Publications › Mémoires et avis

La prévention en santé doit impérativement passer par l’accès à un revenu décent et à des services publics universels et de qualité! – Novembre 2015

En novembre 2015, la FAFMRQ a déposé un Avis à la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique, Madame Lucie Charlebois, dans le cadre de la consultation en vue d’une Politique gouvernementale de prévention en santé.

Les familles monoparentales à faible revenu sont souvent parmi les premières à être visées par les mesures de prévention mises en place par les intervenants en santé et en éducation. Or, depuis plusieurs années, notre Fédération a développé un point de vue critique relativement aux programmes ciblés, et il en sera notamment question dans les pages du présent avis. Bien qu’il n’y ait rien de répréhensible en soi dans le fait de vouloir favoriser le développement des jeunes enfants, le problème vient du fait que les solutions envisagées proposent rarement de s’attaquer aux causes systémiques de la pauvreté. Pourtant, il a été maintes fois démontré que le fait de vivre en situation de pauvreté a des impacts nocifs importants sur la santé physique et mentale. À ce titre, la Fédération se réjouit que la réduction des inégalités sociales fasse partie de la finalité du projet de Politique gouvernementale de prévention en santé. Nous saluons également que cette préoccupation trouve écho dans certaines des mesures associées à l’ORIENTATION 3 du document de consultation, particulièrement lorsqu’il est question d’améliorer les conditions de vie des groupes plus vulnérables, notamment par «l’accès à des
logements sociaux et communautaires» et «l’analyse de politiques sociales et fiscales innovantes favorisant la redistribution de la richesse».

Pour lire l’Avis…

© FAFMRQ 2017