La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

PENSIONS ALIMENTAIRES: des familles monoparentales applaudissent

LIA LÉVESQUE (PRESSE CANADIENNE) – LE JOURNAL MÉTRO

Photo: THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot

MONTRÉAL — La Fédération des familles monoparentales se félicite de voir aboutir un combat qu’elle mène depuis 15 ans pour que les pensions alimentaires pour enfant ne pénalisent plus le parent qui veut avoir accès aux prestations d’aide sociale ou aux prêts et bourses.

Le problème vient du fait que la pension alimentaire pour enfant est comptabilisée dans le revenu du parent — dans 90 pour cent des cas une mère. Ce parent ayant un revenu plus élevé verra donc sa prestation d’aide sociale réduite.

Et le même calcul est fait pour l’aide financière aux études, l’aide au logement et l’aide juridique.

Or, le budget déposé jeudi par le ministre des Finances, Eric Girard, a finalement bonifié ces exemptions pour pension alimentaire pour enfant, ce qui permet d’augmenter l’accès aux prestations pour les parents.

«C’est un gain appréciable pour les familles. Ça fait quasiment 15 ans qu’on se battait pour ça. On a obtenu cette chose-là à l’arraché», s’est exclamée en entrevue Sylvie Lévesque, directrice générale de la Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec.

Pour lire la suite…

QUARTIERS MOINS PAUVRES, REPAS PLUS CHERS POUR LES ÉLÈVES

MARCO FORTIERLE DEVOIR


Photo: Annik MH de Carufel/ Le Devoir

L’embourgeoisement de quartiers populaires comme Hochelaga, Saint-Henri et Pointe-Saint-Charles privera des centaines d’élèves du primaire de dîners à 1 $ offerts aux enfants des secteurs défavorisés.

La nouvelle carte de la défavorisation dans l’île de Montréal, établie d’après le recensement de 2016, confirme que certains quartiers se sont enrichis avec l’arrivée de familles mieux nanties. Résultat : les élèves de quatorze écoles primaires n’auront plus droit à des repas à petit prix réservés aux enfants de milieux démunis.

Trois de ces écoles sont situées dans le Sud-Ouest (Pointe-Saint-Charles et Saint-Henri), quatre dans Hochelaga-Maisonneuve, et deux dans Saint-Michel. Les autres se trouvent dans Ahuntsic, Villeray, Rosemont, Verdun et LaSalle.

Pour lire la suite…

M. Legault peut remercier M. Tremblay [ANALYSE]

JEAN-MARC SALVETLE SOLEIL

Photo: La Presse canadienne/Jacques Boissinot

CHRONIQUE / Le gouvernement de François Legault peut distribuer les mercis. Il peut dire merci à M. Tremblay, à Mme Gagnon, aux citoyens en général, aux entreprises, à la croissance économique québécoise, canadienne et mondiale.

Il peut aussi dire merci à l’ancien gouvernement du Québec, ainsi qu’au 1,4 milliard $ supplémentaire provenant cette année de la péréquation canadienne — même s’il souhaite faire en sorte que le Québec puisse un jour se passer de ce programme gênant, une perspective malheureusement fort lointaine.

Jamais depuis deux générations, une équipe gouvernementale au Québec n’a possédé autant de moyens au début de son mandat pour commencer à mettre en œuvre son programme électoral, pour effectuer des choix sans trop de contraintes. Pour commencer à aller là où elle veut aller.

Pour lire la suite…

BUDGET DU QUÉBEC: SIX MESURES QUI SORTENT DU LOT

MARIE-EVE FOURNIER LA PRESSE

BAISSE DE LA TAXE SCOLAIRE
Bonne nouvelle pour les propriétaires. La taxe scolaire diminuera dès le 1er juillet prochain dans toutes les régions du Québec, à l’exception des Laurentides où elle demeure stable. Québec va de l’avant avec sa promesse d’instaurer un taux unique basé sur le taux actuel le plus bas de la province, soit celui des Laurentides (0,1054$ par tranche de 100$ d’évaluation foncière). La baisse des factures sera graduelle d’ici 2024. Pour une maison de 270 000$ (valeur moyenne au Québec), les propriétaires auront, à terme, entre 69$ et 500$ de plus dans leurs poches chaque année.

