et les professionnelles de recherche Carole Vincent et Suzie St-Cerny.

L’étude, intitulée «Utilisation des mesures fiscales au Québec: une analyse différenciée selon le sexe», s’est penchée sur 25 mesures fiscales, afin de savoir à qui elles profitent le plus et de quelle façon.

Théoriquement, l’impôt est neutre, en ce sens qu’il s’applique pareillement aux hommes et aux femmes, en fonction de leurs revenus. Sauf que la réalité est plus complexe.

Pour lire la suite…

Garderies subventionnées: 130 M$ puisés dans les poches des familles

OLIVIER LEMIEUXICI.RADIO-CANADA.CA

Photo : Istock

EXCLUSIF – La modulation des tarifs dans les garderies subventionnées coûte de plus en plus cher aux parents québécois. Le gouvernement du Québec, qui avait prévu récupérer des sommes avec la modulation des tarifs de garderie, aura finalement puisé 130 millions dans les poches des familles en 2016, selon un document obtenu par Radio-Canada.

Le gouvernement Couillard donne d’une main et reprend de l’autre. Lundi, le ministre de la Famille, Sébastien Proulx, confirmait un investissement de 40 millions de dollars pour améliorer les services de garde à l’enfance. La moitié de ce montant était de l’argent frais, l’autre moitié avait déjà été promise lors du dépôt du budget 2017-2018.

Or, selon les plus récents chiffres compilés par Revenu Québec, les parents québécois ont redonné beaucoup au gouvernement l’an dernier en raison de la modulation des tarifs de garde selon les revenus.

Au total, 126 000 familles ont dû débourser 129,9 millions de dollars en 2016, une somme qui s’ajoute à la contribution de base de 7,75$ par jour, par enfant, dans le réseau de services de garde subventionnés québécois.

Pour lire la suite…

Quand le Québec joindra-t-il le mouvement du 15$?

MÉLANIE GAUVIN, VIRGINIE LARIVIÈRE (co-porte-parole de la campagne 5-10-15*) – LE SOLEIL

Photo: LA PRESSE

C’est officiel: le gouvernement de l’Ontario va déposer un projet de loi pour améliorer le sort des travailleuses et des travailleurs de la province. Il fera notamment passer le salaire minimum de 11,40 $ actuellement à 14 $ en janvier 2018, puis à 15 $ en janvier 2019, soit trois mois après que l’Alberta aura atteint ce taux.

Pendant ce temps, au Québec, souvenons-nous que le gouvernement a tout fait dans les derniers mois pour rassurer les employeurs qu’une faible hausse de 0,50 $ du salaire minimum ne causerait pas de catastrophe économique. Et il a mis toute la gomme pour convaincre la population qu’il était allé aussi loin qu’il le pouvait en cette matière.

Le gouvernement ontarien nous démontre toutefois qu’avec de la volonté politique, il est possible d’aller beaucoup plus loin. Il s’apprête à faire voler en éclats tous les justificatifs utilisés de ce côté-ci de la frontière pour refuser la hausse du salaire minimum à 15 $ l’heure.

Pour lire la suite…

La réaction de mon patron à l’annonce de ma grossesse montre qu’il faut dénoncer la discrimination faite aux femmes enceintes

SUZANNE A. (future maman) LE HUFFINGTONPOST

Aujourd’hui je suis en colère. En colère, triste et dépitée. Nous sommes en 2017, on peut parler sans tabou de la discrimination envers les personnes homosexuelles, les handicapés, les femmes, les étrangers, les obèses, les moins beaux que les autres, les légumes pas bio, les jambons avec des nitrites….mais aujourd’hui j’ai dû faire face à de l’inattendu.

Février 2017, je commence un nouveau travail dans le milieu sanitaire et social, un poste à responsabilité, dans une nouvelle ville, une nouvelle entreprise. Deux semaines après, retard de règle, je me rends compte que je suis enceinte de mon premier enfant. Ma première réaction fût de me dire, « OUPS, déjà! Si vite après avoir commencé le boulot… Comment mon chef va-t-elle réagir? » Et puis s’en suit la joie avec mon mari de se dire que la vie n’attend pas et que nous n’avons jamais voulu fonder notre famille en fonction de notre travail.

Pour lire l’article…

PROGRAMME FÉDÉRAL DE GARDERIES: Québec obtiendra 88 millions par année pour offrir un soutien direct aux familles

HÉLÈNE BUZZETTILE DEVOIR

Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne

Le gouvernement de Justin Trudeau respectera sa parole en matière de fédéralisme asymétrique, du moins en partie. Il permettra au Québec d’injecter l’argent lui étant imparti dans le cadre du nouveau programme fédéral de garderies dans les priorités qui seront les siennes, pourvu qu’elles prennent la forme d’une aide directe à la famille. Les répits destinés aux parents d’enfants handicapés, par exemple, pourraient s’en trouver gagnants.

