Publications › Mémoires et avis

PROJET DE LOI 143: Une occasion manquée d’améliorer véritablement l’accessibilité à des services de garde pour toutes les familles – Octobre 2017

Mémoire présenté aux membres de la Commission des relations avec les citoyens
Dans le cadre des consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi 143 – Loi visant à améliorer la qualité éducative et à favoriser le développement harmonieux des services de garde éducatifs à l’enfance

La Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec (FAFMRQ) est l’une des organisations signataires de la Déclaration du droit de tous les enfants à des services éducatifs de qualité dès la naissance issue du Sommet sur l’éducation à la petite enfance tenu en mai 2017 et organisé par l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE). La Fédération a également participé à la tournée de consultations menée par la Commission sur l’éducation à la petite enfance tenue à l’automne 2016. Le message porté à cette occasion était essentiellement le même que nous voulons mettre de l’avant dans le présent mémoire: on ne saurait prétendre à une véritable égalité des chances pour les enfants du Québec sans lutter contre les inégalités
sociales.

Par ailleurs, l’accès à des services de garde de qualité fait partie des préoccupations de la FAFMRQ depuis un bon moment. En effet, bien avant l’avènement de la politique familiale de 1997 et la création des centres de la petite enfance, la Fédération militait déjà pour la mise en place de services de garde. En 2015, la FAFMRQ a participé aux consultations sur le projet de loi 27, sur l’optimisation des services de garde éducatifs à l’enfance subventionnés, ainsi que sur le projet de loi 28 qui a introduit la modulation des tarifs de garde et mis fin à l’universalité des garderies à 7$ par jour.

Or, ces dernières années, ce réseau a été mis à mal par diverses décisions politiques. On pense notamment à la récente modulation des tarifs selon le revenu familial, qui a fait en sorte que plusieurs familles se sont retrouvées avec de bien mauvaises surprises au moment de faire leur rapport d’impôt. Comme nous l’avons dénoncé à plusieurs reprises, la fin de l’universalité des tarifs dans le réseau public des CPE constitue une menace à l’autonomie économique des femmes qui ont de jeunes enfants.

Pour télécharger le mémoire…

© FAFMRQ 2019