GARDE D’UN ENFANT: 182$ DE MOINS
Comme prévu, le gouvernement caquiste réduit le coût des services de garde subventionnés en abolissant progressivement la contribution additionnelle, celle qui est versée lors de la production de sa déclaration de revenus. Dès cette année, 40 000 familles ayant un revenu inférieur à 78 320$ n’auront plus à la payer. Leur facture se limitera donc à 8,25$ par jour, ce qui équivaut à un rabais de 182$. Toutes les autres familles aux revenus plus élevés bénéficieront aussi d’un rabais de 70 cents par jour, ou 182$ par an. En 2022, la contribution additionnelle n’existera plus, ce qui représente une économie moyenne de 1200 $ par famille.

Pour lire la suite…

BUDGET DU QUÉBEC ET PENSIONS ALIMENTAIRES POUR ENFANTS: Un moment historique pour des milliers de familles monoparentales !

COMMUNIQUÉ

Québec, le 21 mars 2019 – La Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec (FAFMRQ) est heureuse de l’annonce de la bonification de l’exemption des pensions alimentaires pour enfants qui passe de 100 $ à 350 $ par enfant à l’aide sociale, à l’aide financière aux études, à l’aide au logement et à l’aide juridique. « Après plus de 15 ans de luttes acharnées pour faire cesser le détournement des pensions alimentaires pour enfants, qui privait des dizaines de milliers d’entre eux de la pension versée en leur nom, nous pouvons dire : enfin ! », se réjouit Sylvie Lévesque, directrice générale de la Fédération. Toutefois, nous poursuivrons nos représentations pour obtenir l’exemption complète de ces montants et pour que le dépôt du règlement et l’entrée en vigueur de cette mesure se fassent rapidement.

Pour télécharger le communiqué…

BUDGET 2019: 70 MILLIONS POUR LES ORGANISMES COMMUNAUTAIRES

COMMUNIQUÉ
Montréal, le 21 mars 2019/ – Le Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA) est satisfait de constater que le premier budget du gouvernement Legault tient compte de l’urgence de mieux soutenir les organismes communautaires. C’est plus de 70M$ qui seront injectés dans la mission des organismes d’action communautaire autonome en 2019:
– 35 millions en santé et services sociaux (environ 3 000 organismes)
– 13 millions pour les organismes financés au FAACA, principalement des organismes en défense collective des droits (environ 350 organismes)
– 10 millions en famille, dont 1 million pour les haltes-garderies (environ 300 organismes, rehaussement devenu récurrent)
– 6 millions en habitation (environ 45 organismes)
– 4,3 millions en immigration (environ 30 organismes)
– 1 million en éducation (environ 200 organismes)
– 900 000$ pour les Corporations de développement communautaire (60 organismes)

Pour lire la suite…

Violence conjugale: les maisons d’hébergement contraintes de refuser des femmes

Actualité, Violence |

20 mars 2019

PATRICIA RAINVILLELE QUOTIDIEN

Photo: Le Progrès, Mariane L. Saint-Gelais

Les maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale débordent. Chaque mois, des femmes ne peuvent y trouver refuge, faute de place. Seulement à La Chambrée de Jonquière, en février, le taux d’occupation était de 111%. Et si l’organisme a accueilli 58 femmes et 20 enfants durant l’année 2018, la direction s’est vue dans l’obligation de refuser 73 femmes et leurs 44 enfants, au cours de la même période.