Les libéraux fédéraux avaient promis dans leurs deux précédents budgets de consacrer 7,5 milliards de dollars sur 11 ans pour financer la création de places en garderie à travers le pays. L’entente-cadre conclue lundi avec les provinces et territoires viendra baliser les négociations à venir sur l’utilisation de cet argent. Le Québec, dont la part s’élèvera à 88 millions de dollars par année d’ici 2020, obtient le droit de consacrer l’argent à autre chose.

«Les conditions, il n’y en a pas, a lancé M. Duclos en point de presse. C’est une invitation que le gouvernement canadien lance au gouvernement du Québec de lui faire part de ses priorités de services directs aux familles. On le fait dans le plus grand respect et avec un souci de souplesse.»

Pour lire la suite…

Proulx étend l’aide alimentaire à plusieurs autres écoles

CAROLINE PLANTELE DEVOIR

Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir

Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, effectue un virage et annonce qu’il bonifie l’enveloppe budgétaire dédiée à l’aide alimentaire dans les écoles secondaires.

La semaine dernière, M. Proulx avait pourtant défendu la décision de son gouvernement d’ajuster le financement en raison des changements dans l’indice qui permet d’octroyer du soutien alimentaire aux écoles.

Pour lire l’article…

EXPLOITATION DES SANS-PAPIERS: QUÉBEC SERRERA LA VIS AUX AGENCES DE PLACEMENT

ISABELLE HACHEY LA PRESSE

«Très préoccupée» par l’exploitation de travailleurs migrants par des réseaux plus ou moins clandestins de la région de Montréal, la ministre responsable du Travail, Dominique Vien, entend faire le ménage au sein des agences de placement. Elle veut trouver le moyen d’encadrer ce secteur «problématique» d’ici la fin de l’année, possiblement par une législation.

«Ce n’est pas la première fois qu’on entend des choses horribles sur les agences de placement», dit l’attaché de presse de la ministre, Florent Tanlet, en faisant référence à une enquête de La Presse sur la dure expérience des sans-papiers de Montréal. «Le premier ministre lui-même a reconnu qu’il y avait urgence d’agir.»

En décembre, Dominique Vien a demandé au Comité consultatif sur les normes du travail de se pencher sur la question. En mars, elle a donné au comité jusqu’à cet été pour lui remettre ses recommandations. «On veut arriver avec une solution d’ici la fin de l’année 2017, dit M. Tanlet. La volonté d’encadrer est là.»

Pour lire la suite…

DES MILLIARDS D’OTTAWA POUR LES GARDERIES

JOËL-DENIS BELLAVANCE – LA PRESSE+

OTTAWA — Le gouvernement Trudeau et l’ensemble des provinces, sauf le Québec, sont parvenus à un accord historique qui jettera les premières fondations d’un réseau national de garderies.

En vertu de cet accord, qui sera confirmé aujourd’hui à Ottawa par le ministre fédéral de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, le gouvernement Trudeau injectera quelque 7,5 milliards au cours des 11 prochaines années dans « le développement de services éducatifs de garde abordables, de qualité, souples et inclusifs ».

M. Duclos confirmera cet accord multilatéral au terme d’une rencontre avec ses homologues provinciaux, selon des informations obtenues par La Presse. Le Québec, qui compte un réseau de garderies depuis 20 ans, sera représenté par un haut fonctionnaire et ne signera pas l’entente. Mais le gouvernement Trudeau, conscient que le réseau québécois est un modèle à suivre dans le reste du pays, compte verser au Québec la juste part qui lui revient des investissements fédéraux. Les montants transférés seront d’au moins 88 millions par année durant les trois prochaines années.

Pour lire la suite…

Un front commun antipauvreté réclame une prestation pour enfants bonifiée

Jordan Press – La Presse canadienne à Ottawa – LE DEVOIR

Photo: iStock

Une coalition nationale de lutte contre la pauvreté exhorte le gouvernement de Justin Trudeau à bonifier ses prestations pour enfants dans l’espoir de réduire de moitié le taux de pauvreté chez les jeunes Canadiens d’ici 2020.

Ce front commun souhaite qu’Ottawa révise les conditions d’admissibilité à l’Allocation canadienne pour enfants (ACE) de sorte que les ménages à faible revenu puissent empocher des versements plus importants et que la prestation soit indexée au coût de la vie, rétroactivement à sa mise en place en juillet dernier.

Le groupe Campaign 2000 a pour objectif de couper de moitié le taux de pauvreté chez les enfants canadiens d’ici trois ans, selon le document déposé par la coalition dans le cadre des consultations sur la stratégie fédérale de réduction de la pauvreté.

Sa coordonnatrice nationale, Anita Khanna, souhaite également que le gouvernement envisage de bonifier ses prestations d’assurance-emploi, notamment pour les nouveaux parents, et d’élargir ses programmes de formation à l’emploi.

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2017