«Les refus en maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale, c’est vraiment un problème. Chaque femme à qui nous devons dire non est dirigée vers d’autres organisations, mais la réalité est la même dans plusieurs maisons d’hébergement», a indiqué la directrice de La Chambrée, Martine Dallaire. Le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale et la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes ont d’ailleurs sonné l’alarme, récemment, à propos de ces refus qui s’additionnent. Seulement à la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes, qui regroupe 36 maisons à travers le Québec, dont trois au Saguenay-Lac-Saint-Jean, 10 000 demandes d’hébergement ont été refusées l’an dernier.

Pour lire la suite…

J’me marie, j’me marie pas

Actualité, Conjoints de fait |

20 mars 2019

BRIGITTE BRETONLE SOLEIL


Photo: 123RF/FOODANDMORE

CHRONIQUE / Attention couples mariés, une réforme du droit de la famille ne vise pas uniquement les conjoints de fait. Les parents, qu’importe le type d’union, sont aussi interpellés par les consultations menées par la ministre de la Justice, Sonia LeBel.

Depuis le 15 mars, et ce jusqu’au 28 juin, Québec sonde les citoyens en vue de moderniser et d’ajuster le droit de la famille aux réalités conjugales et familiales très diversifiées de 2019.

Oui, il est question de combler le vide juridique entourant l’union de fait. Mais, il est aussi envisagé de revoir le caractère contraignant du mariage. Celui-ci entraînerait toujours l’application de droits et d’obligations, mais des époux pourraient s’y soustraire d’un commun accord au moyen d’un contrat de mariage. Futurs et vieux couples pourraient s’en prévaloir.

Pour lire la suite…

PROGRAMMES PARTICULIERS À L’ÉCOLE PUBLIQUE: TIRS GROUPÉS DE L’OPPOSITION POUR RÉCLAMER LA GRATUITÉ

TOMMY CHOUINARDLA PRESSE

QUÉBEC — Le gouvernement Legault se retrouve maintenant seul à l’Assemblée nationale à vouloir continuer d’imposer des frais aux parents pour que leur enfant puisse suivre un programme particulier à l’école publique. Les trois partis de l’opposition réclament la gratuité de ces programmes de type sports-études, arts-études, sciences et éducation internationale.

Environ un élève sur cinq est inscrit à un tel programme au secondaire, une offre qui s’est accrue au fil des ans afin de concurrencer l’école privée, entre autres.

Pour le Parti libéral du Québec (PLQ), la prise de position est nouvelle. Il n’avait pas profité de ses années au pouvoir pour décréter la gratuité des programmes particuliers.

L’an dernier, le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx «avait commencé à faire un peu de ménage dans les frais scolaires, il y a eu les élections après, on n’a pas été élus, et maintenant, on continue le bon ménage», affirme la députée Marwah Rizqy, élue pour la première fois le 1er octobre, pour expliquer le cheminement de son parti.

Pour lire la suite…

1 401 noms pour l’exclusion des pensions alimentaires dans le calcul de prestations

ADELINE MANTYK L’AVANTAGE DE RISMOUSKI


Photo: Adeline Mantyk – l’Avantage Rimouski

Le député de Rimouski, Harold Lebel, a déposé ce mardi une pétition de 1 401 noms pour l’exclusion des pensions alimentaires des revenus dans le calcul de prestations diverses.

Le député a précisé qu’il s’agissait d’une demande qui ne datait pas d’hier, mais qu’aujourd’hui, quatre partis de l’assemblée étaient en accord: «L’an passé sous le gouvernement libéral, il y avait un consensus avec Québec solidaire, la Coalition avenir Québec et nous pour demander au gouvernement libéral de retirer les pensions alimentaires du calcul de l’aide social, dans le cadre de sa modification à la Loi sur l’aide sociale. Aujourd’hui, les Libéraux, depuis qu’ils sont dans l’opposition, ont décidé de l’appuyer aussi. On a quatre partis qui sont d’accord, il y a de l’espoir pour que le gouvernement de la CAQ agisse.»

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2019